Sans queue ni tête.

 :: Détente & HRP :: Jeux Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Messages : 93
Inscription : 22/12/2015
Dim 3 Jan - 18:22
La petite humaine huma l'odeur nauséabonde qui sortait de la maison, plissant les yeux face à la forte lumière qui l'aveuglait, par l’entrebâillement de la porte noire. Une silhouette semblait s'y animer, déformée par le fort rayonnement qui s'en dégageait. Ce qu'elle ne savait pas, c'est que si elle entrait, sa vie serait en grand danger. Mais la tentation était trop forte, la curiosité de la jeune fille l'emportant toujours sur sa raison. Alors elle observa attentivement la silhouette, attendant l'occasion de s'introduire dans la maison. Elle attendit de reconnaître un dos, et de le voir s'éloigner, pour pousser le bois sombre, et s'infiltrer sans un bruit dans la demeure étrange... Elle fut surprise que cette vive clarté venait d'un lustre, seul objet luxueux de l'intérieur délabré : les rideaux déchirés peinaient à couvrir les fenêtres tandis que quelques vaisselles gisaient en morceaux par terre et sur une grande table en bois. La fille déglutit, les sourcils froncés et le nez pincé par deux de ses doigts, tant l'odeur lui arriva vivement. Curieuse de découvrir la provenance de ce relent, elle balaya la salle du regard, le cœur battant fort sous l'effet de la peur mélangée à la hâte de découvrir cet endroit. Alors, elle commença à fouiller ; elle fureta sous la grande table, s'approcha du grand feu de cheminée où trônait une immense cuve remplie d'un liquide aux couleurs très franchement peu appétissantes, et remarqua la grande trappe au sol qui pouvait sans doute s'ouvrir sans mal, devant ses petits pieds chaussés. Soudain, elle entendit le bruit de pas revenir...C'était sûrement la silhouette de tout à l'heure ! Son cœur battait à la chamade, il fallait qu'elle se cache, mais où ? Son sang ne fit qu'un tour, elle ne voyait qu'une seule solution pour de sortir de la: Il fallait qu'elle danse la macarena ! Déterminée à s'en sortir, elle fronça les sourcils, gonfla ses poumons d'une bouffée de courage et, cherchant à lancer un regard de défis à la silhouette, elle regarda droit devant elle en entamant la danse.
Le propriétaire rentra alors dans la pièce , il s'agissait d'un homme d'une quarantaine d'années. En voyant la fillette danser, il fut prit d'une révélation: elle était le nouveau talent naissant, il fallait absolument la recruter ! Car en effet cet homme était.. Le célèbre nain aveugle unijambiste qui a fait carrière dans la plantation de pieuvres vertes d'Alaska. Du coup, il ne l'avait pas vraiment bien vus danser puisqu'il était aveugle, mais au son et aux vibrations de ses pas, il savait qu'il avait devant lui un talent brut. Il décida de l'inscrire à la célèbre émission "Danse avec les Stars". Ou plutôt, il aurait bien aimé le faire, sauf qu'une telle bouse n'existait évidemment pas dans leur monde, ni les autres émissions la concurrençant en nullité extrême bien sûr. Cependant il était bien décidé à la rentre célèbre. Par tour les moyens. Il toussa et d'une voix aiguë qui ne collait pas du tout à son physique barbue, s'exclama: « Par ma barbe rousse, que l'on me fasse taire si devant moi ne trône pas un des plus grands talents d'ici-bas ! » La petite fille se figea et arrêta de danser pour considérer le nain devant elle. Qu'il était petit. Elle le salua « Bonjour ! » Elle le regardait de haut en bas, « mais comment peut-on être aussi laid ! », se disait-elle, « un être aussi ignoble ne devrait certainement pas exister ! ». Le nain lui fit une révérence, avant de répondre à son humble salutation : « Salutations, salutations ! Permettez-moi, ma chère, de vous communiquer mon admiration, voire de vous adresser les compliments les plus distingués ; ma foi, quelle danseuse êtes-vous ! Je me nomme Pinegouine, Pinegouine d'Alaska. »
La fille cligna des yeux, dégoûtée - l'odeur venait donc venir de lui et sa laideur, et non pas de la marmite douteuse - et pensa : « Serait-ce une verrue verte que j'aperçois sur sa lèvre ?! » Pinegouine d'Alaska s'approcha pour prendre délicatement le menton de la jeune fille ; celle-ci, frappée par sa répugnance, grimaça en détournant légèrement la tête. Il tira la tête de la demoiselle au niveau de la sienne et elle put ainsi sentir les effluves sortir de sa bouche, et oui cette odeur pestilentielle n'était rien d'autre que son haleine ! « Pouah ! » s'exclama-t-elle dans son écœurement. La fille eut un brusque mouvement de recul, se dégageant violemment de l'emprise d'Alaska Pinegouine.

_________________
#4682B4
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 184
Inscription : 10/12/2015
Dim 3 Jan - 21:53
La petite humaine huma l'odeur nauséabonde qui sortait de la maison, plissant les yeux face à la forte lumière qui l'aveuglait, par l’entrebâillement de la porte noire. Une silhouette semblait s'y animer, déformée par le fort rayonnement qui s'en dégageait. Ce qu'elle ne savait pas, c'est que si elle entrait, sa vie serait en grand danger. Mais la tentation était trop forte, la curiosité de la jeune fille l'emportant toujours sur sa raison. Alors elle observa attentivement la silhouette, attendant l'occasion de s'introduire dans la maison. Elle attendit de reconnaître un dos, et de le voir s'éloigner, pour pousser le bois sombre, et s'infiltrer sans un bruit dans la demeure étrange... Elle fut surprise que cette vive clarté venait d'un lustre, seul objet luxueux de l'intérieur délabré : les rideaux déchirés peinaient à couvrir les fenêtres tandis que quelques vaisselles gisaient en morceaux par terre et sur une grande table en bois. La fille déglutit, les sourcils froncés et le nez pincé par deux de ses doigts, tant l'odeur lui arriva vivement. Curieuse de découvrir la provenance de ce relent, elle balaya la salle du regard, le cœur battant fort sous l'effet de la peur mélangée à la hâte de découvrir cet endroit. Alors, elle commença à fouiller ; elle fureta sous la grande table, s'approcha du grand feu de cheminée où trônait une immense cuve remplie d'un liquide aux couleurs très franchement peu appétissantes, et remarqua la grande trappe au sol qui pouvait sans doute s'ouvrir sans mal, devant ses petits pieds chaussés. Soudain, elle entendit le bruit de pas revenir...C'était sûrement la silhouette de tout à l'heure ! Son cœur battait à la chamade, il fallait qu'elle se cache, mais où ? Son sang ne fit qu'un tour, elle ne voyait qu'une seule solution pour de sortir de la: Il fallait qu'elle danse la macarena ! Déterminée à s'en sortir, elle fronça les sourcils, gonfla ses poumons d'une bouffée de courage et, cherchant à lancer un regard de défis à la silhouette, elle regarda droit devant elle en entamant la danse.
Le propriétaire rentra alors dans la pièce , il s'agissait d'un homme d'une quarantaine d'années. En voyant la fillette danser, il fut prit d'une révélation: elle était le nouveau talent naissant, il fallait absolument la recruter ! Car en effet cet homme était.. Le célèbre nain aveugle unijambiste qui a fait carrière dans la plantation de pieuvres vertes d'Alaska. Du coup, il ne l'avait pas vraiment bien vus danser puisqu'il était aveugle, mais au son et aux vibrations de ses pas, il savait qu'il avait devant lui un talent brut. Il décida de l'inscrire à la célèbre émission "Danse avec les Stars". Ou plutôt, il aurait bien aimé le faire, sauf qu'une telle bouse n'existait évidemment pas dans leur monde, ni les autres émissions la concurrençant en nullité extrême bien sûr. Cependant il était bien décidé à la rentre célèbre. Par tour les moyens. Il toussa et d'une voix aiguë qui ne collait pas du tout à son physique barbue, s'exclama: « Par ma barbe rousse, que l'on me fasse taire si devant moi ne trône pas un des plus grands talents d'ici-bas ! » La petite fille se figea et arrêta de danser pour considérer le nain devant elle. Qu'il était petit. Elle le salua « Bonjour ! » Elle le regardait de haut en bas, « mais comment peut-on être aussi laid ! », se disait-elle, « un être aussi ignoble ne devrait certainement pas exister ! ». Le nain lui fit une révérence, avant de répondre à son humble salutation : « Salutations, salutations ! Permettez-moi, ma chère, de vous communiquer mon admiration, voire de vous adresser les compliments les plus distingués ; ma foi, quelle danseuse êtes-vous ! Je me nomme Pinegouine, Pinegouine d'Alaska. »
La fille cligna des yeux, dégoûtée - l'odeur venait donc venir de lui et sa laideur, et non pas de la marmite douteuse - et pensa : « Serait-ce une verrue verte que j'aperçois sur sa lèvre ?! » Pinegouine d'Alaska s'approcha pour prendre délicatement le menton de la jeune fille ; celle-ci, frappée par sa répugnance, grimaça en détournant légèrement la tête. Il tira la tête de la demoiselle au niveau de la sienne et elle put ainsi sentir les effluves sortir de sa bouche, et oui cette odeur pestilentielle n'était rien d'autre que son haleine ! « Pouah ! » s'exclama-t-elle dans son écœurement. La fille eut un brusque mouvement de recul, se dégageant violemment de l'emprise d'Alaska Pinegouine. Le nain fronça les sourcils. « Que se passe-t-il, ma chère ? Il me semblait t'avoir sentie plus gentille que cela. » Son ton était étrange, voire inquiétant.

_________________



fiche ✖️  liens
dusty scarecrow.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 175
Inscription : 06/12/2015
Lun 4 Jan - 11:20
La petite humaine huma l'odeur nauséabonde qui sortait de la maison, plissant les yeux face à la forte lumière qui l'aveuglait, par l’entrebâillement de la porte noire. Une silhouette semblait s'y animer, déformée par le fort rayonnement qui s'en dégageait. Ce qu'elle ne savait pas, c'est que si elle entrait, sa vie serait en grand danger. Mais la tentation était trop forte, la curiosité de la jeune fille l'emportant toujours sur sa raison. Alors elle observa attentivement la silhouette, attendant l'occasion de s'introduire dans la maison. Elle attendit de reconnaître un dos, et de le voir s'éloigner, pour pousser le bois sombre, et s'infiltrer sans un bruit dans la demeure étrange... Elle fut surprise que cette vive clarté venait d'un lustre, seul objet luxueux de l'intérieur délabré : les rideaux déchirés peinaient à couvrir les fenêtres tandis que quelques vaisselles gisaient en morceaux par terre et sur une grande table en bois. La fille déglutit, les sourcils froncés et le nez pincé par deux de ses doigts, tant l'odeur lui arriva vivement. Curieuse de découvrir la provenance de ce relent, elle balaya la salle du regard, le cœur battant fort sous l'effet de la peur mélangée à la hâte de découvrir cet endroit. Alors, elle commença à fouiller ; elle fureta sous la grande table, s'approcha du grand feu de cheminée où trônait une immense cuve remplie d'un liquide aux couleurs très franchement peu appétissantes, et remarqua la grande trappe au sol qui pouvait sans doute s'ouvrir sans mal, devant ses petits pieds chaussés. Soudain, elle entendit le bruit de pas revenir...C'était sûrement la silhouette de tout à l'heure ! Son cœur battait à la chamade, il fallait qu'elle se cache, mais où ? Son sang ne fit qu'un tour, elle ne voyait qu'une seule solution pour de sortir de la: Il fallait qu'elle danse la macarena ! Déterminée à s'en sortir, elle fronça les sourcils, gonfla ses poumons d'une bouffée de courage et, cherchant à lancer un regard de défis à la silhouette, elle regarda droit devant elle en entamant la danse.
Le propriétaire rentra alors dans la pièce , il s'agissait d'un homme d'une quarantaine d'années. En voyant la fillette danser, il fut prit d'une révélation: elle était le nouveau talent naissant, il fallait absolument la recruter ! Car en effet cet homme était.. Le célèbre nain aveugle unijambiste qui a fait carrière dans la plantation de pieuvres vertes d'Alaska. Du coup, il ne l'avait pas vraiment bien vus danser puisqu'il était aveugle, mais au son et aux vibrations de ses pas, il savait qu'il avait devant lui un talent brut. Il décida de l'inscrire à la célèbre émission "Danse avec les Stars". Ou plutôt, il aurait bien aimé le faire, sauf qu'une telle bouse n'existait évidemment pas dans leur monde, ni les autres émissions la concurrençant en nullité extrême bien sûr. Cependant il était bien décidé à la rentre célèbre. Par tour les moyens. Il toussa et d'une voix aiguë qui ne collait pas du tout à son physique barbue, s'exclama: « Par ma barbe rousse, que l'on me fasse taire si devant moi ne trône pas un des plus grands talents d'ici-bas ! » La petite fille se figea et arrêta de danser pour considérer le nain devant elle. Qu'il était petit. Elle le salua « Bonjour ! » Elle le regardait de haut en bas, « mais comment peut-on être aussi laid ! », se disait-elle, « un être aussi ignoble ne devrait certainement pas exister ! ». Le nain lui fit une révérence, avant de répondre à son humble salutation : « Salutations, salutations ! Permettez-moi, ma chère, de vous communiquer mon admiration, voire de vous adresser les compliments les plus distingués ; ma foi, quelle danseuse êtes-vous ! Je me nomme Pinegouine, Pinegouine d'Alaska. »
La fille cligna des yeux, dégoûtée - l'odeur venait donc venir de lui et sa laideur, et non pas de la marmite douteuse - et pensa : « Serait-ce une verrue verte que j'aperçois sur sa lèvre ?! » Pinegouine d'Alaska s'approcha pour prendre délicatement le menton de la jeune fille ; celle-ci, frappée par sa répugnance, grimaça en détournant légèrement la tête. Il tira la tête de la demoiselle au niveau de la sienne et elle put ainsi sentir les effluves sortir de sa bouche, et oui cette odeur pestilentielle n'était rien d'autre que son haleine ! « Pouah ! » s'exclama-t-elle dans son écœurement. La fille eut un brusque mouvement de recul, se dégageant violemment de l'emprise d'Alaska Pinegouine. Le nain fronça les sourcils. « Que se passe-t-il, ma chère ? Il me semblait t'avoir sentie plus gentille que cela. » Son ton était étrange, voire inquiétant. Soudain, une forte bourrasque fit brusquement claquer la porte, le bruit attirant l'attention de la miss; en se retournant, le nain avait disparu, sa présence se faisant pourtant toujours sentir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 93
Inscription : 22/12/2015
Lun 4 Jan - 15:48
La petite humaine huma l'odeur nauséabonde qui sortait de la maison, plissant les yeux face à la forte lumière qui l'aveuglait, par l’entrebâillement de la porte noire. Une silhouette semblait s'y animer, déformée par le fort rayonnement qui s'en dégageait. Ce qu'elle ne savait pas, c'est que si elle entrait, sa vie serait en grand danger. Mais la tentation était trop forte, la curiosité de la jeune fille l'emportant toujours sur sa raison. Alors elle observa attentivement la silhouette, attendant l'occasion de s'introduire dans la maison. Elle attendit de reconnaître un dos, et de le voir s'éloigner, pour pousser le bois sombre, et s'infiltrer sans un bruit dans la demeure étrange... Elle fut surprise que cette vive clarté venait d'un lustre, seul objet luxueux de l'intérieur délabré : les rideaux déchirés peinaient à couvrir les fenêtres tandis que quelques vaisselles gisaient en morceaux par terre et sur une grande table en bois. La fille déglutit, les sourcils froncés et le nez pincé par deux de ses doigts, tant l'odeur lui arriva vivement. Curieuse de découvrir la provenance de ce relent, elle balaya la salle du regard, le cœur battant fort sous l'effet de la peur mélangée à la hâte de découvrir cet endroit. Alors, elle commença à fouiller ; elle fureta sous la grande table, s'approcha du grand feu de cheminée où trônait une immense cuve remplie d'un liquide aux couleurs très franchement peu appétissantes, et remarqua la grande trappe au sol qui pouvait sans doute s'ouvrir sans mal, devant ses petits pieds chaussés. Soudain, elle entendit le bruit de pas revenir...C'était sûrement la silhouette de tout à l'heure ! Son cœur battait à la chamade, il fallait qu'elle se cache, mais où ? Son sang ne fit qu'un tour, elle ne voyait qu'une seule solution pour de sortir de la: Il fallait qu'elle danse la macarena ! Déterminée à s'en sortir, elle fronça les sourcils, gonfla ses poumons d'une bouffée de courage et, cherchant à lancer un regard de défis à la silhouette, elle regarda droit devant elle en entamant la danse.
Le propriétaire rentra alors dans la pièce , il s'agissait d'un homme d'une quarantaine d'années. En voyant la fillette danser, il fut prit d'une révélation: elle était le nouveau talent naissant, il fallait absolument la recruter ! Car en effet cet homme était.. Le célèbre nain aveugle unijambiste qui a fait carrière dans la plantation de pieuvres vertes d'Alaska. Du coup, il ne l'avait pas vraiment bien vus danser puisqu'il était aveugle, mais au son et aux vibrations de ses pas, il savait qu'il avait devant lui un talent brut. Il décida de l'inscrire à la célèbre émission "Danse avec les Stars". Ou plutôt, il aurait bien aimé le faire, sauf qu'une telle bouse n'existait évidemment pas dans leur monde, ni les autres émissions la concurrençant en nullité extrême bien sûr. Cependant il était bien décidé à la rentre célèbre. Par tour les moyens. Il toussa et d'une voix aiguë qui ne collait pas du tout à son physique barbue, s'exclama: « Par ma barbe rousse, que l'on me fasse taire si devant moi ne trône pas un des plus grands talents d'ici-bas ! » La petite fille se figea et arrêta de danser pour considérer le nain devant elle. Qu'il était petit. Elle le salua « Bonjour ! » Elle le regardait de haut en bas, « mais comment peut-on être aussi laid ! », se disait-elle, « un être aussi ignoble ne devrait certainement pas exister ! ». Le nain lui fit une révérence, avant de répondre à son humble salutation : « Salutations, salutations ! Permettez-moi, ma chère, de vous communiquer mon admiration, voire de vous adresser les compliments les plus distingués ; ma foi, quelle danseuse êtes-vous ! Je me nomme Pinegouine, Pinegouine d'Alaska. »
La fille cligna des yeux, dégoûtée - l'odeur venait donc venir de lui et sa laideur, et non pas de la marmite douteuse - et pensa : « Serait-ce une verrue verte que j'aperçois sur sa lèvre ?! » Pinegouine d'Alaska s'approcha pour prendre délicatement le menton de la jeune fille ; celle-ci, frappée par sa répugnance, grimaça en détournant légèrement la tête. Il tira la tête de la demoiselle au niveau de la sienne et elle put ainsi sentir les effluves sortir de sa bouche, et oui cette odeur pestilentielle n'était rien d'autre que son haleine ! « Pouah ! » s'exclama-t-elle dans son écœurement. La fille eut un brusque mouvement de recul, se dégageant violemment de l'emprise d'Alaska Pinegouine. Le nain fronça les sourcils. « Que se passe-t-il, ma chère ? Il me semblait t'avoir sentie plus gentille que cela. » Son ton était étrange, voire inquiétant. Soudain, une forte bourrasque fit brusquement claquer la porte, le bruit attirant l'attention de la miss; en se retournant, le nain avait disparu, sa présence se faisant pourtant toujours sentir.
Une présence très peu rassurante... La fille comprit que cet endroit n'avait rien d'accueillant et qu'elle aurait dû rebrousser chemin, et même, ne jamais entrer.

_________________
#4682B4
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 175
Inscription : 06/12/2015
Lun 4 Jan - 15:56
La petite humaine huma l'odeur nauséabonde qui sortait de la maison, plissant les yeux face à la forte lumière qui l'aveuglait, par l’entrebâillement de la porte noire. Une silhouette semblait s'y animer, déformée par le fort rayonnement qui s'en dégageait. Ce qu'elle ne savait pas, c'est que si elle entrait, sa vie serait en grand danger. Mais la tentation était trop forte, la curiosité de la jeune fille l'emportant toujours sur sa raison. Alors elle observa attentivement la silhouette, attendant l'occasion de s'introduire dans la maison. Elle attendit de reconnaître un dos, et de le voir s'éloigner, pour pousser le bois sombre, et s'infiltrer sans un bruit dans la demeure étrange... Elle fut surprise que cette vive clarté venait d'un lustre, seul objet luxueux de l'intérieur délabré : les rideaux déchirés peinaient à couvrir les fenêtres tandis que quelques vaisselles gisaient en morceaux par terre et sur une grande table en bois. La fille déglutit, les sourcils froncés et le nez pincé par deux de ses doigts, tant l'odeur lui arriva vivement. Curieuse de découvrir la provenance de ce relent, elle balaya la salle du regard, le cœur battant fort sous l'effet de la peur mélangée à la hâte de découvrir cet endroit. Alors, elle commença à fouiller ; elle fureta sous la grande table, s'approcha du grand feu de cheminée où trônait une immense cuve remplie d'un liquide aux couleurs très franchement peu appétissantes, et remarqua la grande trappe au sol qui pouvait sans doute s'ouvrir sans mal, devant ses petits pieds chaussés. Soudain, elle entendit le bruit de pas revenir...C'était sûrement la silhouette de tout à l'heure ! Son cœur battait à la chamade, il fallait qu'elle se cache, mais où ? Son sang ne fit qu'un tour, elle ne voyait qu'une seule solution pour de sortir de la: Il fallait qu'elle danse la macarena ! Déterminée à s'en sortir, elle fronça les sourcils, gonfla ses poumons d'une bouffée de courage et, cherchant à lancer un regard de défis à la silhouette, elle regarda droit devant elle en entamant la danse.
Le propriétaire rentra alors dans la pièce , il s'agissait d'un homme d'une quarantaine d'années. En voyant la fillette danser, il fut prit d'une révélation: elle était le nouveau talent naissant, il fallait absolument la recruter ! Car en effet cet homme était.. Le célèbre nain aveugle unijambiste qui a fait carrière dans la plantation de pieuvres vertes d'Alaska. Du coup, il ne l'avait pas vraiment bien vus danser puisqu'il était aveugle, mais au son et aux vibrations de ses pas, il savait qu'il avait devant lui un talent brut. Il décida de l'inscrire à la célèbre émission "Danse avec les Stars". Ou plutôt, il aurait bien aimé le faire, sauf qu'une telle bouse n'existait évidemment pas dans leur monde, ni les autres émissions la concurrençant en nullité extrême bien sûr. Cependant il était bien décidé à la rentre célèbre. Par tour les moyens. Il toussa et d'une voix aiguë qui ne collait pas du tout à son physique barbue, s'exclama: « Par ma barbe rousse, que l'on me fasse taire si devant moi ne trône pas un des plus grands talents d'ici-bas ! » La petite fille se figea et arrêta de danser pour considérer le nain devant elle. Qu'il était petit. Elle le salua « Bonjour ! » Elle le regardait de haut en bas, « mais comment peut-on être aussi laid ! », se disait-elle, « un être aussi ignoble ne devrait certainement pas exister ! ». Le nain lui fit une révérence, avant de répondre à son humble salutation : « Salutations, salutations ! Permettez-moi, ma chère, de vous communiquer mon admiration, voire de vous adresser les compliments les plus distingués ; ma foi, quelle danseuse êtes-vous ! Je me nomme Pinegouine, Pinegouine d'Alaska. »
La fille cligna des yeux, dégoûtée - l'odeur venait donc venir de lui et sa laideur, et non pas de la marmite douteuse - et pensa : « Serait-ce une verrue verte que j'aperçois sur sa lèvre ?! » Pinegouine d'Alaska s'approcha pour prendre délicatement le menton de la jeune fille ; celle-ci, frappée par sa répugnance, grimaça en détournant légèrement la tête. Il tira la tête de la demoiselle au niveau de la sienne et elle put ainsi sentir les effluves sortir de sa bouche, et oui cette odeur pestilentielle n'était rien d'autre que son haleine ! « Pouah ! » s'exclama-t-elle dans son écœurement. La fille eut un brusque mouvement de recul, se dégageant violemment de l'emprise d'Alaska Pinegouine. Le nain fronça les sourcils. « Que se passe-t-il, ma chère ? Il me semblait t'avoir sentie plus gentille que cela. » Son ton était étrange, voire inquiétant. Soudain, une forte bourrasque fit brusquement claquer la porte, le bruit attirant l'attention de la miss; en se retournant, le nain avait disparu, sa présence se faisant pourtant toujours sentir.
Une présence très peu rassurante... La fille comprit que cet endroit n'avait rien d'accueillant et qu'elle aurait dû rebrousser chemin, et même, ne jamais entrer. Elle se rua vers la porte et tenta de l'ouvrir, mais malheur ! Elle était coincée ! Presque soudée au mur, même !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 142
Inscription : 21/12/2015
Lun 4 Jan - 16:27
La petite humaine huma l'odeur nauséabonde qui sortait de la maison, plissant les yeux face à la forte lumière qui l'aveuglait, par l’entrebâillement de la porte noire. Une silhouette semblait s'y animer, déformée par le fort rayonnement qui s'en dégageait. Ce qu'elle ne savait pas, c'est que si elle entrait, sa vie serait en grand danger. Mais la tentation était trop forte, la curiosité de la jeune fille l'emportant toujours sur sa raison. Alors elle observa attentivement la silhouette, attendant l'occasion de s'introduire dans la maison. Elle attendit de reconnaître un dos, et de le voir s'éloigner, pour pousser le bois sombre, et s'infiltrer sans un bruit dans la demeure étrange... Elle fut surprise que cette vive clarté venait d'un lustre, seul objet luxueux de l'intérieur délabré : les rideaux déchirés peinaient à couvrir les fenêtres tandis que quelques vaisselles gisaient en morceaux par terre et sur une grande table en bois. La fille déglutit, les sourcils froncés et le nez pincé par deux de ses doigts, tant l'odeur lui arriva vivement. Curieuse de découvrir la provenance de ce relent, elle balaya la salle du regard, le cœur battant fort sous l'effet de la peur mélangée à la hâte de découvrir cet endroit. Alors, elle commença à fouiller ; elle fureta sous la grande table, s'approcha du grand feu de cheminée où trônait une immense cuve remplie d'un liquide aux couleurs très franchement peu appétissantes, et remarqua la grande trappe au sol qui pouvait sans doute s'ouvrir sans mal, devant ses petits pieds chaussés. Soudain, elle entendit le bruit de pas revenir...C'était sûrement la silhouette de tout à l'heure ! Son cœur battait à la chamade, il fallait qu'elle se cache, mais où ? Son sang ne fit qu'un tour, elle ne voyait qu'une seule solution pour de sortir de la: Il fallait qu'elle danse la macarena ! Déterminée à s'en sortir, elle fronça les sourcils, gonfla ses poumons d'une bouffée de courage et, cherchant à lancer un regard de défis à la silhouette, elle regarda droit devant elle en entamant la danse.
Le propriétaire rentra alors dans la pièce , il s'agissait d'un homme d'une quarantaine d'années. En voyant la fillette danser, il fut prit d'une révélation: elle était le nouveau talent naissant, il fallait absolument la recruter ! Car en effet cet homme était.. Le célèbre nain aveugle unijambiste qui a fait carrière dans la plantation de pieuvres vertes d'Alaska. Du coup, il ne l'avait pas vraiment bien vus danser puisqu'il était aveugle, mais au son et aux vibrations de ses pas, il savait qu'il avait devant lui un talent brut. Il décida de l'inscrire à la célèbre émission "Danse avec les Stars". Ou plutôt, il aurait bien aimé le faire, sauf qu'une telle bouse n'existait évidemment pas dans leur monde, ni les autres émissions la concurrençant en nullité extrême bien sûr. Cependant il était bien décidé à la rentre célèbre. Par tour les moyens. Il toussa et d'une voix aiguë qui ne collait pas du tout à son physique barbue, s'exclama: « Par ma barbe rousse, que l'on me fasse taire si devant moi ne trône pas un des plus grands talents d'ici-bas ! » La petite fille se figea et arrêta de danser pour considérer le nain devant elle. Qu'il était petit. Elle le salua « Bonjour ! » Elle le regardait de haut en bas, « mais comment peut-on être aussi laid ! », se disait-elle, « un être aussi ignoble ne devrait certainement pas exister ! ». Le nain lui fit une révérence, avant de répondre à son humble salutation : « Salutations, salutations ! Permettez-moi, ma chère, de vous communiquer mon admiration, voire de vous adresser les compliments les plus distingués ; ma foi, quelle danseuse êtes-vous ! Je me nomme Pinegouine, Pinegouine d'Alaska. »
La fille cligna des yeux, dégoûtée - l'odeur venait donc venir de lui et sa laideur, et non pas de la marmite douteuse - et pensa : « Serait-ce une verrue verte que j'aperçois sur sa lèvre ?! » Pinegouine d'Alaska s'approcha pour prendre délicatement le menton de la jeune fille ; celle-ci, frappée par sa répugnance, grimaça en détournant légèrement la tête. Il tira la tête de la demoiselle au niveau de la sienne et elle put ainsi sentir les effluves sortir de sa bouche, et oui cette odeur pestilentielle n'était rien d'autre que son haleine ! « Pouah ! » s'exclama-t-elle dans son écœurement. La fille eut un brusque mouvement de recul, se dégageant violemment de l'emprise d'Alaska Pinegouine. Le nain fronça les sourcils. « Que se passe-t-il, ma chère ? Il me semblait t'avoir sentie plus gentille que cela. » Son ton était étrange, voire inquiétant. Soudain, une forte bourrasque fit brusquement claquer la porte, le bruit attirant l'attention de la miss; en se retournant, le nain avait disparu, sa présence se faisant pourtant toujours sentir.
Une présence très peu rassurante... La fille comprit que cet endroit n'avait rien d'accueillant et qu'elle aurait dû rebrousser chemin, et même, ne jamais entrer. Elle se rua vers la porte et tenta de l'ouvrir, mais malheur ! Elle était coincée ! Presque soudée au mur, même ! Prise de panique, elle tomba dans les pommes (enfin, peut-être aussi à cause de l'odeur). Lorsqu'elle se réveilla elle se rendit compte que

_________________



"Si du moins vous étiez une bête parfaite,
mais pour être une bête il faut l’innocence."

#993366
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 93
Inscription : 22/12/2015
Mar 5 Jan - 7:13
La petite humaine huma l'odeur nauséabonde qui sortait de la maison, plissant les yeux face à la forte lumière qui l'aveuglait, par l’entrebâillement de la porte noire. Une silhouette semblait s'y animer, déformée par le fort rayonnement qui s'en dégageait. Ce qu'elle ne savait pas, c'est que si elle entrait, sa vie serait en grand danger. Mais la tentation était trop forte, la curiosité de la jeune fille l'emportant toujours sur sa raison. Alors elle observa attentivement la silhouette, attendant l'occasion de s'introduire dans la maison. Elle attendit de reconnaître un dos, et de le voir s'éloigner, pour pousser le bois sombre, et s'infiltrer sans un bruit dans la demeure étrange... Elle fut surprise que cette vive clarté venait d'un lustre, seul objet luxueux de l'intérieur délabré : les rideaux déchirés peinaient à couvrir les fenêtres tandis que quelques vaisselles gisaient en morceaux par terre et sur une grande table en bois. La fille déglutit, les sourcils froncés et le nez pincé par deux de ses doigts, tant l'odeur lui arriva vivement. Curieuse de découvrir la provenance de ce relent, elle balaya la salle du regard, le cœur battant fort sous l'effet de la peur mélangée à la hâte de découvrir cet endroit. Alors, elle commença à fouiller ; elle fureta sous la grande table, s'approcha du grand feu de cheminée où trônait une immense cuve remplie d'un liquide aux couleurs très franchement peu appétissantes, et remarqua la grande trappe au sol qui pouvait sans doute s'ouvrir sans mal, devant ses petits pieds chaussés. Soudain, elle entendit le bruit de pas revenir...C'était sûrement la silhouette de tout à l'heure ! Son cœur battait à la chamade, il fallait qu'elle se cache, mais où ? Son sang ne fit qu'un tour, elle ne voyait qu'une seule solution pour de sortir de la: Il fallait qu'elle danse la macarena ! Déterminée à s'en sortir, elle fronça les sourcils, gonfla ses poumons d'une bouffée de courage et, cherchant à lancer un regard de défis à la silhouette, elle regarda droit devant elle en entamant la danse.
Le propriétaire rentra alors dans la pièce , il s'agissait d'un homme d'une quarantaine d'années. En voyant la fillette danser, il fut prit d'une révélation: elle était le nouveau talent naissant, il fallait absolument la recruter ! Car en effet cet homme était.. Le célèbre nain aveugle unijambiste qui a fait carrière dans la plantation de pieuvres vertes d'Alaska. Du coup, il ne l'avait pas vraiment bien vus danser puisqu'il était aveugle, mais au son et aux vibrations de ses pas, il savait qu'il avait devant lui un talent brut. Il décida de l'inscrire à la célèbre émission "Danse avec les Stars". Ou plutôt, il aurait bien aimé le faire, sauf qu'une telle bouse n'existait évidemment pas dans leur monde, ni les autres émissions la concurrençant en nullité extrême bien sûr. Cependant il était bien décidé à la rentre célèbre. Par tour les moyens. Il toussa et d'une voix aiguë qui ne collait pas du tout à son physique barbue, s'exclama: « Par ma barbe rousse, que l'on me fasse taire si devant moi ne trône pas un des plus grands talents d'ici-bas ! » La petite fille se figea et arrêta de danser pour considérer le nain devant elle. Qu'il était petit. Elle le salua « Bonjour ! » Elle le regardait de haut en bas, « mais comment peut-on être aussi laid ! », se disait-elle, « un être aussi ignoble ne devrait certainement pas exister ! ». Le nain lui fit une révérence, avant de répondre à son humble salutation : « Salutations, salutations ! Permettez-moi, ma chère, de vous communiquer mon admiration, voire de vous adresser les compliments les plus distingués ; ma foi, quelle danseuse êtes-vous ! Je me nomme Pinegouine, Pinegouine d'Alaska. »
La fille cligna des yeux, dégoûtée - l'odeur venait donc venir de lui et sa laideur, et non pas de la marmite douteuse - et pensa : « Serait-ce une verrue verte que j'aperçois sur sa lèvre ?! » Pinegouine d'Alaska s'approcha pour prendre délicatement le menton de la jeune fille ; celle-ci, frappée par sa répugnance, grimaça en détournant légèrement la tête. Il tira la tête de la demoiselle au niveau de la sienne et elle put ainsi sentir les effluves sortir de sa bouche, et oui cette odeur pestilentielle n'était rien d'autre que son haleine ! « Pouah ! » s'exclama-t-elle dans son écœurement. La fille eut un brusque mouvement de recul, se dégageant violemment de l'emprise d'Alaska Pinegouine. Le nain fronça les sourcils. « Que se passe-t-il, ma chère ? Il me semblait t'avoir sentie plus gentille que cela. » Son ton était étrange, voire inquiétant. Soudain, une forte bourrasque fit brusquement claquer la porte, le bruit attirant l'attention de la miss; en se retournant, le nain avait disparu, sa présence se faisant pourtant toujours sentir.
Une présence très peu rassurante... La fille comprit que cet endroit n'avait rien d'accueillant et qu'elle aurait dû rebrousser chemin, et même, ne jamais entrer. Elle se rua vers la porte et tenta de l'ouvrir, mais malheur ! Elle était coincée ! Presque soudée au mur, même ! Prise de panique, elle tomba dans les pommes (enfin, peut-être aussi à cause de l'odeur). Lorsqu'elle se réveilla elle se rendit compte que le propriétaire de la demeure, car sans le moindre doute c'était lui, l'avait enfermé dans une chambre, dans le même état désordonée que la pièce qu'elle avait au début pénétrée.

_________________
#4682B4
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 184
Inscription : 10/12/2015
Ven 8 Jan - 16:51
La petite humaine huma l'odeur nauséabonde qui sortait de la maison, plissant les yeux face à la forte lumière qui l'aveuglait, par l’entrebâillement de la porte noire. Une silhouette semblait s'y animer, déformée par le fort rayonnement qui s'en dégageait. Ce qu'elle ne savait pas, c'est que si elle entrait, sa vie serait en grand danger. Mais la tentation était trop forte, la curiosité de la jeune fille l'emportant toujours sur sa raison. Alors elle observa attentivement la silhouette, attendant l'occasion de s'introduire dans la maison. Elle attendit de reconnaître un dos, et de le voir s'éloigner, pour pousser le bois sombre, et s'infiltrer sans un bruit dans la demeure étrange... Elle fut surprise que cette vive clarté venait d'un lustre, seul objet luxueux de l'intérieur délabré : les rideaux déchirés peinaient à couvrir les fenêtres tandis que quelques vaisselles gisaient en morceaux par terre et sur une grande table en bois. La fille déglutit, les sourcils froncés et le nez pincé par deux de ses doigts, tant l'odeur lui arriva vivement. Curieuse de découvrir la provenance de ce relent, elle balaya la salle du regard, le cœur battant fort sous l'effet de la peur mélangée à la hâte de découvrir cet endroit. Alors, elle commença à fouiller ; elle fureta sous la grande table, s'approcha du grand feu de cheminée où trônait une immense cuve remplie d'un liquide aux couleurs très franchement peu appétissantes, et remarqua la grande trappe au sol qui pouvait sans doute s'ouvrir sans mal, devant ses petits pieds chaussés. Soudain, elle entendit le bruit de pas revenir...C'était sûrement la silhouette de tout à l'heure ! Son cœur battait à la chamade, il fallait qu'elle se cache, mais où ? Son sang ne fit qu'un tour, elle ne voyait qu'une seule solution pour de sortir de la: Il fallait qu'elle danse la macarena ! Déterminée à s'en sortir, elle fronça les sourcils, gonfla ses poumons d'une bouffée de courage et, cherchant à lancer un regard de défis à la silhouette, elle regarda droit devant elle en entamant la danse.
Le propriétaire rentra alors dans la pièce , il s'agissait d'un homme d'une quarantaine d'années. En voyant la fillette danser, il fut prit d'une révélation: elle était le nouveau talent naissant, il fallait absolument la recruter ! Car en effet cet homme était.. Le célèbre nain aveugle unijambiste qui a fait carrière dans la plantation de pieuvres vertes d'Alaska. Du coup, il ne l'avait pas vraiment bien vus danser puisqu'il était aveugle, mais au son et aux vibrations de ses pas, il savait qu'il avait devant lui un talent brut. Il décida de l'inscrire à la célèbre émission "Danse avec les Stars". Ou plutôt, il aurait bien aimé le faire, sauf qu'une telle bouse n'existait évidemment pas dans leur monde, ni les autres émissions la concurrençant en nullité extrême bien sûr. Cependant il était bien décidé à la rentre célèbre. Par tour les moyens. Il toussa et d'une voix aiguë qui ne collait pas du tout à son physique barbue, s'exclama: « Par ma barbe rousse, que l'on me fasse taire si devant moi ne trône pas un des plus grands talents d'ici-bas ! » La petite fille se figea et arrêta de danser pour considérer le nain devant elle. Qu'il était petit. Elle le salua « Bonjour ! » Elle le regardait de haut en bas, « mais comment peut-on être aussi laid ! », se disait-elle, « un être aussi ignoble ne devrait certainement pas exister ! ». Le nain lui fit une révérence, avant de répondre à son humble salutation : « Salutations, salutations ! Permettez-moi, ma chère, de vous communiquer mon admiration, voire de vous adresser les compliments les plus distingués ; ma foi, quelle danseuse êtes-vous ! Je me nomme Pinegouine, Pinegouine d'Alaska. »
La fille cligna des yeux, dégoûtée - l'odeur venait donc venir de lui et sa laideur, et non pas de la marmite douteuse - et pensa : « Serait-ce une verrue verte que j'aperçois sur sa lèvre ?! » Pinegouine d'Alaska s'approcha pour prendre délicatement le menton de la jeune fille ; celle-ci, frappée par sa répugnance, grimaça en détournant légèrement la tête. Il tira la tête de la demoiselle au niveau de la sienne et elle put ainsi sentir les effluves sortir de sa bouche, et oui cette odeur pestilentielle n'était rien d'autre que son haleine ! « Pouah ! » s'exclama-t-elle dans son écœurement. La fille eut un brusque mouvement de recul, se dégageant violemment de l'emprise d'Alaska Pinegouine. Le nain fronça les sourcils. « Que se passe-t-il, ma chère ? Il me semblait t'avoir sentie plus gentille que cela. » Son ton était étrange, voire inquiétant. Soudain, une forte bourrasque fit brusquement claquer la porte, le bruit attirant l'attention de la miss; en se retournant, le nain avait disparu, sa présence se faisant pourtant toujours sentir.
Une présence très peu rassurante... La fille comprit que cet endroit n'avait rien d'accueillant et qu'elle aurait dû rebrousser chemin, et même, ne jamais entrer. Elle se rua vers la porte et tenta de l'ouvrir, mais malheur ! Elle était coincée ! Presque soudée au mur, même ! Prise de panique, elle tomba dans les pommes (enfin, peut-être aussi à cause de l'odeur). Lorsqu'elle se réveilla elle se rendit compte que le propriétaire de la demeure, car sans le moindre doute c'était lui, l'avait enfermé dans une chambre, dans le même état désordonnée que la pièce qu'elle avait au début pénétrée. Ses yeux s'écarquillèrent et elle déglutit en sentant le matelas d'un lit sous elle. Elle se releva vivement et fonça sur la petit fenêtre au carreau sale, seule ouverture, si l'on omettait la porte, de la pièce nuptiale. Elle tirait, en vain. Soudain la porte derrière elle grinça.

_________________



fiche ✖️  liens
dusty scarecrow.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Histoire sans queue ni tête
» L'histoire sans queue ni tête
» Phrases phylosophiques sans queue ni tête pour vos signatures
» Car tu es mon frère [Erïka Miraslova Davidoff & William Cage]
» C'est l'histoire de l'eunuque décapité. Une histoire sans queue ni tête (Rea)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tevara :: Détente & HRP :: Jeux-
Sauter vers:


bouton partenariat