Nous sommes actuellement en été au mois d'août.
Année 20xx. 80% de la population a développé des pouvoirs surnaturels, surnommés Alter. Certains les utilisèrent pour semer le chaos, détruire ou réaliser des activités illégales.
D'autres, à l'inverse, utilisèrent leurs nouvelles capacités pour sauver la veuve et l'orphelin, rendant réel le métier autrefois fantasmé de Super-héros, qui devint, au fur et à mesure, une activité reconnue par l'état. C'est ainsi que des écoles se spécialisèrent dans l'éducation de nouveaux justiciers, prêts à affronter ceux bravant la loi : les vilains.
La suite

Nouveautés

16/11/2016 — Equitis Romani autem esse filium criminis loco poni ab accusatoribus neque his iudicantibus oportuit.
11/11/2016 — Rogatus ad ultimum admissusque in consistorium ambage nulla praegressa inconsiderate et leviter proficiscere inquit ut praeceptum est.
11/11/2016 — Latius iam disseminata licentia onerosus bonis omnibus Caesar nullum post haec adhibens modum orientis latera cuncta vexabat nec honoratis

prédéfinis
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Balade en famille (PV Maya)

 :: Île citadine :: Aquarium Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 65
Inscription : 06/12/2015
Mar 2 Fév - 20:20

Réveil facile.
Le réveil se met à sonner bruyamment, je le coupe assez rapidement et vérifie que la sonnerie n’a pas réveillé Maya. Elle continue de dormir à poings fermés, c’est parfait. Je me dirige a pas feutrés vers la cuisine, passant ma tête dans la chambre d’Hana pour être sur qu’elle aussi dort toujours. Une fois arrivé dans la pièce je vérifie que tout est bien à sa place et je me dirige vers la sortie, enfilant en chemin un pantalon, mes chaussures et ma veste. Je dois me dépêcher pour ne pas qu’elles se lèvent avant mon retour, c’est donc en courant que je me dirige vers la boulangerie du coin de la rue et rentre chez moi dix minutes plus tard avec une douzaine de croissant et six pains aux chocolat. Je passe d’abord ma tête dans l’entrebâillement de la porte, personne, aucun bruit, ok. Je m’introduis dans l’appart et file vers la cuisine sur la pointe des pieds, je veux que tout soit nickel.

Je dispose les viennoiseries sur un énorme plateau en acier, je prépare deux cruches de jus d’orange et également un thermos de chocolat chaud, préparé à la poêle, à l’ancienne c’est le meilleur. Je pense que l’odeur va réveiller les demoiselles, mais ce n’est pas grave tout est prêt pour le petit déjeuner elles peuvent se lever quand elles le désirent. Mais bon vu que nous avons quelques chose de prévu tout les trois, pour une fois que je ne suis pas appelé à la dernière minute en plus il faut en profiter !  Je vais donc doucement dans la chambre de ma fille et m’approche de son lit. Je m’émerveille à chaque fois que je l’observe, comme chaque parent je suppose, cette petite bouille endormie paisiblement, partageant quelques traits de sa maman, j’ai beau ne pas avoir grand-chose à voir avec sa conception, planter la graine toussa, je suis fier d’avoir une fille aussi belle que sa maman, je n’ai vraiment rien à envier à personne.

A genoux sur le coté du lit, je caresse doucement la joue de ma fille avec mon index, murmurant d’une voix douce qu’il fallait qu’elle se réveille.  La petite ouvre difficilement les yeux, se frottant d’ailleurs le droit avec sa petite main.

-Papa ? C’est déjà l’heure pour l’aquarium ?
-Oui ma puce, mais il faut d’abord réveiller maman.
-D’accord !

La petite Hana qui vient de se réveiller cède la place à Hana la pile électrique, l’enfant se jette alors hors de son lit, retournant sa couette sans délicatesse faisant même valser sa peluche dans un coin de la chambre avant de se mettre à courir dans l’appartement dans la direction de la chambre de ses parents ou sa mère dort encore, hurlant « MAMAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN ! » de sa petite voix enjouée. J’arrive juste à temps pour voir mon adorable progéniture sauter sur mon lit et aller faire un énorme câlin à sa mère qui devait surement se demander ce qu’il se passe.

-Maman ! Faut se réveiller !
Disait-elle entre deux câlin et quelques bisous, cette enfant est aussi affective que sa mère.

Je m’assied sur le lit et ramène la petite contre moi en la serrant dans mes bras, lui expliquant sur un ton bas que réveiller sa mère comme le ferait une explosion atomique n’était pas la meilleure chose à faire. Bien sur jamais Maya ne risque de s’énerver contre sa fille pour quelque chose d’aussi bête, d’autant plus que j’imagine mal ma fiancée avoir oublié qu’aujourd’hui c’était la sortie en famille à l’Aquarium de Tevara. Quand je vois Hana aussi excitée j’ai l’impression d’avoir une fille hyperactive, mais bon quelle fillette de cinq ans ne serait pas aussi joyeuse à l’idée d’aller voir tout les poissons de l’aquarium et qui sait, peut-être même participer à l’activité des Dauphins ! Bon ça on en discutera sur place, mais ça ne serait pas mal.

-Le déjeuner est prêt mon cœur on aura plus qu’à se préparer et partir.
-Oh ouiiii ! L’aquarium !

J’embrasse ma fiancée et emmène la petite chipie à la cuisine. Cette dernière exulte d’ailleurs de joie en voyant les pains au chocolat et les croissant, je ne les ais pas pris pour rien, je sais que ma fille adore ça.  La petite, une fois au sol, s’installe à sa place et moi à la mienne, nous attendons donc ainsi assit que Maya vienne nous rejoindre pour commencer le petit-déjeuner familial et après partir en famille nous amuser un peu, beaucoup même.



codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 184
Inscription : 10/12/2015
Sam 6 Fév - 23:23

「tu es de ma famille, de mon ordre et de mon rang, celle que j'ai choisi, celle que je ressens」

feat. Nathaniel Dikiy
Tout était calme, dans la chambre. J'avais les yeux fermés, mais je sentais la chaleur du soleil pénétrer la pièce à travers les rideaux fins. J'entendais les premiers oiseaux de l'année pousser la chansonnette, et mon cœur se gonflait déjà de tendresse à cette écoute. C'était agréable, et en même temps la nostalgie du printemps dernier me revenait comme un froid glacial. Je m'empêtrais en soupirant dans les draps épais de l'hiver actuel, le printemps se pressant déjà aux portes de la météo pourtant. Mon souffle chatouilla mon visage, et mes rêveries se dissipèrent totalement, laissant place à un réveil doux. Un réveil comme je les aimais.
A côté de moi, sur le second oreiller moelleux, je n'entendais rien. Soit mon amour dormait ou profitait comme moi du repos réparateur du Week-End, soit il était levé. Quoi qu'il en fut, je ne pouvais que le remercier. Sans un bruit, il avait décidé de me donner le répit dont j'avais eu tant besoin cette semaine. Son visage m'apparut, et je souriais déjà. La torpeur qui restait encore sur mon corps m'empêchait de tourner la tête, d'ouvrir les yeux et de vérifier sa présence. Mais si tel était qu'il ne fut pas dans le lit, alors je savais que sa gentillesse naturelle l'avait poussé à préparer le petit déjeuner. Ha. Mon cœur se gonfla de tendresse. Mes yeux s'ouvrirent lentement sur un tissu blanc, et j'en respirai l'odeur, profondément.

Traîner au lit, c'était ce que je préférais, et de loin. J'adorais y passer le plus de temps possible dans mon lit, le Dimanche matin, enroulée dans ma grosse couette toute douce, et toute chaude. Elle sentait bon, l'odeur de mon fiancé la pénétrant souvent, et était tellement confortable qu'y rester la journée entière ne m'aurai jamais déplut. C'était elle qui surveillait mes sommeils, mes rêves et cauchemars, mais aussi mes amours. Ma couette était la seule témoin de mes plus grandes intimités, et je lui faisais autant confiance qu'aux membres de ma propre famille. Elle n'était pas vivante, certes, mais elle était tellement spéciale et j'étais tellement câline que la quitter pour aller travailler en semaine, ou pour préparer la maison le week-end était déprimant. C'était trop dur, pour la mère que j'étais, et qui souhaitait passer du temps au lit, seule ou non. J'aurais bien aimé appeler ma fille pour qu'elle vienne me tenir compagnie, mais je préférais la laisser se reposer. L'école en hiver l'épuisait un peu plus, le Soleil se faisant un peu plus rare.

Je baillais et mes yeux se refermaient déjà de flemmardise. Mes bras se replièrent contre ma poitrine et la position fœtale vint d'elle-même. J'expirais tout l'air de mes poumons, et me rendormais, tranquillement.

MAMAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN !

UH ? Je sursautais, mes doigts crispés sur ma couverture, et le visage affolé. On m'atterrit dessus, d'un coup. Je perdis tout idée de sourire pour me lever et aller voir mes deux amours. Mon cœur qui palpita comme un rouge-gorge vigoureux s'emballa de plus en plus, jusqu'aux paroles de mon enfant. Mon esprit resta blanc un instant. Hana... Sa voix m'apaisa instantanément, mais mon pouls mit du temps avant de reprendre la normale. Mon rythme cardiaque régulait ma respiration saccadée, et je pris le visage de ma fille entre mes mains, visiblement pleine de vie et rouge de joie. Elle m'assomma de baisers et de caresses sur le visage, tandis que ses petits bras venait me chatouiller les côtes de ses câlins maladroits d'enfant. J'explosai de rire, la peur déjà loin, et l'image de ma tête affolée me parvenant devant les yeux. Mes yeux se remplirent de larmes du matin, et de rire et je les essuyais de la tranche de la main avant de me redresser avec un peu de difficulté, encore sonnée par le réveil catastrophique auquel j'avais eu droit.

MAYA Hana, ma fleur, ne me fais pas si peur. On sait, on sait. Aujourd'hui est un jour spécial. Je me lève.

Mais avant de m'exécuter, du coin de l'œil je vis Nathaniel prendre la petite dans les bras pour les calmer, elle et son hyperactivité. Je lui lançais un regard plein d'amour, pour lui dire bonjour, mon visage sûrement béat devant les deux personnes que j'aimais le plus au monde.


Juste à ce moment-ci, ma vie était parfaite.


Elle le fut encore plus quand il se pencha vers moi, pour m'embrasser. Ses lèvres étaient douces, contre les miennes, et tièdes. Ma main vint naturellement caresser sa nuque, d'une manière totalement affective. J'entendais déjà le rire malicieux de la petite aux cheveux décolorés. Elle était toujours exaltée de nous voir nous embrasser. Les petits étaient tellement mignons...

Je balançais mes jambes hors de la chaleur confortable du lit, et j'en frissonnai. J'attrapais la veste de grosse laine blanche au pied du lit, pendant que la petite se balançait dans les bras de son père, les deux se dirigeant vers la cuisine. Oh, le déjeuner était prêt ? Je souris, les yeux dans le vide, redevable, et les rejoint une seconde plus tard, dans ma nuisette. Je resserrais les pans de la veste et entrait dans le séjour cuisine, rentrant la tête dans les épaules, et baillant encore un peu.

Mon sourire ne grandit que davantage en voyant les viennoiseries briller devant les yeux de la jeune Dikiy Mau Hong. Un minuscule rire passa entre mes lèvres, et je passais dans le dos de mon fiancé pour entourer mes bras autour de son ventre, et poser ma tête au creux de son cou, là où mes lèvres se posèrent.

MAYA Merci, murmurai-je, chaleureuse.

Je me retournais ensuite pour préparer deux tasses à café de brevetage noir, et un bol de chocolat, pour la plus jeune d'entre nous. J'écoutais, dos à ma famille, les bêtises qu'ils débitaient, et les entendre si heureux me comblait. Je leur servais leur boissons chaudes, me postant derrière la chaise de ma fille, portant la mienne à mes lèvres d'une main, l'autre ébouriffant ses cheveux. Je piquais ensuite un pain au chocolat – un de mes mets favoris en terme de pâtisseries – et l'engloutit rapidement pour pouvoir suivre la cadence de la jeune petite fille. J'avalais le reste du café chaud en prenant soin de ne pas me brûler et soupirais avec un sourire en courant derrière la petite blonde qui s'éclipsait déjà dans sa chambre en criant.

Lorsque j'arrivais dans la mignonne petite pièce personnelle, elle était déjà nue, prête à attraper ses vêtements joliment préparés la veille sur le lit défait. Je levais les yeux au ciel, d'amusement, et l'aida à enfiler sa petite culotte blanche et son maillot de corps. Elle avait mérité une petite jupe à carreaux pour avoir rapporté des sourires dans ses cahiers du jardin d'enfant, et des bons points. Le tout était rehaussa d'une petit chemise blanche et d'un petit béret noir, rappelant le cuir sombre de ses petites bottines.
Elle trépignait sur ses petites jambes, et je lui conseillai gentiment de ne pas trop bouger de la sorte si elle voulait être rapidement habillée. Elle s'exécuta, très sérieuse, les yeux fixés sur le mur d'en face pendant que je m'occupais à boutonner sa jolie petite chemise. Dès qu'elle fut parée et prête à partir à l'aventure, elle se posta devant la porte d'entrée, au garde à vous.

HANA C'est bon, je suis prête, fit-elle de sa voix fluette, imitant je-ne-sus-quel militaire qu'elle eut sans doute vu à la télé, dans ses émissions amusantes pour enfants.

MAYA Ma chérie, va te laver les dents, plutôt. Ton Papa va t'aider, tu verras.

Je lançais un regard amusé à ce dernier, qui s'occupait souvent de ce genre de choses. Je fis un pas en sa direction, lui collai un bisou en plein sur la joue, malicieuse comme ma progéniture, et je me dirigeais vers la chambre parentale pour pouvoir me vêtir, de même.

1306 mots

_________________



fiche ✖️  liens
dusty scarecrow.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 65
Inscription : 06/12/2015
Lun 22 Fév - 21:24

Préparation de bataille !
Je suis juste assit en face de ma fille toujours vêtue de son pyjama bien chaud, après tout la saison est froide et même la grosse couette de mon enfant ne suffit pas à rassurer sa mère, pas plus que le chauffage qui diffuse légèrement une douce chaleur confortable dans toute la pièce, enfin ce n’est pas un mal non plus, d’autant plus que malgré les apparences, des deux parents de ma magnifique progéniture, c’est bel et bien moi le plus surprotecteur, je plains d’ailleurs son futur petit-copain, ou sa future petite-copine. Néanmoins  cette discussion n’aura pas lieu aujourd’hui et de toute façon, Maya me coincerait encore en me disant qu’à cinq ans, notre fille ne risquait pas d’amener un garçon chez nous pour révisez l’anatomie du corps humain. Certes, finement jouer chérie, comme à chaque fois.

Sortant de mes pensées et de ma contemplation habituelle de l’enfant assise face à moi, je jette un œil à l’horloge attachée au mur de la cuisine, pour me confirmer que nous sommes bien dans les temps, je ne veux pas que ma fille soit déçue d’avoir raté une seule seconde du planning de l’aquarium. Je lève la tête vers la magnifique créature aux cheveux rose qui entre dans la pièce, vêtue d’une veste en laine blanche qui surmonte une jolie petite nuisette, cette délicieuse jeune femme illumine la pièce de son sourire qui me fait craquer à chaque fois que je l’aperçois, survint finalement le coup de grâce qui transforme mon cœur en fondue amoureuse, le petit rire de ma fiancée, l’arme ultime de Maya pour me faire faire ce qu’elle veut. Je n’y peux rien, je suis faible face à ça et je ne le regrette même pas à vrai dire ! Je la suis du regard pendant qu’elle se déplace dans mon dos, passant ses bras autours de mon ventre et dépose ensuite un baiser dans mon cou.

-Merci. Me murmura-t-elle sur un ton chaleureux.
-De rien amour. Lui répondis-je sur le même ton.

J’en profite pour caresser sa joue tendrement lors du baiser, puis la laisse s’éloigner sans la quitter du regard, mes yeux étant probablement à la limite de la guimauve tant je n’éprouve qu’amour et tendresse dès que je la vois. A l’autre bout de la table Hana s’impatiente, voulant manger son petit-déjeuner rapidement pour arriver au plus vite à l’aquarium, j’ai très peu de souvenir de ma jeunesse et de ce que je sais du passer de Maya je suis incapable de dire quel parent ma fille tiens sa vitalité et sa joie omniprésente, cependant je suis quasiment certain que ça vient de sa mère. Pourquoi ? Son sourire est exactement le même et inonde autant ma vie de lumière que ceux de mademoiselle Mau Hong.  Le tintement des tasses, le bruit du percolateur se mettant en chauffe et l’odeur du café, ainsi que celle du chocolat chaud emplissent la pièce, je me colle une gifle mentale, j’ai oublié les boissons chaudes du matin, heureusement ma chérie est toujours là pour garder mes arrières et j’en suis très fier.

Ma fiancée a juste le temps de posé les boissons sur la table, s’assoir et de boire la sienne tout doucement en soufflant dessus pour ne pas se brûler  que Hana commence déjà à dévorer toute les viennoiseries sur la table, son appétit je sais de qui elle le tiens par contre. J’en étais à mon troisième croissant, sans forcer et j’ai même avalé le café d’une traite. Pour les autres, certes c’est brûlant, mais avec ma résistance élevée à la température, ce n’était pas plus compliquer que boire de l’eau, j’ai même plus de soucis à manger une crème glacée par exemple, brrr que je hais le froid. J’ai à peine remarqué que ma tendre progéniture s’était ruer dans sa chambre pour se faire habiller par sa mère. J’engouffre un dernier croissant dans ma bouche et je me dirige vers ma chambre pour enfiler mes vrais habits de sortie, du décontracter bien sympathique. Je commence par simple blue jean tout ce qu’il y a de plus classique, relever avec une ceinture noire à boucle en acier, un t-shirt à longue manche vert, avec un faux col blanc pour casser l’uniformité du vêtement, je rajoute par-dessus un fin gilet de couleur kaki que je laisse ouvert, de toute façon je prendrais ma veste par précaution.  Le spectacle qui s’offre à moi quand je sors de la chambre, une fois complètement habillé, est pour le moins marrant. Ma fille, désormais vêtue décemment, oui la petite adore se balader en tenue d’Eve dans tout l’appartement, au garde-à-vous devant la porte d’entrée, c’est à la limite de me faire exploser de rire.

-C’est bon, je suis prête. Lâche-t-elle de sa petite voix.
-Ma chérie, va te laver les dents, plutôt. Ton Papa va t'aider, tu verras.

Je laisse échappé un léger « Ha ! » lorsque ma fiancée s’approche pour me plaquer baiser sur la joue et s’enfuir vers la chambre, comme une enfant, comme NOTRE enfant. Je m’avance alors vers Hana qui reste plantée là, au garde-à-vous, attendant que je l’attrape et la porte sur mon épaule comme un sac en toile de jute. C’est notre petit rituel à tout les deux, son rire enfantin en témoigne alors qu’elle laisse balancer ses bras au rythme de mes pas vers la salle de bain. Je la pose au sol et lui tend sa brosse a dent comme si c’était une arme de corps à corps, mon air étant devenu sérieux, je m’empare de la mienne et démarre alors notre délire de mission de sauvetage des dents.

-Vite commandant Hana ! Il faut détruire les saletés dans nos dents ! Utilisons nos brosses laser !
-Oui Soldat-papa. Donnez-moi les munitions ! Elle parle de la pâte dentifrice.

Nous voila partit en guerre contre le tartre et les bactéries pendant trois bonnes minutes de frottage intensifs mais sains, après tout le but n’est pas de déchirer nos gencives. Une fois notre bouche parfaitement propre, nos mains lavées et essuyées, Hana et moi-même retournons à l’entrée pour attendre ma fiancée qui devait encore s’habiller. Nous avions prévu de faire le garde-à-vous de nouveau pour surprendre notre bien aimée Maya une fois qu’elle serait sortie de là chambre parentale.

-Nous sommes prêts Général chérie !
-Oui ! L’aquarium n’attend plus que nous Général-maman !

Puis nous nous esclaffons tout deux devant notre bêtise, qui fera surement plaisir et j’imite déjà Maya qui va surement lever les yeux au ciel avec un sourire radieux sur le visage, jusqu’à ce qu’elle me voit l’imiter, là elle essayera surement de me le faire payer, mais gentiment.



codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Je m'appelle Rémi et je suis sans famille et je me balade dans la viiiiiiiiiiiiie !
» ♣ Présentation de Maya Whiteflow ♠ [Validée]
» Mariage des soldats Maya II et nain32
» DAN X BICHON MALE 2 ANS (SANS FAMILLE 89)
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tevara :: Île citadine :: Aquarium-
Sauter vers:


bouton partenariat