Don't look at me please... ft. Jail.

 :: Complexe sportif :: Piscine Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 161
Inscription : 07/12/2015
Mer 23 Déc - 12:32
reunion
Ryleigh x Jail

Il commençait à se faire tard. Mine de rien, cette journée de cours avait encore passé très vite. Beaucoup trop vite même. J'en avais moi-même conscience. Certes les cours principaux pouvaient être chiant, mais j'adorais les cours de survie et d'apprentissage du pouvoir. C'était des cours bien plus utiles à mes yeux. Moi qui n'était de base qu'un simple humain, j'étais devenu un expérimenté. Une "nouvelle génération" en quelque sorte. Même si j'avais vu d'autres sujets par le passé. Notamment une fille. Je ne me rappelle plus son nom, mais si je venais à la voir, une chose pouvait être certaines : je la reconnaîtrais pour sûr. Je me rappelais de son visage, de son regard vide. Oui, cette personne qui semblait ne plus être capable de ressentir quoi que ce soit. En fait, en y réfléchissant correctement, elle ne m'avait pas du tout adressé la parole ; il était donc logique que je ne connaisse pas son nom.

Mais pour l'instant, ce n'était pas la question. Je ne savais même pas si elle était sortie du laboratoire dans lequel on s'était retrouvé. Qui sait, peut-être était-elle dans ma classe ? Après tout, je ne regardais personne. Je divaguais, en général. J'observais le tableau, mes feuilles, et finalement je tournais la tête pour regarder s'il n'y avait pas quelque chose d'intéressant par la fenêtre. Et généralement, rien ne s'y trouvait. Logique, me direz-vous. Bref. Maintenant que les cours étaient terminés, je ne savais plus trop où aller. Mais une chose était sûre : je devais m'isoler au plus vite. Je ressentais cette sensation. Oui, ce petit quelque chose qui sonnait l'alerte en moi, qui me faisait comprendre que j'allais retomber dans une de mes crises. Mon cœur s'accélérait, et ma vision se troublait.

Cela n'allait pas tardé, mais je ne savais pas encore quand est-ce que ça finirait par tomber. Je savais dire quand cela finirait par arriver, mais le moment exact, j'en étais incapable. Après tout, après chaque crise, j'oublie tout ce qu'il s'est passé durant cet instant. C'est désagréable, croyez-moi. Se "réveiller" et se dire qu'on a fait une crise... Mais n'avoir aucun souvenir. C'était réellement horrible. Et bon sang ça m'énervait de toujours devoir trouvé un endroit pour m'isoler. En général j'allais sur le toit, endroit où personne n'était d'habitude. Mais beaucoup d'élèves semblaient avoir pris goût à un dernier repas en ces lieux. Alors il me fallait un autre endroit pour essayer de ne pas me faire avoir... Un endroit qui n'attirait personne en dehors des cours...

La piscine. Pourquoi n'y avais-je pas pensé plus tôt ? C'était un endroit où personne n'irait en dehors des cours, c'était même certain. Je regardais rapidement autour de moi, espérant que personne ne remarquerait que j'entrais. C'est bon, personne n'était visible. Ou plutôt, je n'avais vu personnes. Après tout je n'avais pas d'yeux derrière la tête, ce qui ne serait pas facile pour moi de voir si quelqu'un me suivant depuis tout ce temps, donc. Mais cela ne devrait pas arriver. Je n'avais pas beaucoup d'amis après tout. J'étais arrivée durant l'année de cours et forcément, je n'avais pas eu la chance de faire beaucoup de rencontre. J'étais même le tout dernier étudiant arrivé. Dire qu'avec mes résultats j'aurais dû finir en C... Mais ces idiots avaient perdu. Du coup, je me retrouvais en E. Bonjour la galère.

J'ouvrais les portes de la piscine, ne la refermant pas correctement derrière moi. Je gardais mon bonnet sur ma tête, mais une chaleur intense commençait à s’emparer de moi. Un mal de tête horrible... Je me sentais même obligé d'enlever mon t-shirt, avant de regarder mon épaule, par réflexe. Ce tatouage. Ce foutu tatouage... Oui, celui qui m'avait été fait, après toutes ces expériences. Rien que le regarder me donnait la nausée et me faisait perdre l'équilibre. Je tombais finalement, avant d'approcher ma main de ce même tatouage. Je tremblais, je suais. J'avais peur. Toutes ses atrocités me revenaient à l'esprit, et je détestais ça. Bordel, pourquoi est-ce que cela devait m'arriver maintenant ? Heureusement pour moi, ce n'était pas si fréquent que cela... Et j'espérais réellement que personne ne me verrait. Je n'aimais pas répondre à toutes ces questions... Mais non, il ne manquait plus que ça... Le son de la porte, grinçante. Quelqu'un entrait, j'en étais certains. D'un geste vif, je me retournais, le regard un peu flou, et le corps tremblant.

-Qui... Qui est là ?! Ne m'approche pas ! On pouvait sentir la peur qui m'habitait à des kilomètres.  C'était presque affligeant à voir, en fait. Je t'en prie...
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 5
Inscription : 18/12/2015
Mar 29 Déc - 20:07

image illustration

image illustration

« I can hear your soul crying »

I could hear it crying from far away each times. Our souls are connected ? I don't know. This damn ringing in my ears hurt.

T'as journée avait encore été horrible. Tu t'étais perdu dans tes pensées mine de rien, jusqu'à ce que cet enfoiré écailleux qui te serve de professeur ne vienne taper sur ton bureau. Un frisson désagréable avait traversé ton échine alors que tu le dévisageait, avant qu'il ne poursuive sa route entre les élèves. Tu ne profitait pas souvent d'un moment seul avec tes pensées. Parfois, tu te demandais ce à quoi ta vie pouvait ressembler avant. Mais à chaque fois, une légère douleur s'emparait de ton cerveau. Comme si quelque chose ne désirait pas que tu te souvienne. Pourtant, ce ne devait pas être si affreux ? Tu étais encore jeune pour avoir subis des atrocités. Accoudée sur ton bureau, tes yeux vairons parcouraient chaque têtes de la classe, avant de t'arrêter sur cette tête rousse. Tu ignorait pourquoi, mais tu semblait toujours t'attarder plus longtemps sur lui que sur les autres. Une raison ? Pas vraiment. Tu n'éprouvait rien pour lui. C'était un inconnu. Tu ne te souvenais même jamais de son nom. Rai... Ry... R-truc du genre, quoi. Un soupire traversant vaguement tes lèvres pâles, tu abandonnait enfin la contemplation de ce roux, retournant ton attention vers l'extérieur.

La cloche sonnait, les étudiants s'éloignait, livres sous le bras. Par groupe d'amis, il n'y avait que toi de seule. Ou tout moins, si tu oubliait ce truc là. Le roux. Ramassant ton sac que tu jetais sur ton épaule, tu t'éloignait lentement, tes pas se dirigeants inconsciemment vers la salle de musique. Tu n'avais pas tarder à sortir une de tes baguettes de batterie de ton sac, que tu faisait machinalement tourner entre tes doigts. Après tout, c'était ta routine. Celle que tu répétait à presque tous les jours après les cours. Mais pas cette fois-ci. Le local était fermé pour une cause X dont le professeur n'avait pas voulut te parler. Et c'était grincheuse que tu étais retournée sur tes pas. Si tu ne pouvait pas jouer... Que faire ? Tu n'avais pas faim, à défaut des autres élèves qui se jetaient sur la cafétéria pour manger un bout. Pourquoi ne pas aller fairr un tour à la piscine ? C'était une option comme une autre, n'est-ce pas ?

Tu te traînait les pieds. L'envie n'y était pas des masses, mais au moins, tu savait que ça serait vide. Après les cours, rares étaient ceux qui l'utilisaient. Enfin, sauf les membres du club. Mais eux étaient graciés de leur propre coin. Lucky. Toi, tu te devait de te contenter du minimum nécessaire. Rangeant ta baguette dans ton sac, tu portait une main à ta poitrine. Ton cœur faisait mal. Bah, ce n'était pas la première fois, ça passerait, comme à l'accoutumée. Passant un professeur au passage que tu saluais vaguement d'un mouvement de tête, ton visage n'arborant aucune expression, tu ne tardait pas à t'arrêter devant les portes qui menaient à la dites piscine. Était-ce vraiment une bonne idée ?... Bah, pourquoi pas. Ça faisait un bail que tu n'avait pas profiter de l'eau. Une fois de temps en temps ne te ferait pas de mal, non ? Te débarrassant de tes chaussures, tu eu tôt fait d'entré, l'odeur du clore envahissant tes narines. Une légère moue traversait tes traits. Tu n'aimais pas vraiment celle-ci, d'ailleurs. Mais bon, d'ici quelques minutes, ton odorat y serait déjà accoutumé, alors tu ne comptait pas tourner les talons de si tôt.

Mais à peine t'apprêtais-tu à tourner les talons pour entré dans le vestiaire féminin qu'une voix te parvenait. Il y avait déjà quelqu'un ? Un grognement traversant ton gosier, tu changeait de direction pour t'approcher de l'immense bassin. Poussant la porte qui y menait, un grincement te déchira les oreilles, transcendant le silence pesant de l'endroit. Il n'y avait personne, pourtant ? À peine t'apprêtais-tu à tourner le dos qu'une voix, faible, te parvenait. Faible et pourtant si claire. Ta tête se penchait, puis tu le voyait. Mr.R ? Torse nu, son regard avait croisé le sien. Il ressemblait presque à un animal effrayé. Et pourtant, ton regard restait rivé dans le sien, incapable de t'en décrocher. Ta propre douleur se faisait cinglante, comme un déjà vue désagréable. Tu avais envie de retenir ton souffle, mais tu n'y arrivait pas, la bouche entre-ouverte. Lentement, tes yeux s'était écarquillés. Tu ne comprenait pas ce sentiment pesant, cette envie de lentement t'approcher pour l'effleurer du bout des doigts. Comme si c'était soudainement un désir qui t'avais toujours habité. D'un coup sec, ta main abandonna ton sac qui s'écrasa au sol, tes baguettes s'en échappant pour rouler au sol.

« -Ryleigh... »

Codage by Gaki.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 161
Inscription : 07/12/2015
Ven 1 Jan - 0:44
i'm not crying !
Ryleigh x Jail

J'allais réellement mal. Je détestais ce genre de sentiment et pourtant, cela m'arrivait quand je me sentais stressé, que ma journée était mauvaise, ou tout simplement lorsque je me servais de mon cerveau. En l'occurence, comme aujourd'hui. Je m'étais un peu trop servis de mon crâne. Réfléchir était une si mauvaise chause ? Oui, c'était la pire des douleurs, surtout lorsque l'on est quelqu'un comme moi. J'ai vécu des choses horribles, que je ne serais sans doute jamais capable d'oublier. Si seulement j'avais été différent... Si seulement je ne m'étais pas comporté comme le pire des gamins quand j'étais un enfant, à l'orphelinat... Peut-être que j'aurais trouvé une famille d'accueil... Peut-être que j'aurais été différent... Je ne saurais le dire. Mais je ne pouvais supporter cela. Ce sentiment de douleur, de faiblesse.

C'était tout ce que j'étais capable d'affirmer ; j'étais faible actuellement. Sans doute plus que je ne l'étais en temps normal. Je ne voulais pas être vu. Je voulais être seul, que personne ne m'approche et surtout, que cette crise disparaisse le plus rapidement possible. Je mourrais de chaud, j'avais le corps qui tremblaient, et certaines parties de mon corps étaient douloureuses. Notamment le dos et le torse. Pourquoi ? Parce que c'était l'endroit où l'on m'avait le plus torturé. Cependant, pas la moindre cicatrice. Je baissais le regard vers mon torse, par simple réflexe. C'était bel et bien dû à mon pouvoir. J'étais devenu un homme phoenix, après tout. Des blessures ? Pfff... J'étais bien rapidement guéris ! Mais la douleur elle, ne disparaissait pas.

Cet enfoiré de sous-directeur, jamais je n'oublierai ce qu'il avait réussi à me faire subir. Jamais je n'oublierais ces heures de tortures... Et jamais je n'oublierai son air impassible, qui faisait de lui un homme détestable. Il me torturait, sans jamais faire preuve de compassion. Un véritable salaud que je détestais du plus profond de mon coeur. J'avais toujours souhaité rester humain. Je n'avais jamais désiré plus de pouvoir, ou que sais-je encore comme connerie. Je vivais à ma façon, sans réel but dans ma vie. C'était ce que je me disais. Mais désormais, j'avais un but ; sortir rapidement de Tevara pour essayer de vivre une vie normale, à nouveau. Si cela m'était encore possible bien évidemment.

Un bruit, une personne. J'étais pétrifié. Je savais que cette personne finirait par me juger, en me voyant me comporter de la sorte. Habituellement, j'étais fier, distant, et faisait preuve de réellement beaucoup de courage ; sauf quand il s'agissait de parler à une fille. Je n'étais pas peureux, mais timide, gros handicape pour un garçon hétérosexuel n'est-ce pas ? Mais bon. J'avais finalement tourné la tête vers la personne qui avait fait son apparition dans la piscine ; je la connaissais. Je me rappelais forcément mieux d'elle encore, lorsque je faisais mes crises. Comme si c'était hier... Je revoyais ce passage, dans cet espèce de laboratoire. Quand elle passait, en arrière plan, juste que j'ai subi une séance de torture. Jail... Si je ne me trompe pas, c'était son nom...

Et pour couronner le tout, c'était elle qui me voyait. Et pour la première fois, elle prononçait mon prénom. Pourtant, on n'avait jamais réellement parler ensemble, depuis le laboratoire... Elle était même sortie avant moi de celui-ci, si je me trompe pas... J'étais le tout dernier arrivé dans cette fichue classe E. Mais quoi qu'il en soit, ce n'était que des détails. Là, j'avais peur. Mon coeur hurlait, mon cerveau me repassait des images en boucle, alors que je ne souhaitais qu'une seule et unique chose : ne plus y penser. Même si elle me connaissait, je ne saurais pas ce qu'elle pourrait me faire subir. Pas dans mon état. Qui sait, peut-être allait-elle m'attaquer ?

-N... N'approche pas ! Je... Je ne me laisserai pas faire ! La peur se lisait sur mon visage, mes membres tremblaient, j'étais tout déstabilisé. J'avais essayé de me redressé, mais je retombais très rapidement. Je... JE ME FERAIS PAS TORTURER ! PAS ENCORE !!!
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Un second mandat de 3 ans pour Mario Andresol
» LUCAS a menti au sujet de fevry.
» To the jail [Jørgen]
» 14th Night : Jail [quête terminée]
» Chapitre 365 : "Fairy in the jail"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tevara :: Complexe sportif :: Piscine-
Sauter vers:


bouton partenariat