first lesson [with Ceyhan Fitzwilliams]

 :: Complexe scolaire :: Deuxième étage :: Salles de Classe B Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 30
Inscription : 03/01/2016
Lun 4 Jan - 21:22


first lesson



C’était son deuxième jours au sein de l’établissement, la veille, s’était une simple pré rentrée où on lui avait présenté ses collègues et fait visiter l’établissement qui était d’ailleurs plus grand que ce qu’elle avait pensé. On lui avait donné son emploi du temps, en tant que prof d’anglais elle donnerait des cours à toutes les classes contrairement à d’autres profs qui ne s’occupaient que d’une seule classe. Elle allait doc faire connaissance avec l’ensemble des élèves de l’école. Un peu stressée, elle se posait mille et une questions : allait-elle réussir à tout gérer, allait-elle avoir des chouchous ou des têtes à claque et surtout sera-t-elle capable de tenir le programme de chaque classe. C’était un véritable défi pour celle qui n’avait encore presque jamais exercé.

Aujourd’hui elle avait cours avec la classe A,C et finissait par la B. des élèves à priori assez doués et qui ne lui donneraient pas trop de fils à retordre. Elle se leva aux aurores pour se préparer mais préparer aussi la petite Tyler qu’elle devait emmener à la crèche. Elle avait d’ailleurs eu une chance folle de trouver une place pour la petite au dernier moment. Une fois Tyler nourris et habillée de la manière la plus mignonne possible elle posa sa fille dans son trotteur et pu s’occuper enfin d’elle. Elle enfila un pull en col v noir à strass juste assez moulant et décolleté  pour mettre en valeur sa poitrine, une petite jupe fleurie accompagné de collant noir opaque afin d’affiner ses cuisses et sa taille qu’elles trouvaient bien trop larges  et des bottines à talon noir pour lui faire gagner quelque centimètre. Il était important pour elle de faire bonne impression à ses élèves car après tout, en tant que jeune prof elle n’y avait pas beaucoup d’écart d’âge avec  ses élèves.

Une fois prête, elle prit sa fille et quitta son appartement. Elle laissa la petite à la crèche, Tyler était déjà bien habituée à voir du monde alors elle ne pleura pas une seconde quand sa mère l’a quitta. Cameron était si fière de son petit bout que c’était finalement elle qui allait finir par pleurer. Elle finit par quitter tant bien que mal la crèche et prit la route de l’école.  C’était avec  la boule au ventre qu’elle pénétra dans l’établissement. Elle donna son premier cours à la classe A, une classe exemplaire, des élèves modèles qui étaient tous attentifs au cours et participaient activement. Un véritable bonheur pour la jeune femme qui enhardit, enchaîna avec la classe C qui avait plus de difficulté tant dans l’apprentissage que dans la concentration mais qui faisait tout de même beaucoup d’effort en ce premier jour de cours.

La classe C était son dernier cours de la matinée, elle déjeuna donc avec ses collègues, ça lui permit de faire plus ample connaissance avec ses derniers et donner un peu son avis sur chaque classe qu’elle avait eu . En tant que nouvelle, elle écoutait attentivement le moindre conseil qu’on pouvait lui donner. Après le repas elle eut deux heures de trou ou elle discuta encore avec ses collègues en se promenant dans l’enceinte de l’établissement pour y connaitre les moindres recoins. Sa dernière heure de cours arriva plus vite qu’elle ne le pensait et elle avait déjà hâte d’aller récupérer Tyler à la crèche.  Les élèves s’installèrent donc et elle put se présenter à eux, elle sentait pourtant que quelque chose n’allait pas, ils étaient tous surexcités, surement parce que c’était la dernière heure. Pour la première fois la petite brune dut hausser le ton pour avoir un peu de silence.Elle put continuer son cours plus ou moins tranquillement, mais c’était sans compter sur un élève au fond de la classe, facilement reconnaissable grâce à sa tignasse orangée. Elle jeta un œil sur le trombinoscope pour pouvoir mettre un nom sur cette chevelure de feu.

« euh...Monsieur Fitzwilliams un peu de silence s’il vous plait ! »


Elle continua son cour, entendant toujours ses petits chuchotements et ses ricanements venus du fond, rappelons que grâce à son ouïe parfaite même un petite murmure lui était audible. la jeune femme se dirigeât donc vers la table du jeune qui ne remarqua même pas l’arrivée de son professeur. Arriver devant lui elle tapa un grand coup sur sa table afin d’avoir un peu de son attention.

« Décidément Fitzwilliams, vous vous faites beaucoup remarquer pour un premier jour »


Elle n’avait pas pour habitude de s’énerver comme ça face  des adolescents, d’ailleurs elle aussi était une élève assez dissipé au lycée. Pourtant il fallait qu’elle se fasse respecter alors elle n’avait pas d’autre choix. Heureusement le jeune homme semblait avoir compris la leçon et elle put continuer son cours dans le calme. Au bout d’une heure et demie la sonnerie retentit.

« Merci à tous, on se revoit demain,  lisez les 3 premier chapitre de votre livre on fera un résumé dessus demain. Bonne soirée à tous. »

Elle laissa ses élèves partir  l’exception de Ceyhan qu’elle interpella.

« Ceyhan ! Attendez un peu ! j’espère que demain vous serez beaucoup plus apaiser monsieur et que vous participerez plus qu’aujourd’hui, j’entends par là  une bonne participation bien sur »



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 20
Inscription : 22/12/2015
Mar 5 Jan - 19:54
First lesson
Cameron & Ceyhan



« Hey, Cey ! Regarde la prof ! Elle est plutôt bonne nan ?
- S'tu le dis. »

Je soupire en relevant les yeux vers la professeur d'anglais. Elle n'est pas laide, mais ce n'est pas non plus une beauté percutante. Plutôt douce dans son genre, son physique arbore des courbes gracieuses et agréables annonçant certainement son caractère. Quelqu'un de gentil, de fluffy, peut-être.

J'écoute mon camarade de classe, un sourire ourlant mes lèvres. Pas qu'il soit vraiment hilarant, c'est même le contraire ; un gars plutôt lourd portant l'étiquette “ BOLOS ” sur le front, assurément. Cependant, il m'empêche de me tourner les pouces et de m'emmerder comme un rat mort pendant les longues heures de cours. C'est à se demander ce qu'il fout en classe B.

Pas que je n'aime pas l'anglais, loin de là puisque je le suis, mais les cours sont d'une simplicité enfantine. Avant d'arriver à Tevara, j'étais sans prétention un élève excellent. J'avais même déjà planifié les études à venir, les vocations qui s'offraient à moi avant de me faire couper l'herbe sous le pied par maman ; elle m'a donné toutes ses économies pour voyager sur cette île et trouver un enseignement plus proche de "ma véritable nature". Elle s'est sacrifiée pour l'avenir de son fils unique, moi. C'était une mère aimante absolument merveilleuse.

Mon cœur se tord à cette pensée avant que je ne me concentre à nouveau sur le crétin à côté de moi. Il bave littéralement sur la professeur et " ses cuisses bandantes ", ce qui m'arrache des rires que j'essaie de faire discrets. Il a une de ces têtes de pervers en parlant de ça qu'il ne manque plus que le saignement de nez pour lui trouver un rôle dans un quelconque manga ecchi.

« T'as viré gay ou quoi ? Mate-moi ses cuisses ! T'as qu'une envie, c'est de les prendre à pleines mains pou-
- Ta gueule mec ! T'veux recevoir une -
- Euh… Monsieur Fitzwilliams, un peu de silence s'il vous plaît ! »

Je coupe mon pote avant qu'il ne dise une connerie et il ferme les lèvres, se contentant de mimer avec ses mains des choses explicites. Une autre voix me coupe dans mon élan, un son trop féminin et aigu pour être l'autre crétin. Je grimace en écoutant les remontrances de Bailey qui me sont destinées. Ma faute est d'avoir voulu lui laisser un peu de dignité, faut croire. Mais bon, j'allais certainement pas me mettre à parler d'elle avec mon pote de table.

Le cours ne s'arrête pas et elle continue de parler, d'expliquer des choses propres à la langue avant de s'approcher de ma table. Je la vois arriver du coin de l’œil mais je ne fais rien pour le lui montrer, préférant chuchoter à mon camarade d'être moins… expressif dans ses envies. Un grand coup porté sur ma table me fait lever les yeux sur elle. Je retiens une exclamation indignée.

« Décidément Fitzwilliams, vous vous faites beaucoup remarquer pour un premier jour.
- Mais… »

Elle ne me laisse pas le temps de répliquer et retourne à son cours sans un regard de plus pour moi. Tous les mêmes, les professeurs. Je la fusille du regard en laissant ensuite mes prunelles vagabonder en direction des fenêtres. J'observe les moutons cotonneux se promener dans le ciel gelé de l'hiver, les arbres squelettiques perdre leurs dernières feuilles… et je me coupe de la classe rendue amorphe par la fin de journée. Je n'écoute que d'une oreille les propos de mon camarade de table et attends que les minutes ne s'égrène, que la sonnerie crie enfin ma délivrance.

Le temps passe vite, la sonnerie retentit et tous se redressent de leurs pupitres, paraissant reprendre vie. Ils se dépêchent d'amasser leurs affaires pour s'en aller et je fais de même. Je suis retenu par la prof in extremis et lui envoie un sale regard, m'approchant d'elle en traînant un peu les pieds ; la démarche même d'un adolescent récalcitrant, en gros. Je baisse les yeux sur elle, la dominant d'une bonne tête et demie, peut-être même deux, et croise les bras sur le torse en attendant qu'elle ne s'explique.

« - Ceyhan ! Attendez un peu ! J'espère que demain vous serez beaucoup plus apaisé, monsieur, et que vous participerez plus qu'aujourd'hui. J'entends par là une bonne participation, bien sûr.
- Sans méchanceté, vos cours m'ennuient. Je ne fais pas tant de bruit que ça, je ne vois pas le problème. »

Un peu irrité, je tends la main pour la lui serrer en un signe de politesse pouvant être pris pour une excuse. Je dissimule un rictus narquois et attends qu'elle veuille bien me serrer la pince pour insuffler des émotions pour le moins gênantes chez elle. J'hésite un instant entre une honte inexpliquée et un désir incendiaire avant de me souvenir des paroles de mon pote de table. C'est parfait. Sadique, mais certainement un moyen idéal pour lui faire payer son acharnement. Quoi de mieux qu'un élève rendant une professeur étourdie d'envie ? Un moment qui, je l'espère, imprimera une gêne certaine en elle. Comme ça, elle saura qu'à l'avenir il vaut mieux me laisser tranquille.
electric bird.

   

_________________
 
Cause stories aren’t told
about the ones unseen.

With a gleam in his eye, his middle finger to the sky, crooked smile on his face, he doesn’t think he can die. @Hollywood Undead ≈ We Are©️ alaska

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 30
Inscription : 03/01/2016
Mar 5 Jan - 20:58


first lesson




C’est fou ce que les ados pouvaient être grand maintenant, lorsqu’elle était la seule debout et que tous ses élèves étaient assis, ça passait encore mais la forcé de constater qu’elle était ridiculement petite face à Ceyhan. Pendant une demi seconde elle se demandait si l’interpelé de la sorte était une bonne idée après tout à cette âge-là physiquement on était presqu’un homme alors il aurait pu ne faire qu’une bouchée d’elle s’il l’avait voulu. Puis finalement elle se dit qu’elle n’allait pas se laisser faire par un petit morveux de 16 ans, aussi grand qu’il pouvait être. D’ailleurs Il avait tout de l’ado blasé qui avait tout vue tout vécu et qui n’en avait strictement rien à faire des remontrances d’une petite prof. D’ailleurs il ne prend pas vraiment de gant pour dire le fond de sa pensée sur le cours de la demoiselle, cette dernière resta bloquée sur le mot ennuyé.

« Pardon ? »


Incapable d’en dire plus, elle serra les poings véritablement vexé par la critique de son élève. Voilà donc le bilan de sa première journée : elle était une prof ennuyante, elle savait que ce premier jour avait été un peu laborieux mais tout de même. Elle qui pensait que sa jeunesse apporterait de la fraicheur aux cours et qu’elle serait aimé de tous ses élèves, elle s’était totalement fourvoyée. Décidément ce sale gosse était vraiment pénible : non seulement il n’avait rien écouté au cours mais en plus il venait de lui plombé son moral, il était hors de question qu’elle se lève faire par ce poil de carotte.

« Que mes cours vous ennuis ou pas ça m’est égal, vous êtes obligé d’y assisté comme chaque élève de cet établissement, je vous demanderais donc un peu plus d’investissement de votre part. »


Elle avait l’impression de parler comme une vieille femme aigris, d’ailleurs elle n’utilisait peut-être pas la bonne méthode, mais si elle s’écoutait elle lui hurlerait des tonnes d’insulte à la figure, en tant que prof c’était tout de même moyen. Elle soupira pensant qu’après ça il partirait tout simplement, pourtant chose inattendu le jeune homme tendit la main. Il avait compris la leçon finalement ? C’était alors avec un sourire victorieux qu’elle tendit la sienne.

«Eh bien finalement tu es plus intelligent que tu veux laisser croire ! »


Sans qu’elle ne se doute un seul instant l’adolescent venait de lui tendre un piège, et elle s’était laisser berner comme une gamine. Elle s’en rendait compte que bien trop tard, à l’instant même où sa main entra en contact avec celle de Ceyhan elle sentit une vague de chaleur envahir tout son corps. Cette chaleur partait tout droit de son bas ventre et était complètement incontrôlable. Alors que sa respiration se faisait haletante elle regardait d’un air accusateur son élève comprenant tout de suite qu’elle était dans cet état par sa faute.

« que..qu’est ce que tu m’a fait, j’ai si chaud…j’ai..j’ai envie de… »


Elle se mordait les lèvres étonner elle-même de ce qu’elle était en train de penser, le jeune homme était littéralement en train de devenir un objet de désir pour elle. Elle s’empressa de fermer sa peur de peur que quelqu’un ne l’a surprenne, puis dans un effort surhumain elle accouru vers son bureau afin de trouver la fiche de renseignement du jeune garçon. « Contrôle des sentiments par le touché ». Le salaud l’avait bien eu ! A-t-elle avait-elle eu le temps de réfléchir qu’une nouvelle vague de désir plus forte encore envahissait son corps. Bien malgré elle, elle retira son pull laissant un apparaitre une poitrine opulente qu’elle avait gagné grâce à sa grossesse caché sous un soutient gorge noir à dentelle. Elle se mit à l’a massé sensuellement imaginant son élève le faire à sa place. C’était comme si son corps se mouvait tout seul.

« Arrête ça Ceyhan on ne peut pas….hmmm »



Elle se laissa tomber sur sa chaise. Regardant brulante de désire son élève. Son corps transpirant d’érotisme ne désirait qu’une chose alors que son esprit honteux et plein de haine n’avait qu’une envie, c’était que tout ça cesse.

« n’a…n’approche pas… »




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 20
Inscription : 22/12/2015
Mar 5 Jan - 22:04
First lesson
Cameron & Ceyhan


« Que mes cours vous ennuient ou pas ça m’est égal, vous êtes obligé d’y assister comme chaque élève de cet établissement, je vous demanderais donc un peu plus d’investissement de votre part. »

Je me gratte la nuque en serrant les dents, retenant un soupir d'agacement. C'est galère comme situation, mais j'ai déjà mis les pieds dans le plat en me montrant irrespectueux envers cette nouvelle arrivante. Alors pourquoi ne pas continuer ? Après tout, j'ai toujours été quelqu'un de franc, je n'ai jamais tourné ma langue sept fois dans ma bouche avant de parler ; je n'ai pas honte de mon jugement et le répéter encore et encore ne me dérange pas.

« Madame, au cas où vous ne le sauriez pas, je suis né en Angleterre et j'y ai vécu toute ma vie. Vos cours n'ont pas un niveau intéressant pour moi. »

Reste zen Cey, tout va bien.

Je lui tends finalement la main. Sa remarque me tire un petit sourire concupiscent ; si elle savait à quel point son jugement est erroné ! Son visage n'arborerait pas ce petit air suffisant propre à une personne certaine d'avoir gagné. Elle va apprendre à ses risques et périls qu'il ne faut pas sous-estimer une personne à cause de son âge ou de son apparence. Échec et mat, elle ne s'est pas méfiée et m'a tendu la main avec une naïveté certaine. Je la serre avec un air repentant factice et me concentre sur les sensations que je veux lui insuffler. Un désir envahissant. Une sensation de chaleur qui serpente le long du corps. Une envie impudique de franchir les barrières professeur-élève mises en place par l'institution. Un besoin viscéral d'éloigner la frustration, d'éteindre les flammes avares d'une excitation interdite par le règlement scolaire. Je la relâche.

« Vous tutoyez vos élèves, Madame ? »

Elle sait que je suis fautif. Je le vois au fond de ses prunelles ambrées. Elle regrette sa bêtise tout en se précipitant à son bureau, comme s'il serait un rempart, une protection inutile la protégeant de mes pouvoirs pourtant limités. Mon rictus moqueur s'agrandit alors que mes yeux luisent d'un amusement satyrique. Je la vois se mordiller les lèvres, son corps frémir sous la chaleur incendiaire qui l'assaille. Mais la suite me laisse perplexe. Ses mains se hasardent sur les pans de son haut et je n'ai pas le temps de l'arrêter ou de dire quidditch qu'elle le retire, dévoilant à mes prunelles une peau rosée et délicate. Elle prend sa poitrine en main sans attendre puis, assise sur sa chaise, se laisse porter par les émotions que je lui ai transmises. Suis-je allé un peu trop fort ? Je suis pantois ; sa réaction est hors-norme. Elle doit être frustrée pour agir aussi rapidement…

Expirant un souffle érotique, le regard humide de désir planté dans le mien, je ne peux faire autrement que la regarder faire un instant, les yeux ronds comme des soucoupes. Des plaques rouges envahissent mes pommettes alors que je sens mon corps réagir à cette vision pour le moins excitante, mais je ne me laisse pas aller, peu importe les étincelles d'envie éclatant dans mes entrailles. Je ne suis pas comme ça, je suis un mec respectueux. Je ne vais certainement pas m'amuser avec cette professeur sur son bureau, malgré les instincts primaires dont tout être humain se trouve affublés.

« Arrête ça Ceyhan on ne peut pas.... hmmmm. »

Je connais le corps d'une femme ainsi que les gémissements que l'on peut tirer de leurs entrailles... mais la voir geindre en se caressant à travers son soutien-gorge me laisse mal à l'aise. Je finis par me précipiter sur elle en ramassant son haut.

« N'a... N'approche pas.
- Vous êtes vraiment sans gêne ! »

Je lui enfile son pull comme je peux, les gestes un peu incertains à cause de la gêne que j'éprouve en ce moment. La situation est comique, l'arroseur arrosé comme on dit. Je descends le tissu jusqu'à sa poitrine au moins, dissimulant à mes yeux ses gestes indécents transpirant d'érotisme. Le pull est mis à l'envers, mais ce n'est pas mon problème. J'ai plus gros sur les bras, actuellement, qu'un simple soucis d'esthétisme. Décidant de tirer d'elle une réaction normale, pour changer, je pose ma main sur son épaule et lui transmets une sensation de gêne, de pudeur, en espérant que ce sera suffisant pour calmer ses ardeurs. Je ne m'imaginais pas que derrière ce visage tendre de professeur se cachait une véritable tigresse ! Elle cache bien son jeu.
electric bird.

 

_________________
 
Cause stories aren’t told
about the ones unseen.

With a gleam in his eye, his middle finger to the sky, crooked smile on his face, he doesn’t think he can die. @Hollywood Undead ≈ We Are©️ alaska

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 30
Inscription : 03/01/2016
Mer 6 Jan - 10:40


first lesson




L’étudiant, semblé gêner et même mal à l’aise de cette situation qu’il avait lui-même orchestrer. Il s’attendait à quoi au juste ? la jeune femme n’avait rien fait avec un homme depuis qu’elle était tombé enceinte soit un peu plus de deux ans, et là cet imbécile faisait exploser tout le désir qu’elle pouvait contenir en elle, ce n’était vraiment pas raisonnable car même s’il ne pouvait pas le savoir, on ne sait jamais ce que cachent les autres, ça lui servira de leçon. Pour l’heure elle était à mille de toutes ses considération, elle n’avait qu’une question on tête, qu’allait-il faire d’elle ? Les yeux à demis clos elle le vit se précipité vers elle, elle ferma les yeux pour ne plus le voir si à coup sûr elle lui aurait sauté dessus et Dieu sait ce qu’elle aurait fait du jeune étudiant.

Il était tout proche d’elle et cette nouvelle proximité la faisait trembler de tout son corps. Son visage devenait de plus en plus rouge au fur et mesure que l’étudiant se rapprochait d’elle. Alors c’était donc ça être prof d’expérimenté : se laisser malmener aussi facilement par des élèves malsain, rester totalement impuissante voir même le vouloir que ça aboutisse de toute ses force. Les seconds qui passèrent lui semblaient des heures. Au bord de l’évanouissement tant la tension était pesante, elle ouvrit les yeux plus que surprise de voir que finalement Ceyhan était en train de lui remettre son pull. Elle le regardant toujours avec cette lueur d’envie dans les yeux non sans une pointe d’interrogation.

« qu… »



Il finit par lui toucher l’épaule et à cet instant un flot de gêne, de honte et de regrets l’envahissent. Elle poussa un petit cri en remarquant que son pull était si mal mit qu’on voyait encore un bout de son soutien-gorge. Elle était totalement consciente de ce qu’elle avait fait et pourtant une partie d’elle-même se demanda si tout cela c’était réellement passé, dans un sursaut elle se releva et pointa d’un doigt inquisiteur son élève.

« Toi ! Qu’est-ce que tu m’as fait ? »


Avant même de laisser répondre le rouquin, elle ressentit une once de désir qu’il l’avait envahi quelque minute auparavant, chaque instant lui revint complétement avec un réalisme fou. Elle posa ses mains sur son visage rougit de honte avant de se laisser tomber une nouvelle fois sur sa chaise.

« Mais qu’est-ce que j’ai fait ? »


Comment avait-elle pu agir de façon aussi irrespectueuse, s’être comporter de façon aussi dépravante devant un élève innocent n’était pas digne d’un professeur. Et d’ailleurs il allait surement tout raconter aux autres élèves, voir même aux autres professeurs et pire encore à la direction ! Dire qu’elle n’avait exercé qu’un seul jour, on allait surement la renvoyé, elle se retrouverait donc au chômage sans le sous pour nourrir sa fille, et d’ailleurs sa fille on allait surement lui retirer la gardé à cause de cette histoire, on l’a placerait dans un orphelinat ou elle sera maltraité et vivrait une vie de tristesse sans amour. Face à ce scénario catastrophe des larmes perlèrent sur son visage, des larmes de plus en plus grosse qui finirent par se transformé en sanglot.

« Mais qu’est-ce que j’ai faiiit ! bouuuh !!! mes cours sont ennuyant et en plus de ça je m’en prend aux élèves, comment j’en suis arrivé là ? je ne mérite pas d’être prof, je ne peux….snif…. je ne mérite même pas d’être une maman…snif… ma pauvre petite Tyler est en danger avec moi ! je suis un monsstreeeeee ! bouhhhh »


La jeune femme avait presque oublié la présence de son élève, d’ailleurs elle avait complètement oublié qu’il était l’instigateur de tout ça. Son esprit torturer ne cessait de se rejouer la scène avec à chaque des détails de plus en plus glauque. C’est sûr qu’elle allait un peu loin la petite Cameron mais les pouvoirs de Ceyhan avaient accentué d’avantage le caractère stressé de la petite brune. Il allait comprendre à ses dépends que le mot modération ne faisait pas partie du vocabulaire de la jeune prof’.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 20
Inscription : 22/12/2015
Mer 6 Jan - 17:54
First lesson
Cameron & Ceyhan

« Toi ! Qu'est-ce que tu m'as fait ?
- Je vous ai touchée, rien de plus. »

Ou presque. Je n'ai a proprement parlé rien fait de spécial puisque c'est elle qui a réagi à mon toucher. Je m'amuse de la situation, essayant comme je le pouvais d'envoyer ma gêne balader, et me contente d'observer l'index accusateur qu'elle pointe sur moi.

Finalement, son visage se colore d'un magnifique rouge tomate alors qu'elle se laisse tomber sur sa chaise, se fustigeant certainement pour sa perte de contrôle. Je n'ai jamais vu une personne aussi sentimentale et lunatique que cette femme, même si, je l'avoue, j'y ai mis mon grain de sel.

« Mais qu'est-ce que j'ai fait ! »

Voilà qu'elle se met à monologuer toute seule en s'apitoyant sur son sort. À l'instant, elle ressemble plus à une adolescente perdue qu'à une professeur d'expérimentés. Sans que je ne fasse un petit geste, elle se met à verser de véritables larmes de crocodile qui ne tardent pas à se transformer en lourds sanglots. Ses épaules sont secouées de spasme alors que le chemin de ses pensées s'affichent presque sur son visage déformé par la tristesse.

Je soupire. Bordel, j'aurais jamais cru en arriver-là. Au moins, j'expérimente ainsi ce que mes pouvoirs peuvent faire « à faible dose » sur des personnes très sentimentales et sans une once de modération. Le résultat est pour le moins volcanique. Aucun doute que si mes intentions avaient été mauvaises, Bailey ne serait plus de ce monde. Comme quoi, il suffit d'un infime détail pour bousculer le train-train quotidien d'une personne.

… Mais ses larmes ne se tarissent pas malgré les minutes qui s'écoulent. Je ne peux quand même pas la laisser dans un état que j'ai moi-même causé ? Je ronchonne pour la forme en posant à nouveau ma paume sur son épaule, prenant une profonde inspiration en imaginant des sensations apaisantes. Je réfléchis aux émotions qui nous traversent lorsque la sérénité s'empare de notre âme et, doucement, je laisse s'écouler ces sensations relaxantes à l'intérieur de cette professeur lunatique, en espérant qu'elle ne se calme.

« Calmez-vous un peu. Tyler a besoin d'une mère forte, pas d'une pleurnicheuse ! » J'essaie de la secouer pour qu'elle se reprenne.

Ma propre mère pleurait souvent, mais elle ne s'est jamais laissé allé comme Bailey. Jamais. Je suis un peu déçu par la puissance de son amour maternelle pour le moins défaillant. Ainsi, si elle se retrouvait à la porte, Bailey ne ferait que se lamenter sur son sort sans même penser à son enfant ? Bravo la mentalité. Et dire que je suis en train de griller mon après-midi pour une professeur hyper sensible...
electric bird.

 

_________________
 
Cause stories aren’t told
about the ones unseen.

With a gleam in his eye, his middle finger to the sky, crooked smile on his face, he doesn’t think he can die. @Hollywood Undead ≈ We Are©️ alaska

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 30
Inscription : 03/01/2016
Mer 6 Jan - 19:22


first lesson




La jeune femme sombra petit à petit dans un état de grand stress, si grand qu’elle ne voyait plus du tout ce qui se passait autour d’elle, tout était sombre et froid. Elle ne faisait plus que marmonner des choses pas vraiment cohérentes, décidément ces élèves étaient redoutables ; comment un adolescent était capable de manipuler aussi facilement une adulte. Elle n’était finalement peut-être pas à ça place et peut être qu’avoir des élèves tous ce qu’il y a de plus aurait peut-être été à son niveau, mais si tous les élèves de cette école avaient les mêmes capacités que ce garçon elle serait alors très mal barré, parce que clairement ce n’était pas avec son ouïe ultrasensible et ses petites oreilles de félin qu’elle pourrait rivaliser.

Cela étant le jeune qui semblait se sentir un tantinet responsable de cette scène navrant décida qu’il était temps d’arrêter cette comédie et fini par l’a touché une nouvelle fois en l’a sermonnant. Cette fois-ci un sentiment de bien-être envahit la jeune femme, son corps se détendit complétement et c’était le clos le visage relevé vers le plafond qu’elle vit le visage radieux et souriant de sa petite fille. Il n’y avait rien de plus doux et apaisant à ses yeux que cette vision-là. Tout doucement elle rouvrit les yeux toujours fixé vers le plafond alors qu’une dernière larme perlait encore le long de sa joue. Elle se redressa petit à petit adressant un magnifique sourire à son élève, surement le reste d’effet du pouvoir de Ceyhan.

Petit à petit, tout ce qui c’était passé lui revint à l’esprit et ces montagne russe émotionnel lui donnait presque la nausée. Il l’avait vraiment manipulé comme un vulgaire pantin ce sale gosse. Il avait complètement brisé la carapace de Cameron, elle qui aux yeux de tous était une jeune femme téméraire et pleine de vie venait de montrer la partie la plus faible d’elle-même et accentué par les pouvoir de l’étudiant en plus. Son beau sourit s’évapora, et elle regarda l’élève avec une lueur de haine dans le regard.

« Toiii…grrr »


Elle bondit de sa chaise tel un petit chat près à sauter sur sa proie. Il allait payer cher cet affront qu’il venait de lui faire. Elle en oublia même pendant l’espace d’un instant qu’elle était professeur. Seulement voilà elle s’était déjà assez montrer spectacle il était pour elle d’agir en adulte. Elle se calma un peu et applaudit doucement son élève en souriant.

« Bravo Ceyhan, tu as réussi à m’avoir ! »


Elle retourna s’assoir à son bureau ne quittant pas son élève des yeux et toujours en souriant. Croisant ses jambes et ses doigt et essayant de garder un maximum son calme, se répétant sans cesse « agis en adulte ! Agis en adulte ! ».

« D’ailleurs, je tenais à m’excuser, je n’ai pas vraiment un comportement adapter. Ça ne se reproduira plus compte là-dessus. »


Elle s’arrêta et resta silencieux un petit instant avant d’afficher un sourire satisfait sur son visage, après tout elle était prof ça lui proférait un pouvoir que lui n’avait pas et donc une certaine puissance.

« Quant à toi… tu ne perds rien pour attendre. J’ai entièrement conscience que tout ce qui viens de se passé dépend entièrement de ta volonté, je ne veux d’ailleurs pas en connaitre les raisons. En tout cas tu vas le payer…hmmm d’ailleurs comment vais-je faire pour te punir…hmmm voyons, voyons….je n’ai encore jamais punis un élève. »


Elle fit mine de réfléchir, puis tapa son poing dans la main en lâchant un petit bingoo !

« Bon pour commencer, 2 heures de colles, je sais c’est pas très original, mais crois-moi si la torture était autorisé je m’en serait allègrement servis. Et puis c’est de bonne guerre tu ne crois pas ? »


Elle continuait à sourire.

« Ah j’oubliais le plus important, tu parles de ça à qui que ce soit et je raconte au directeur que tu t’es servis de t’es pouvoir pour profiter de moi, et crois moi je suis une excellente actrice. Après je te laisse deviner entre le parole d’un professeur et celle d’un élève laquelle sera prise au sérieux. »


Il allait surement la détester mais elle n’avait pas d’autre choix il avait été beaucoup trop loin. Elle continuait à le fixer en prenant cette fois ci un ton un peu plus sérieux.

« Bon maintenant dis-moi, pourquoi t’as fait ça ? je sais que je t’ai dit que je ne voulais pas connaitre la raison mais en fait si. Je veux dire, mon cours était si chiant que ça, j’ai été si barbante ? Ou peut-être que je prends trop ça à titre personnel et que t’avais simplement envie de t’amuser après les cours ? »



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 20
Inscription : 22/12/2015
Dim 17 Jan - 15:26
First lesson
Cameron & Ceyhan


Je ne frissonne pas en croisant son regard empli de haine, je ne réagis même pas, son immaturité me laisse de glace. À vrai dire, cette émotion ne m'agresse même plus puisque j'ai du y faire face dès mon plus jeune âge. À cette époque, ce sentiment négatif prenait forme à partir de la haine de mes anciens camarades de classe qui étaient clairement répugnés par mon intelligence. Ils me jalousaient peut-être également quand ils n'essayaient pas de me supplier de les laisser tricher sur ma copie. Alors une personne de plus ou de moins à me haïr ne change rien.

« Bravo Ceyhan, tu as réussi à m'avoir !
- Je n'ai aucun mérite vu votre insouciance… »

Bailey ne m'apparait plus en tant que professeur ce qui a terminé de libérer le peu de respect que je cultivais à son égard. Je ne retiens plus mes mots, puisque j'ai plutôt l'impression de me retrouver face à une adolescente rancunière. Et puis, ce ne sont certainement pas ses formes de femme qui m'aideront à me retirer cette idée de la tête. Cameron Bailey est une grande gamine.

Ses excuses manquent de peu de me rassurer sur son âge mental mais les paroles qu'elle prononce par la suite m'arrachent un soupir de dédain. Sa maturité est impressionnante tant elle parait régresser au fur et à mesure des minutes. Est-elle seulement apte à enseigner à des expérimentés si un simple pouvoir comme le mien, qui n'est même pas véritablement offensif, - et très loin des dégâts des pouvoirs élémentaires -, est capable de la faire plier ?

« Ah j’oubliais le plus important, tu parles de ça à qui que ce soit et je raconte au directeur que tu t’es servi de tes pouvoir pour profiter de moi, et crois-moi, je suis une excellente actrice. Après je te laisse deviner entre la parole d’un professeur et celle d’un élève laquelle sera prise au sérieux. »

C'est tellement petit comme menace qu'un rire purement narquois résonne des tréfonds de ma gorge. Je croise les bras sur mon torse en l'observant avec le même agacement qu'un adulte devant un petit être piquant une crise de nerf.

« Vous êtes peut-être une bonne actrice, même si j'en doute, mais vous oubliez bien vite mes pouvoirs. Il me suffit de serrer la main du directeur pour l'avoir dans ma poche. Il me suffit de quelques minutes pour qu'il décide de son propre-chef de vous licencier. »

Je ne connais pas vraiment le directeur et ses pouvoirs, peut-être même y est-il imperméable, mais cela ne m'empêche pas de bluffer. Bailey ayant eu un aperçu de mes dons, il est clair qu'elle peut imaginer les dommages insidieux que je peux occasionner sur mon passage… Et vu l'idée que j'ai actuellement d'elle, je suis certain qu'elle tombera dans le panneau. J'ai cependant énormément de peine à avaler le fait qu'elle me donne deux heures d'arrêt alors que c'est elle qui est extrêmement réceptive à mes pouvoirs ! Je ne parviens pas à réprimer le cri d'injustice cherchant à dégueuler des mes lèvres pincées et c'est en serrant les poings que j'exprime mon irritation. Deux heures... Holy shit.

« Deux heures ? Vous vous foutez de ma gueule !? Vous n'aviez qu'à pas être aussi frustrée, merde ! »

Je ne m'excuse pas de mes paroles et me contente de l'observer d'un air coléreux, alors que je cherche à rejoindre la porte de classe pour sortir. Ses question m'arrêtent et je me tourne derechef vers elle avec une moue exprimant clairement ma mauvaise humeur actuelle. Deux heures d'arrêt.

« Bon maintenant dis-moi, pourquoi t’as fait ça ? Je sais que je t’ai dit que je ne voulais pas connaitre la raison mais en fait si. Je veux dire, mon cours était si chiant que ça, j’ai été si barbante ? Ou peut-être que je prends trop ça à titre personnel et que t’avais simplement envie de t’amuser après les cours ?
- Je vous l'ai déjà dit, la raison! Je suis natif d'Angleterre et vous ne m'apprenez rien. Regardez mon dossier scolaire si vous ne me croyez pas. »

Je suis un peu arrogant à dire cela de ses cours, mais le niveau n'est clairement pas suffisamment élevé pour m'intéresser. Je reprends difficilement le contrôle de mes émotions et me promets de trouver une solution pour manipuler mes propres sentiments, ce qui pourrait énormément m'aider dans la vie de tous les jours vu ma susceptibilité.
electric bird.

 

_________________
 
Cause stories aren’t told
about the ones unseen.

With a gleam in his eye, his middle finger to the sky, crooked smile on his face, he doesn’t think he can die. @Hollywood Undead ≈ We Are©️ alaska

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» English: Lesson 1
» Cole (+) Never a failure, always a lesson.
» Nou di ke se mantalite ki fè nou an reta. Eske se pa kilti nou pito?
» Reflections of Fidel: The lesson of Haiti
» Another Lesson [- Riley -]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tevara :: Complexe scolaire :: Deuxième étage :: Salles de Classe B-
Sauter vers:


bouton partenariat