Get the fuck out ! ft Blake

 :: Complexe scolaire :: Rez-de-Chaussée :: Hall d'entrée Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 161
Inscription : 07/12/2015
Sam 26 Déc - 17:55
RUN BITCH, RUUUUUUUN !
Ryleigh x Blake

J'avais passé ma journée à me faire chier, pour ne pas changer. J'détestais les cours, d'autant plus lorsqu'il s'agissait de cette fichue classe E. Comment voulez-vous vous sentir à l'aise et prêt à suivre des cours lorsque vous êtes à même le sol, en train d'écrire sur une boite en carton vide vous servant de bureau ? C'était juste impossible. Impensable de travailler dans ces conditions. Et d'autant plus impossible d'écouter un professeur qui semblait lui-même dépiter par sa propre classe. Faut dire, de bons éléments en E, il n'y en avait pas des masses. Peut-être que j'en faisais partie, je n'en sais rien de toute façon. Ces cours étaient chiant. Si on se fiait à mes résultats d'examen d'entrée, j'aurais dû finir en C, mais vu que l'ancienne classe C avait foiré son coup, me voilà en E. Si ce n'était pas super...

Quoi qu'il en soit, les cours étaient terminés pour aujourd'hui. Avec un peu de chance j'allais enfin pouvoir rentré à mon "dortoir" et me reposer. J'avais pas très bien dormis la veille. Faut dire, avec un sac à couchage, pas de fenêtre, pas de chauffage, rien du tout, ce n'était pas toujours facile de s'endormir. Parfois j'étais même obligé d'utiliser mon pouvoir pour réchauffer la pièce... Bordel, qu'est-ce que cela pouvait être insupportable. Je fermais les yeux, me contentant d'avancer. Je ne savais plus trop quoi faire ces derniers temps. La fatigue m'empêchait d'aller me défouler au skatepark, et les cours donné par ce prof titulaire ressemblaient plus à de la dictature qu'autre chose... Un jour je lui ferais bouffer sa fierté à cet idiot, il le regrettera amèrement.

Mais alors que j'avais pour intention de rentrer, je me retrouvais encore une fois dans une situation des plus délicate. Oui, moi, le grand Ryleigh... Bon d'accord c'était de l'ironie, excusez-moi. Moi, Ryleigh, je me retrouvais à nouveau face à une fille. Celle-ci était déjà de un, plus grande que moi, et ça m'énervait. Mais surtout, c'était une fille. Non pas que je n'aimais pas les filles, mais j'étais beaucoup trop timide que pour réussir à tenir une conversation. C'était l'un de mes plus gros point faibles. Autant dire aussi, que combattre une fille serait quelque chose de difficile, pour moi. M'enfin soit, là n'était pas le sujet. Je fronçais les sourcils, l'observant l'air méfiant. Que me voulait-elle au juste, cette fille ? Est-ce qu'elle n'était pas en A, d'ailleurs ? Elle venait se moquer ?

-Ryleigh-kun... Je voulais savoir si tu étais libre ce week-end. J'aimerai apprendre à te connaître... Un petit rencard ça te dirait ?

J'ouvris grand les yeux, commençant à rougir, et je gardais la bouche grande ouverte. Elle venait de me demander cela ? Non, je devais sans doute rêver. Je tenais dans mon bras droit ma planche, et je la posais d'un seul coup au sol du hall d'entré. Ce que je comptais faire ? Me casser, bien évidemment ! Nope. Pas envie. Bye ! Et la seconde qui suivait, je prenais la fuite, cherchant à m'éloigner le plus loin possible de cette fille qui semblait avoir un sacré problème pour venir me demander cela comme ça, sans réfléchir. Bon sang, en plus elle essayait de me rattraper ? Mais c'est quoi la prochaine étape ?! NON ! VAS-T-EN ! J'accélérais donc, sans pour autant regarder devant moi. Autant dire que la course poursuite dura un assez long moment. Mais fût au final, arrêtée par une demoiselle qui ne faisait que passer par là. En effet, étant donné que je regardais derrière moi, je ne l'avais pas remarqué. Résultat ? Je lui étais rentré dedans. J'étais tombé, mais elle aussi. En voilà une belle, de connerie.

-Bordel ça fait mal ! Non, sans blague ?
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 129
Inscription : 21/12/2015
Sam 26 Déc - 23:37

Get the fuck out !


Percurtée.






B
l
a
k
e

&

R
y
l
e
i
g
h
Et finissez la fiche d’exercice donnée à la première heure. Vous pouvez y aller.

Blake finissait de s’attacher les cheveux en queue de cheval - ce qui dégageait son visage-, reposa son stylo quatre couleurs et remis la liasse de feuille dans sa pochette sans prendre la peine de la sécuriser avec les élastiques prévus à cet effet, jugeant cela comme une perte de temps, puis elle sortit en hâte de la salle.
Cet établissement était un vrai casse-tête pour la rouquine, elle n’arrivait qu’à atteindre quatre endroits : le toit, les dortoirs, l’entrée et puis les salles de cours en suivant le troupeau. Faute d’atterrir dans la bibliothèque, elle se résigna à feuilleter tous les soirs ses cours au café du centre-ville. Elle trouvait ce lieu très agréable, toujours une musique en fond, pas trop encombrante mais permettant de ne pas se perdre dans nos occupations, puis des murmures, des rires, les odeurs du café chaud, des pains aux amandes, des cigares entamés, tout ce qu’il fallait pour se détendre.

C’était pareil à chaque fin de journée ; elle abordait les couloirs un sourire dessiné sur ses pommettes, tenant fermement ses affaires et se rappelant toujours qu’un sac serait le bienvenu sans pour autant aller en acheter un. La routine, le trajet quotidien jusqu’au fauteuil noir mat au coin de la fenêtre pour ne revenir qu’à l’aube. Les allées de l’institut avaient un certain charme, quelque chose d’indescriptible que Blake n’avait jamais connu auparavant, cela changeait des collines verdoyantes surplombées de forêts, de lacs et de rivières dans les terres profondes d’Irlande. Elle dévala les escaliers toute joyeuse et arriva dans le hall, les baies vitrées laissaient passer l’air frais du soir à l’intérieur. Ses petits pas rapides la menèrent droit vers la porte, qu’elle s’impatientait d’ouvrir avec une énergie débordante.

PAM.

Sans même avoir atteint la poignée, elle se retrouva à terre, la pile contenue dans la pochette éparpillée aux quatre coins de la pièce. Un skateboard l’avait embouti, il devait aller drôlement vite pour qu’elle ne l’aperçoive pas. Il fallut quelques secondes pour qu’elle se rende compte de la chose, mais moi j’avais déjà tout vu et me réjouissait de ce qui l’attendait. Doucement elle se frotta les yeux et ressentit une douleur au tibia lorsqu’elle bougea sa jambe gauche, elle tourna la tête pour apercevoir tous ses cours mélangés, mais un gémissement proche, suivi d’une plainte lui fit changer de direction. Cela devait être le gars, ou plutôt l’hystérique qui conduisait ce skate.

« Merde, ça v… »

A peine avait-elle posé ses yeux sur lui que tous les sons qui voulaient sortir d’entre ses lèvres restaient prisonniers. Elle aurait pu s’émerveiller de ses yeux dorés si séduisants, s’étonner de sa taille atypique pour un homme ou même s’énerver en le voyant à terre, sans même daigner s’excuser, mais non. Ce qui l’intéressait c’était ses cheveux. Ses cheveux roux. Roux. Comme elle. C’était le premier qu’elle voyait loin de chez elle. Blake ressentit comme une gêne, un sentiment de honte pour elle, mais d’admiration pour lui. Elle paniquait intérieurement, elle avait l’impression d’avoir fait une gaffe, pire, elle remarqua qu’elle paniquait. Et ce n’était pas du tout bon pour elle.

Elle se ressaisit vite après avoir paru comme une idiote au sol contemplant le jeune homme, elle s’assit et s’affaira à ramasser par dizaines les copies. Malheureusement, une bonne partie tartinait le reste du hall et elle regarda avec désespoir le bas des pages, comprenant rapidement qu’elle ne les avait pas numérotées. Tant pis, elle y passerait la nuit s’il fallait, mais ce n’était sûrement pas le moment pour perdre confiance en soi. Elle était sur le point de sangloter de douleur et d’embarras, et d’une voix tremblotante ne fit que s’excuser, incapable sur le coup d'aligner plus de trois mots. Blake cédait.

« Désolée ».

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 161
Inscription : 07/12/2015
Dim 27 Déc - 18:13
i'm really sorry...
Ryleigh x Blake

Décidémment, ce n'était pas mon jour. Je ne faisais que faire des conneries ou rencontrer des personnes qui pourraient me causer des problèmes. La fille de tout à l'heure qui avait essayé de négocier un rencard, et qui m'avait ensuite coursé était l'un de ces fameux cas. Bon sang, n'y avait-il pas moyen d'être un peu tranquille de temps à autres ? Et bien non. À Tevara, être à la recherche du calme et de la paix c'était comme espérer redevenir humain après être devenu un expérimenté. Bref, c'était tout simplement impossible. Je le savais parfaitement, mais j'espérais toujours qu'un jour pourrait être plus tranquille. Un jour où je n'aurais pas forcément besoin de fuir une fille. Pas forcément parce qu'elle me drague ou quoi, mais simplement éviter qu'une fille me parle durant la journée.

Quoi qu'il en soit, cette course poursuite était terminée, mais un autre problème se présentait à moi. Oui, et c'était cette rencontre qui venait d'avoir lieu, à l'instant. Rencontre brutale si je peux me permettre. J'étais au sol, et la personne que j'avais percuté l'était également. Je me frottais le crâne dans un premier temps, et ensuite le genou droit. J'avais eu l'excellente idée de me balader en short, le résultat ? Je m'étais un peu brûlé la peau du genou lors de ma chute. Rien de bien méchant, on s'y habitue vite lorsqu'on fait du skateboard régulièrement. Et puis de toute façon, cette blessure ne tarda pas à se régénérer. J'avais de la chance, d'avoir le pouvoir de régénération d'un phoenix. C'était réellement pratique.

Je finissais finalement de geindre, regardant simplement mon genou cicatriser. Je soupirais ; j'étais réellement un monstre en fait, lorsqu'on y réfléchissais... On pourrait me couper la tête, un bras, ou même me transpercer que je reviendrais toujours à la vie. Est-ce que j'allais vivre éternellement ? Je n'en savais rien, mais alors, vraiment rien... C'était assez compliqué, comme situation. M'enfin soit. Plutôt que de m'attarder sur cela, je relevais la tête pour voir qui est-ce que j'avais bousculé, mais surtout, pour pouvoir m'excuser. La première chose qui me sautait aux yeux, c'était la couleur de ses cheveux. Elle était rousse. Comme moi. ENFIN ! Quelqu'un qui pourrait me comprendre ! J'me sentais nettement moins seul d'un seul coup ! Tant de joie !

Mais... Une petite minute... Elle était rousse ?! ELLE ?! C'était donc une fille ?! Bordel mais qu'est-ce que j'avais encore fait moi ? RETRAITE ! BATONS EN RETRAITE ET RAPIDEMENT ! Mais au moment où j'avais souhaité me relever, mon regard avait croisé le sien, l'espace d'un instant. Elle semblait... Avoir mal ? Ou plutôt être... étrange d'un seul coup. Je ne savais pas dire ce qui lui était réellement arrivé, mais je me sentais un peu coupable, pour une raison inexplicable. Elle s'excusait même et je ne comprenais pas pourquoi, d'ailleurs. J'étais celui en tort, ce n'était en rien de sa faute... Alors forcément, je restais un peu con. Con et rouge de gêne. Parce que c'était une fille. Tout simplement. Je tournais lentement la tête sur le côté, me grattant la joue.

-Ne t'excuses pas... C'est moi qui n'ait pas fait attention. Je suis désolé.

Je me redressais lentement, et j'observais les feuilles qui étaient éparpillées un peu partout. Je m'en approchais, pour finalement commencer à les ramasser. Ce n'était pas souvent, que j'aidais une fille. Pas par sexisme, mais uniquement parce que d'habitude je prends la fuite, instantanément. Bien trop timide que pour leur faire face. Mais là, c'était entièrement de ma faute, c'était logique que je lui refile un petit coup de main. Et une fois que j'eu ramassé ce qu'il restait, je lui tendais le paquet de feuilles, tout en rougissant à nouveau. J'attendais bien évidemment qu'elle prenne ce tas de feuille, mais je constatais également un petit détail. Elle semblait s'appuyer un peu plus sur une jambe. Elle évitait de se faire mal ? Ou bien avait-elle été blessée durant la collision ?

-Ah... Voilà pour toi et... tu ne t'es pas fait mal ? Enfin je veux dire... Je ne t'ai pas blessé ? Je la regardais ensuite, sans pour autant perdre mes rougeurs. Ce n'était pas facile, de tenir tête à une fille...
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 129
Inscription : 21/12/2015
Dim 27 Déc - 21:27

Get the fuck out !


Si tu souffres...






B
l
a
k
e

&

R
y
l
e
i
g
h
Son corps s’échauffait à mesure que les copies s’entassaient dans la pochette. Jamais elle n’avait autant faibli devant quelqu’un et elle sentait bien que le malaise allait vite devenir de la colère contre elle-même. Discrètement, elle s’appuyait sur son genou droit, voir si elle était capable de se relever sans trop de soucis. Elle éprouvait une sensation de douleur inconnue, plus forte que d’habitude, à croire que ce n’était pas un simple hématome. Quand ses yeux améthystes se reposèrent sur l’individu, il était devenu rouge. Pas un rouge pâle, non, vraiment. Un rouge qui tendait vers le roux de ses cheveux, on aurait dit une tomate, puis il s’excusa à son tour. Blake ne comprenait pas trop pourquoi, elle fut surprise et ses joues devenaient elles aussi rouges de stupeur.

Il se releva et ramassa les feuilles une par une, ses gestes étaient doux, rassurants, elle comprit vite qu’il ne lui voulait pas de mal et le jugea pour l’instant à cinq sur dix sur le bon côté des choses. Tant bien que mal, elle continuait de tater ses genoux, alternant gauche-droite, droite-gauche et crispant la mâchoire à chaque fois que la douleur revenait, lui s’approcha une fois toute la paperasse ramassée, tendant d’un geste un peu brouillon le paquet. Mais elle ne l’avait pas vu, elle se concentrait sur son plan de relève, tandis qu’il l’observait attentivement. Si elle avait su à quel point sa discrétion relevait de celle d’un éléphant, elle aurait cessé de suite, malheureusement elle ne possédait pas cette capacité d’analyse sur elle-même.

La voix du roux s’éleva dans l’écho de la pièce vide, elle était hésitante mais pourtant pleine de bonne volonté. Elle leva les yeux et arracha les feuilles de sa main, les engouffra dans le reste du tas et pris soin cette fois-ci, de positionner correctement les élastiques. C’était le moment de vérité, le pied droit passa devant et son poids bascula sur celui-ci, elle réussit à se lever sans trop de mal et à se tenir face à lui. Il n’était que d’une dizaine de centimètres plus grand, pas très vigoureux mais l’impressionnait. Blake ne discernait pas bien le motif de ce malaise présent en sa compagnie, les cheveux roux n’étaient pas une raison suffisante a priori. Elle se mordilla la langue cinq fois avant de lui répondre, prenant une grande inspiration et un air digne d’une Osmond.

« Non, c’est bon, ça va aller ».

Jamais elle n’emploierait le pronom je pour parler du bien-être qu’elle ressentait, toujours « ça va » ou encore « ce n’est rien ». C’était égoïste de parler à la première personne, cela donnait l’envie à l’autre de s’intéresser à vous, tout ce qu’elle détestait. En vérité, la colère montait en elle parce qu’il s’était préoccupé de son cas. Sa joue dévoilait un creux naissant, ce petit creux que l’on a quand on se mord les parois intérieures, l’agacement, la rage… Elle détournait ses yeux de lui en un coup de vent et se dirigea vers la porte d’entrée, sa jambe gauche suivit le rythme et elle arriva à l’atteindre sans trop de mal. Elle devait se détendre, un besoin vital de cracher quelque chose pour détruire cette boule au ventre qui l’empêchait de penser à autre chose qu’à elle. Penser à soi, non mais quel manque de savoir-vivre. Elle se soutint à la poignée et le dévisagea, il était encore et indéfiniment rouge. Son visage s’illumina et elle eut la révélation, comment partir d’ici avec une touche de joie : le voir s’énerver. Etant donné qu’il n’avait pas réellement l’air d’avoir besoin d’aide quelconque, elle pouvait se le permettre, puis il ne semblait pas si méchant.

« T’es mignon, mais t’es pas très grand ».

Sur ces mots, elle tourna le pommeau de la serrure et son corps fut caressé par l’air délicat qui signifiait le début de soirée. Elle allait enfin pouvoir se diriger vers sa destination de base, oubliant cette petite accroche, pour trier et relire ses cours. Elle lâcha prise de la poignée et s’avança d’un pas, jambe droite, et d’un autre, jambe gauche. Et se retrouva au sol au bout de trois secondes même pas, mais pour une fois, les feuilles étaient restées en place. Tous ses membres se mirent à trembler, l’angoisse l’envahissait mais elle tentait de se contenir. Elle reprit le pli qu’elle coinça entre son étui et la bandoulière, et les mains sur les pavés, tentait de se relever, en vain.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 161
Inscription : 07/12/2015
Dim 27 Déc - 23:08
i'm really sorry
Ryleigh x Blake

J'étais attentionné, pourquoi... C'était une putain de bonne question. Je ne savais même pas pourquoi j'agissais de cette façon. Parce que je me sentais coupable ? Oui, probablement. C'était de ma faute si elle était tombée, et si elle avait perdu ses feuilles. Forcément, je me sentais contraint de l'aider. Puis elle n'avat pas l'air bien méchante non plus... Enfin, j'espère. Elle donnait une forte impressiont de fille solitaire, en tout cas. Elle ne semblait pas ouverte aux discussions, et vu le matériel qu'elle avait déjà en possession, elle ne devait ni être en classe E, ni en D. Après tout, ce sont les classes avec le pire matos imaginable. Ce genre de poche ? Oubliez-les tout de suite, vous n'en aurez jamais ! Pas même avec votre argent de poche.

Elle m'arracha bien rapidement les feuilles de mes mains. J'étais surpris. Est-ce que j'avais fait quelque chose qui la dérangeait ? Avais-je été de mauvaise foie ? Je ne pouvais le dire avec exactitude. Je ne pouvais que me taire et attendre de recevoir une réponse de sa part. Est-ce que j'allais l'aider suite à l'accident ? Est-ce qu'elle avait mal ou non ? J'allais très rapidement le découvrir. Enfin, je l'espérais. Je n'aimais pas me sentir responsable d'une chose que j'avais faite à cause de mon manque de concentration. Ce ne serait pas très gâlant de ma part si je la laissais partir ainsi sans l'aider, et sans même essayer de me faire pardonner. Enfin, me faire pardonner, je m'en fichais. Je voulais juste l'aider... Je n'étais pas non plus égoïste, faut pas croire !

Ses mots, est-ce qu'elle essayait de me rassurer de cette façon ? Je ne savais trop quoi dire. Était-ce pour me dire qu'elle s'en sortirait sans moi ? Ou bien qu'elle n'avait pas mal ? Je ne pourrais le déterminer sans plus de précision. Mais j'avais cette ferme impression qu'elle se sentait... obliger. Obliger d'avoir une allure forte. Avait-elle peur que je la juge ? Je n'étais pas ce genre de personne, mais alors réellement pas. Sauf quand... Oui. Quand on me disait que j'étais petit. Elle venait d'oser le dire. Oser dire ce qui ne devait jamais être prononcé en ma présence. Moi ? MOI PETIT ?! Un grognement ainsi qu'un grincement de dent se firent entendre. J'avançais l'air décidé, ayant d'ailleurs récupérer ma planche au passage. Ce qui risquait d'arriver n'allait pas être beau à voir.

Mais après qu'elle eut ouvert la porte, elle se retrouva bien rapidement au sol. Mon regard s'était calmé. Je me contentais de l'observer, avant de laisser s'échapper un long soupire d'entre mes lippes.

-Voilà ce qui arrive quand on se moque de la taille de quelqu'un. On tombe de haut.

Je m'approchais donc, jusqu'à arriver à côté d'elle. Sans même lui demander son autorisation, je l'attrapas, l'aidant ensuite à se relever. Je rougissais bien évidemment, mais vu la douleur qu'elle semblait avoir ressentit quelques secondes avant, ce n'était pas aussi grave. Je fis en sorte qu'un bras de la rousse se trouve dans ma nuque, de manière à l'aider à tenir debout. Le plus important n'était pas de lui manquer de respect, ou même de m'énerver. Ce qui était important c'était de l'aider, lui faire comprendre qu'en rien tu n'allais l'agresser et que tu étais là pour la conduire à l'infirmerie. Qu'elle t'ait insulté ou non n'était plus qu'un détail. Je lui avais fait mal involontairement, je devais en prendre les responsabilité.

-T'amuses pas à m'embêter par contre... Tu penses pouvoir tenir jusqu'à l'infirmerie j'espère ? Oui, je comptais l'y conduire. C'était sympa de ma part, non ?
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 129
Inscription : 21/12/2015
Lun 28 Déc - 11:48

Get the fuck out !


... alors fuis.






B
l
a
k
e

&

R
y
l
e
i
g
h
Ce genre de personne, le genre qu’était le roux, sont des personnes attachantes et prévisibles, Blake savait très bien qu’elle avait atteint un point sensible et pouvait presque l’entendre cogiter à travers les géants de verre qui la séparaient de lui. Son pas ferme faisait vibrer tout ce qui l’entourait, étonnant pour un gamin aussi petit, mais tout s’arrêta aussi vite que cela avait commencé. Dès qu’il la vit à même la terre, il se figea, un stoïcisme incomparable. Je crois que c’est la première fois que j’apercevais Blake dans un état comme celui-ci, fragile, faible, lâche et tous les synonymes avec lesquels on peut la décrire. Il faut aussi dire qu’elle ne s’était jamais blessée, c’était une enfant agile et extrêmement rapide autrefois, néanmoins elle avait perdu de cette force en grandissant. Il lui restait tout de même cette force mentale de ne jamais échouer, qui au moment présent lui disait de se relever, de se ressaisir. Mais elle n’y arrivait pas.

Les mains rougies par le froid et par l’appui qu’elles détenaient, le pied droit en adhérence, elle poussait de toutes ses forces pour remonter toute sa masse, cependant dès lors où il fallait poser le pied gauche, c’était foutu. Il s’agissait une onde qui se propageait du point de contact dans tout le corps, qui vous faisait frémir de douleur et vous tirait vers le bas, comme si vous lui apparteniez. Le jeune homme arriva par derrière et lui fit une remarque à laquelle elle se gaussa, à l’évidence, il ne devait pas tomber de très haut pour sa part. Elle tentait toujours de s’élever comme un poulain qui vient de naître, pourtant son élévation fut possible grâce à lui. Seulement à lui. Il lui saisit le bras gauche et de l’autre main la souleva sur le flan, passa ensuite la main de Blake derrière son cou et l’aida à marcher.

Le mouvement d’une jambe puis de l’autre se faisait lentement, avec précision. Elle lui en était reconnaissante, toutefois il l’aidait. Aider, personne ne l’aidait jamais, elle n’avait pas besoin d’aide, de personne. Tous des escrocs, ils vous aident et puis vous demandent toujours quelque chose en retour. Sauf Blake, elle ne demandait jamais rien pour ce qu’elle faisait, une altruiste en quelques sortes. Alors qu’ils s’approchaient de la porte, il lui demanda si elle se sentait capable d’aller jusqu’à l’infirmerie, à ses mots, son visage devint rouge d’humiliation. Il pouvait se méprendre, c’était le même rouge que quand lui rougissait, mais n’allez pas croire que Blake rougit pour des futilités telles, elle n’avait strictement aucune idée de ce que cela signifiait véritablement.

Brusquement elle se retira de son emprise et sautilla un peu plus loin, de même pas un mètre. Elle ne pouvait pas marcher seule mais avait trouver la solution, elle sortit alors son épée de l’étui et la posa au sol pour maintenant sa personne debout, une cane artisanale des plus originales et entrepris une balade tranquille dans le hall, l’arme avançant au rythme de la jambe gauche et s’enfonçant lorsque la jambe droite bougeait. Elle peinait, boitait à chaque frappe sur le linoléum de l’établissement, seulement elle déclinait toute assistance par peur de redevoir par la suite.

Du moins, c’est ce qu’elle croyait. Le soucis majeur résidait dans le fait qu’il soit roux, et que ce soit un homme, il l’impressionnait par son attitude si singulière, elle ne savait pas comment réagir. Après tout, il se souciait de sa jambe, alors il devait avoir un bon fond, c’était un type bien. Trop bien peut-être, intriguant. Quoi qu’il en soit, en plus d’être roux, atypique, attentionné, il était mignon. Mais pas mignon au sens des canons de beauté du vingt-et-unième siècle, mignon, plaisant, juste ça. C’est pour cette raison qu’elle devait fuir, s’en aller vite et loin avant qu’il ne revienne, s’il revenait. C’est donc telle une vieille boiteuse qu’elle se dirigea vers l’escalier menant aux dortoirs. Oui, vous avez bien lu, l’escalier.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 161
Inscription : 07/12/2015
Mer 30 Déc - 13:34
i'm really sorry...
Ryleigh x Blake

Je n'aidais que très rarement mon prochain. En fait, très rarement quand mon prochain s'avérait être du sexe opposé. Pour ce qui était des mecs... Autant dire qu'ils n'avaient pas besoin d'aide. Ici, les mecs sont plutôt du genre à jouer les fiers. Ils essaient de se donner une image pour éviter de se retrouver dans des situations embarrassantes, ou même parfois peut "virile". Je trouvais cela particulièrement stupide. Après je ne cache pas avoir honte de mes propres faiblesses, par moment. C'était difficile de toujours admettre ses torts et d'être aussi franc que moi. Après tout, j'étais le genre de garçon incapable de mentir. Tout le monde pouvait voir parfaitement clair dans mon jeu. L'un de mes plus grand point faible, sans doute.

Mais malgré tout, ici, je voulais l'aider. J'étais responsable de la douleur qui semblait l'habiter, et je n'aimais pas la voir souffrir de la sorte. C'était pour cette raison que je l'avais aidé à se relever, et que je l'aidais également à avancer. Je ne cherchais pas une quelconque forme de gratitude, cela n'avait aucun intérêt pour moi. J'agissais parce que j'en avais envie. Point barre. Mais bien rapidement, je remarquais que l'aide que j'apportais à la demoiselle ne semblait pas lui faire plaisir. Était-ce parce qu'elle portait une quelconque rancoeur envers moi ? Ou bien était-elle une étudiante d'une certaines classes ? Avait-elle compris que j'étais en E ? Et commençait-elle à me regarder aussi de haut ? Je ne saurais le dire, tant de choses pouvaient être envisageable après tout.

Elle ne parlait pas, mais souhaitait se "démerder" seule. Je le voyais dans son regard, dans son attitude et surtout par le fait qu'elle s'était éloignée de moi, sans pour autant me donner de raison quelconque. Je soupirais, et je me tenais debout à ses côtés, marchant en tenant ma planche contre mes côtes, avec mon bras. Je fermais les yeux en la suivant. Je me préparais à une possible prochaine chute... Après tout, la voir marcher de cette façon, cela risquait de lui apporter des problèmes ensuite. Il était donc logique que je pense à l'inévitable. Quand elle arriva aux escaliers, je m'arrêtais, observant ceux-ci. Je n'allais certainement pas la laisser retourner par-là...

-Tu sais... L'infirmerie c'est de l'autre côté. Ce n'est pas en allant aux dortoirs que tu vas être soignée...

Je soupirais, et je grognais même par la même occasion. Elle était vraiment têtue, en fait. Elle ne voulait pas de mon aide, et en plus elle n'avait pas l'intention de s'occuper de sa jambe. Alors forcément, plutôt que de la laisser continuer sa route, j'alla me mettre entre elle, et les escaliers. Je plantais mon regard dans le sien, avant de lui attraper doucement le nez entre mes doigts.

-Tu n'iras pas plus loin tant que tu ne te seras pas occupé de ta jambe. et dans un ultime rougissement, je tournais la tête sur le côté. Je peux même m'en occuper, si tu veux...
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 129
Inscription : 21/12/2015
Mer 30 Déc - 19:49

Get the fuck out !


Il n'y a que les abrutis pour vous tenir tête.






B
l
a
k
e

&

R
y
l
e
i
g
h
Le pire c'est qu'il la poursuivait, toujours proche d'elle, sa lenteur était tellement ridicule qu'il devait bien ralentir pour ne pas la doubler. Blake se demandait ce qu'était un skateboard, elle connaissait le mot mais n'avait jamais compris l'utilité, ce n'était pas quelque chose qu'elle utilisait tous les jours. Le roux l'avait sous son bras et le portait comme si c'était quelque chose de précieux à ses yeux. Elle se retenait de faire risette, se mordant la langue pour garder son air un peu dur. Elle se demandait s'il était toujours aussi coriace, s'il suivait les gens quand il avait une idée en tête, mais elle supposait que c'était plutôt les gens qui le suivaient. Les filles en général.

Elle s'apprêtait à planter la pointe dans la première marche quand il fit barrage, l'empêchant de passer. Elle s'en fichait de savoir si les dortoirs allaient la soigner ou non, elle voulait cesser de se ridiculiser. Le souffle du roux arriva à la nuque de notre rousse, ses doigts se rapprochèrent pour effleurer, même encercla son petit nez. Ses muscles se contractèrent et sa respiration devint de plus en plus difficile. Il avait une façon de faire les choses qui était différente mais tellement agréable, la surprise n'en fut que plus belle.
Ses mots touchèrent Blake, ils étaient sincères, ils n'avaient pas cette connotation hypocrite qu'elle leur voyait chez les autres.

Ses commissures se relevèrent automatiquement sans qu'elle ne puisse rien gérer.  La lame fut jetée semblable à une vieillerie que l'on ne souhaite plus conserver et fila le long de la marche pour finalement s'écraser en bas. Les genoux fléchis autant qu'elle pouvait, elle se laissa aller en arrière, ses bras la retinrent et elle s'assit avec difficulté. Blake fixait le rouquin avec un air jovial, presque moqueur, elle avait remarqué qu'il rougissait systématiquement, elle n'était pas dupe.

« Toi, t'as l'habitude de te faire courses par des filles et de toutes les recaler, je me trompe ? Bon en même temps, c'est normal qu'elles te prennent en chasse, t'es plutôt mignon. »

Blake disait ce qu'elle pensait, sur le coup, sans jamais réfléchir aux conséquences, c'était sûrement mieux de ne pas y penser d'ailleurs. Elle étendit ses jambes du mieux qu'elle put et massa légèrement le mollet gauche, la douleur était toujours là et une grimace la trahissait. Elle entreprit un roulage de bas habile et rapide, plier, puis replier, ainsi de suite jusqu'à ce que la zone douloureuse soit à l'air libre. Il y avait un foutu hématome, mi-bleuté, mi-violet, ce qui donnait finalement un marron assez laid.  Perplexe quant à cette blessure, elle s'accouda à ses genoux et enfouit son visage dans ses paumes, doigts manipulant longuement ses mèches rebelles et rousses.

« C’est cuit, on va devoir me couper la jambe ! File-moi mon arme. »

Elle déplia un bras, gardant dans l'autre main une partie de sa joue et ses doigts libres réclamèrent la lame étalée un peu plus bas. Elle comptait toujours quitter ce hall de malheur, mais, petit à petit, elle se demandait si elle n'allait pas rester, juste pour lui. Juste pour apprendre à le connaître, pas le contraire. Elle était toujours braquée sur le fait que l'on s'intéresse à sa petite personne, les gens n'avaient pas besoin de savoir, elle n'était pas extraordinaire. Cependant, le roux l'était. Il l'était à sa façon, elle l'admirait et elle dénonçait son avis par son regard, par son attention pour celui-ci.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 161
Inscription : 07/12/2015
Sam 2 Jan - 18:52
don't say shit !
Ryleigh x Blake

Je ne savais pas trop pourquoi j'étais aussi gentil, aussi calme et... aussi rassurant ? Je ne sais pas trop ce que j'avais. Mais je me sentais responsable, je voulais qu'elle s'occupe d'elle avant de songer à rentrer à sa chambre. C'était un peu logique, je pense. Et si je devais pour cela la soigner moi-même, je le ferais. Certes je serais timide, je ne serais sans doute pas en mesure de faire des soins correct et j'aurais peut-être des rougeurs rien que de m'occuper d'elle. Mais c'était... Le moins que je puisse faire après tout ? Si elle ne souhaitait pas aller à l'infirmerie, alors je m'occuperais d'elle à ma façon. Maladroitement, timidement, et surtout silencieusement. Mais quoi qu'il en soit, je ne devais pas y songer pour l'instant. Elle n'avait pas encore accepté que je puisse l'aider, pour l'instant du moins.

Mais après avoir été un peu plus insistant, j'avais enfin eu droit à une réaction qui semblait plus positive. Elle lâcha son arme, avant de finalement se laisser tomber au sol. Lentement. Je souriais, croisant mes bras d'un air victorieux. C'était une véritable fierté pour moi. J'avais été capable de vaincre ma timidité avec les filles, pour cette fois uniquement. J'avais été en mesure de calmer une fille. Vous vous rendez compte un peu, de l'explois que cela représentait pour moi ?! C'était juste... Tellement énorme. J'avais de quoi me vanter, pour une fois. J'avais accomplis quelque chose qui n'avait jamais été accomplis par le passé. Mais... cette victoire fût de très courte durée.

-Toi, t'as l'habitude de te faire courses par des filles et de toutes les recaler, je me trompe ? Bon en même temps, c'est normal qu'elles te prennent en chasse, t'es plutôt mignon.

Après ces mots, mon visage changea une nouvelle fois de couleur, mais d'une façon bien plus impressionnante qu'avant. J'étais littéralment passé par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel pour le coup... Mais d'où peut-on dire cela aussi calmement au juste ?! Certes aujourd'hui c'était pour cette raison précise que je m'étais retrouvé dans cette situation et, surtout, que je l'avais malheureusement blessé, mais tout de même ! J'étais pas non plus un tombeur ! Il y avait certes des filles qui me trouvait mignon à cause de mon attitude, mais ce n'était pas pour autant que cela m'arrivait régulièrement comme elle essayait de le sous-entendre. Je grognais donc, avant de prendre la parole. On pouvait bien évidemment voir la gêne sur mon visage.

-Je... C'est pas du tout mon genre ! J'ai pas cette habitude non plus ! Ça arrive rarement mais en effet je les recales ! Je... Je tournais la tête, avant de faire la moue et de reprendre en murmurant. J'suis trop timide...

Et après coup, je la voyais plier son bas. Elle cherchait sans doute à voir l'état de la blessure. J'étais curieux de voir, moi aussi, alors quand la partie de sa jambe douloureuse fût visible, j'ouvris grand les yeux. Bordel, c'était presque aussi violent qu'un coup de batte... Je me redressais forcément, m'approchant d'elle tout en finissant par m'accroupir à côté d'elle. J'observais sa jambe, avant de finalement me mordre l'ongle du pouce. Si elle était dans cet état, c'était bel et bien ma faute... Et lentement, mais sûrement, j'approchais ma main libre vers sa jambe, mais quand je l'entendis parler, j'ouvrais en grand les yeux. Elle était plus stupide que moi, ma parole ! Elle agissait comme si elle allait se couper la jambe et... Bon sang... Manquait plus que ça.

Je me relevais bien rapidement, allant attraper la lame qui se trouvait au sol, sans même faire attention en fait. Je la tenais justement par cette même lame, avant de la jeter un peu plus loin, la fixant l'air assez... furieux en fait. Je grognais, mes dents grinçaient... Elle venait de parler comme si ce n'était rien, de quelque chose qui m'avait perturbé par le passé, et qui continuait à me traumatisé actuellement. Ces heures de tortures que j'avais vécu, mes jambes tranchées, mes bras, et même des blessures qui auraient pu être fatal à n'importe quel autre expérimenté traditionnel. Oui, je l'avais vécu... Tout cela dans l'optique de "tester" mon foutu pouvoir. Ouais, j'suis un phoenix. Ouais, ça guéri d'absolument tout. Mais putain, la douleur reste !

-Ne parle jamais de cela comme si ce n'était rien... Ma main ensanglanté commençait déjà à cicatriser, avant de finalement guérir totalement. Je n'hésita pas une seule seconde à me pencher vers elle, l'attrapant par le col. Il n'y a aucune raison valable pour se couper une jambe sombre idiote ! Même moi je le sais parfaitement ! Tu crèves de mal, peut-être, mais il y a toujours d'autres solutions moins radicale ! Alors tu vas t'asseoir calmement, et attendre que je m'occupe de toi, ça te va ?!

Je la fixais, droit dans les yeux, mes rougeurs toujours présente. Certes, j'avais l'air un peu moins crédible, mais je détestais entendre des personnes balancer ce genre de stupidité sans même songer à y réfléchir un minimum. Cela... M'exaspérait. Je fouillais finalement mon sac-à-dos, avant d'en sortir quelques petits trucs, vite fait. Quand je vais au Skatepark, il m'arrive de voir des gens se blesser, alors forcément, j'étais toujours équipé d'un peu de matériel de "premier soins". Une pommade, et un bandage. Je déglutissais, avant de prendre le tube de pommade, la fixant ensuite elle, à nouveau. J'étais hésitant, mais je devais le faire... C'était... Mon devoir ?
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 129
Inscription : 21/12/2015
Dim 3 Jan - 0:33

Get the fuck out !


Fatalité.






B
l
a
k
e

&

R
y
l
e
i
g
h
Rougir n’était même plus suffisant pour décrire la couleur de son visage. C’était adorablement perturbant. Blake s’amusait à le torturer, elle avait bien compris qu’il était timide, un point sensible, sa faiblesse. Il s’était accroupi, son corps se retenait à son coude qui lui-même se retenait à son genou, les pointes de pied en équilibre, posture assez complexe qu’il maîtrisait avec soin. Son bras réclamait toujours l’épée au sol, pourtant au lieu de lui donner, il écarquilla les yeux, ils allaient presque sortir de l’orbite. Dégueulasse. Avait-elle dit quelque chose de choquant ? Ou alors l’humour n’était pas son fort. Pourtant, il était rare que Blake rigole, fasse des blagues, elle n’avait compris que très tard le sens du mot comique, jusqu’à ce que son père lui explique que quand on lui demandait de ramener de l’eau de mer, quand elle se sentait obligée de demander s’ils voulaient de l’eau plate alors qu’il n’y avait que ça à l’auberge, outre les alcools et jus, c’était simplement de l’ironie. Oui, Blake ramenait réellement de l’eau de mer. Premier degré oblige.

Quoi qu’il en soit, le roux perdit son air un peu niais et sa face se transforma en visage de statue, une expression neutre tendant pourtant vers le mépris. Il quitta son poste pour se tenir à portée de la lame qu’il saisit sans même s’inquiéter de savoir s’il avait le manche ou bien autre chose, en l’occurrence il avait la partie tranchante et la rousse voulait le lui faire remarquer, mais il avait l’air en colère alors elle préféra la fermer un petit moment, le temps qu’il se calme. Rien ne sert de discuter avec les gens pleins de rage, de haine et prêts à vous découper en morceau au moindre faux pas. Puis il la jeta encore plus loin qu’elle ne l’était déjà pour Blake, qui se morfondait de ce geste fatal qui éloignait un peu plus le temps où elle rejoindrait le dortoir de maintenant.

Sa voix chevrotait sous le coup de l’emportement, il était tendu, elle le voyait bien : la taille de ses pupilles ne variait même plus selon les mouvements de son corps qui l’amenait tantôt à l’ombre, tantôt à la lumière. Elle fixait la lame ensanglantée pour voir quelques secondes après que la main du roux avait déjà totalement cicatrisée. Expérimenté, sans aucun doute, régénération cellulaire ou un truc du genre peut-être, qui sait, ce n’était pas important. La main se rapprochait, vite et fermement, Blake aurait presque pu loucher mais elle arriva à regarder le garçon dans les yeux. Des yeux vides, endormis de toute compassion. Il l’empoigna par le col, qui était plutôt son cou vu que son haut n’était qu’un genre de bustier. Il serrait fort mine de rien, elle retint son souffle alors qu’il la blâmait. Idiote. D’autres solutions. Les mots ne passaient pas, elle était trop concentrée sur la deuxième douleur qu’il lui infligeait. Elle suffoquait, elle voulait lui crier de la lâcher mais l’air lui manquait.

Il la lâcha pile à temps, elle passa ses doigts sur les rougeurs laissées et les cacha tant bien que mal avec sa veste et ses cheveux qu’elle ramena sur le devant. Il finit par se détendre et sortit une trousse de premiers secours, prit le tube de pommade et s’en servit généreusement dans la paume de la main, dans la seconde il attrapa le bandage qu’il posa au sol, puis s’approcha de la jambe, hésitant à lui appliquer.
Ni une ni deux, elle lui prit la main de force et guida sa main, en fait elle se l’appliquait elle-même, avec la main d’un autre. Elle ne se préoccupait pas du fait qu’il soit rouge tomate de gêne, ou que cela soit désagréable pour lui, elle avait mal et devait agir en conséquence. Elle était toujours perturbée par ce qui venait de se produire, cet agissement était totalement incontrôlé, à la limite de la folie même. Elle s’efforça de prendre une voix calme et douce pour restreindre les rougeurs à la nuque qui appuyaient à l’intérieur.

« Une timidité relative à ce que je constate. Si tu veux t’occuper de moi, vas-y donc mais je ne te force pas. »

Elle lâcha un soupir, elle voulait s’énerver aussi, pour ce qu’il venait de faire, pour la douleur qu’elle ressentait au plus profond d’elle, mais elle ne pouvait pas lui infliger ça, alors elle s’allongea dans les escaliers et posa ses mains sur son front, paumes vers le ciel.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 161
Inscription : 07/12/2015
Dim 3 Jan - 14:29
don't say shit !
Ryleigh x Blake

Je m'étais finalement calmé. Comme si toute cette rage s'était rapidement extériorisée par la suite. Je fermais les yeux en soupirant. Je restais cependant hésitant à toucher la jambe de la demoiselle. Ma timidité était bien trop forte pour que je puisse le faire sans un petit "coup de pouce". Et celui-ci était directement venu de la fille que je venais presque d'agresser. J'étais surpris qu'elle ne s'était pas énervée. Elle ne semblait pourtant pas être le genre de fille calme... Du moins c'était ce que je pensais, et ce que j'avais l'impression d'avoir remarqué à force de discuter avec elle. Elle avait donc attrapé mon poignet, appliquant d'elle-même la pommade sur l'ématome. Je rougissais, mais je baissais doucement le regard, un peu honteux. J'avais élevé la voix sur elle, simplement à cause de mon traumatisme. Pitoyable, réellement.

-Désolé, pour ce que j'ai fait. Ce que tu as dit m'a rappelé de très mauvais souvenir, j'ai pas pu m'en empêcher.

Oui, je préférais m'excuser. Je regardais toujours sa jambe, m'occupant finalement d'elle, de moi-même. Je massais légèrement l'endroit visiblement douloureux, de manière à appaiser la douleur qui devait sans doute être musculaire pour le coup. Enfin, j'imaginais que c'était le cas. Sans doute que son muscle s'était froissé suite au choc... Je ne saurais pas le dire, je n'étais pas un médecin. Mais c'était ce que j'avais l'impression de voir. M'enfin soit, je m'appliquais, sans pour autant chercher à lui faire mal. Elle risquait sans doute de sentir une certaine douleur, dans un premier temps, mais cela finirait bien par passer.

Finalement, après avoir terminé mon petit massage, j'attrapais le bandage que j'avais laissé au sol. Je commançais donc à le placer à sa jambe, délicatement, faisant plusieurs fois le tour de celle-ci. On pouvait d'ailleurs constater que j'étais habitué à faire ce genre de choses. En même temps, vu les gars qui s'étaient déjà éclater la face sur le sol, c'était logique, autant le dire. Une fois terminé, je me recula d'un, non, deux pas, l'observant ensuite de nouveau. Je me frottais la nuque sensiblement, inclinant ensuite la tête de profil pour lui offrir un léger sourire timide, pour le coup. J'espérais sincèrement qu'elle ne m'en voulait pas de trop pour les problèmes que je lui avais causé ce jour et surtout, en un rien de temps.

-Si c'est trop serré dis-le, je le referais. Et encore une fois désolé pour les problèmes que je t'ai causé... Et si tu souhaites m'engueuler ou même me frapper pour ce que j'ai fait, vas-y. J'en assume les conséquences pour le coup.

Je ne disais pas cela pour faire en sorte que je ne culpabilise plus, c'était parce que cela me semblait logique que je récupère les coups que j'avais offert. Et puis honnêtement... Entre nous, qu'est-ce que cela pouvait me faire ? Avec mon pouvoir, j'allais forcément récupérer dans les secondes qui suivaient... Être un phœnix avait ses avantages, au final.
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 129
Inscription : 21/12/2015
Dim 3 Jan - 19:17

Get the fuck out !


Couvrez-vous.






B
l
a
k
e

&

R
y
l
e
i
g
h
Il continua les mouvements circulaires, imprégnant la pommade au plus profonde de l’épiderme. C’était agréable, la douleur s’envolait petit à petit, au moins ce n’était pas cassé et elle s’en félicitait. Du moins, elle le félicitait. Sinon il serait déjà avec une rousse enragée sur le dos. Et c’est vous dire que ce n’était pas beau, pas joli du tout. Sa colère était égale à la couleur de ses cheveux dans des nuances dix fois plus élevées, plus sombres et profondes. Blake n’aimait pas s’énerver, ce n’était jamais très productif, elle blessait les gens sans même le savoir, sans le vouloir. Le roux baissa les yeux, peut-être le sol était plus aimable que Blake, qui sait. Sa voix était plus calme qu’il y a quelques instants, il avait changé du tout au tout. Désolé. J’ai pas pu m’en empêcher.

Les mots touchèrent la rousse. Il était gentil. Il ne cherchait pas le marché à chaque fois, une aide contre une autre. Il lui ressemblait un peu sur ce point. Ce gamin avait aussi un côté caché, dissimulé sous sa timidité. Il déroula le bandage, retenant le surplus avec ses doigts, et le posa sur la jambe abîmée. Les bandelettes s’enroulaient par dizaines de centimètres à chaque fois pour au final couvrir l’intégralité de la jambe. Il avait la main habile et rapide, comme s’il avait fait cela toute sa vie. Une fois le pansement fini, il se redressa, et lui sourit timidement. Ce sourire était si… farouche qu’il en devenait gênant pour la rousse. Elle ne comprenait pas pourquoi il rougissait toujours, pourquoi il restait si timide alors qu’il venait presque de l’étrangler, il s’était transformé l’espace d’un instant en… démon ? Si c'est trop serré dis-le, je le referais. Et encore une fois désolé pour les problèmes que je t'ai causé... Et si tu souhaites m'engueuler ou même me frapper pour ce que j'ai fait, vas-y. J'en assume les conséquences pour le coup.

Une étincelle de malice parcourut ses yeux. Elle avait retenue que sa main avait guérie en moins de deux, il ne risquait pas énormément venant d’elle. Elle s’appuya au muret protégeant les élèves du vide et de l’escalier et se redressa avec douceur. Ensuite sa main vint pousser le roux quelques pas en arrière, proche de la lame tout en se tenant à lui. Il lui était encore difficile de marcher, elle avait besoin d’un support. Elle replia le bras sur l’épaule de celui-ci et avança lourdement jusqu’à ce que sa bouche soit au niveau de l’oreille du petit rouquin. Elle posa l’autre bras sur ses côtes pour pas qu’il ne sente le mouvement du pied valide cherchant l’épée, la flairant. Elle réussit à l’avoir et l’amena à elle, sans un bruit grâce à la proximité. Dans un infime murmure, le souffle chaud dans l’oreille, les cheveux roux s’emmêlant, elle chuchota délicatement.

« Je te ferai payer toutes les douleurs infligées, jusqu’à la dernière goutte de sensation ».

Elle passa son ongle sur la peau fine du cou du garçon tout en se baissant pour ramasser l’épée, puis se redressa et remonta la lame au niveau de son ongle. Le manche frôlait le biceps et le milieu du fer se trouvait sur l’épaule. Elle glissa lentement le métal sur son haut, la rapprochant de la nuque peu à peu jusqu’à l’effleurer. Elle riait de son regard quelque peu paniqué. Quand la pointe se nicha dans un creux de son encolure, sans pour autant le blesser, elle souriait d’un sourire espiègle.

Elle resta comme cela un petit instant, juste le temps de voir sa pomme d’Adam faire un mouvement plus vaste que d’habitude, puis retira brusquement l’épée, qu’elle reprit comme canne.

« Tu aurais dû voir ta tête. »

Pourtant, son sourire restait collé à son visage.


_________________
“Le paradoxe, c'est que le noir cache et sublime en même temps.”
[20:13:41] @ Vlad K. Boiovski : Tu tiens tant que ça à me faire tromper l'ïle avec toi ?
#CD5C5C
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 161
Inscription : 07/12/2015
Mer 6 Jan - 17:26
don't say shit !
Ryleigh x Blake

J'avais réussi à m'occuper d'une fille. J'étais entré en contact directement avec elle. C'était presque une... victoire personnel. Je souriais, intérieurement. Il était hors de question de montrer ce genre de joie stupide. Ce serait réellement débile, dans un sens. Elle n'avait pas besoin de savoir que j'étais si niais, si heureux pour quelque chose de si futile. Je soupirais doucement, comme pour me calmer. Ce n'était pas parce que je m'ennuyais, ou même qu'elle m'ennuyait elle, c'était juste une question de décompression. Un moyen comme un autre pour rester zen, et surtout faire disparaître ces fichues rougeurs qui avaient du mal à partir depuis qu'il avait commencé à discuter avec elle. Et ça commençait à faire son effet ; bon début non ?

Mais alors que je pensais m'être sortit de ce bordel ; la voilà qui faisait quelque chose d'assez iraisonnable. J'écarquillais les yeux. Après m'avoir fait reculer de quelques pas, tout en s'appuyant sur moi, elle approchait dangeureusement son visage de moi. Mon coeur commençait à s'emballer, d'autant plus en sentant son bras sur mes côtes, et puis son souffle sur mon oreille... Bordel mais qu'est-ce qu'elle faisait au juste ? C'est pas normal de se venger de cette façon ! Vraiment pas ! Calme-toi ! Moi qui avait fait un effort monstrueux pour me calmer, voilà qu'elle détruisait tout en un rien de temps. Ses mots... Cela n'allait tellement pas avec son comportement. Ça sonnait totalement faux. Et aussi... Hors contexte ? Je n'y comprenais plus rien.

-Qu'est-ce que tu veux dire par....

Je m'arrêtais, d'un seul coup. Un long frisson venait tout juste de me parcourir. Son ongle qui venait tout juste de me toucher dans le creux de mon cou... Bordel c'était quoi cette sensation bizarre ? Mais je très rapidement, cette gêne changea. Je sentais quelque chose de bien plus dangereux se rapprocher de moi ; c'était son arme. Cette lame que j'avais jeté un peu plus loin. Je fronçais les sourcils. La proximité de la demoiselle restait cependant trop gênante. La situation aurait été différente, si elle était un peu plus à l'écart mais... Non. Trop proche, beaucoup trop proche. Mon coeur n'arrêtait pas de battre. Cette lame pouvait me blesser, je m'en fichais, mais qu'elle recule, elle ! C'était gênant ! Etouffant même !

Je déglutis, et lorqu'elle sembla satisfaite, elle se recula, tout en retirant son arme. Je me laissa tomber au sol, tirant la tête en arrière pour fixe le plafond, respirant trèèèèèès difficilement. En voilà une situation que je détestait vivre. Et en plus elle était fière... Forcément, les filles aimaient toujours ce genre de jeu, c'était bien connu... Combien de fois avais-je été victime de ce genre de mauvaise blague... Comment pourrais-je me calmer, désormais ? Tu aurais dû voir ta tête. Je n'avais même pas besoin de la voir, simplement imaginer me faisait savoir que je devaisa voir l'air hyper rouge, hyper drôle pour une demoiselle, mais surtout, totalement honteux. La tronche d'un mec qui était passé par toutes les couleurs, tout simplement.

-Pourquoi t'as agit de la sorte ?... Tu m'as fait stressé bon sang ! C'est pas comme si j'avais prévu que tu t'approches autant de moi...

Je n'arrivais pas à me calmer, maintenant. Elle m'avait légèrement blessé dans la nuque, mais rien de bien douloureux pour être franc. Juste que... Voilà, j'étais mal à l'aise maintenant. J'étais tellement rouge, que j'en étais venu à une solution radicale... Je retirais mon bonnet, laissait découvrir ma crignère rousse, avant de cacher ce même visage avec mon bonnet, noir. Un long grognement s'échappa de mes lèvres, avant que je ne relève le regard vers elle. Seul mes yeux étaient visibles, rien de plus.

-Je me vengerais un jour... Je marquais une pause, avant de finalement me redresser, d'un coup. Ah... D'ailleurs, j'm'appel Ryleigh.
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 129
Inscription : 21/12/2015
Mer 6 Jan - 19:04

Get the fuck out !


Un baiser...






B
l
a
k
e

&

R
y
l
e
i
g
h
Blake était une féline, une féline torturant sa proie jusqu’à la dernière minute, jusqu’au dernier souffle, jusqu’à ce qu’elle cède, bien que traiter cet énergumène de proie est un peu prétentieux. La rousse ne lui voulait pas de mal, elle voulait simplement l’aider et s’amuser aussi. L’aider, parce qu’il restait bloquer face aux femmes, il n’osait rien, la preuve, il n’avait même pas réagi alors que la lame pouvait lui traverser le cou à n’importe quel moment, et elle voulait qu’il change, pour lui plus que pour les autres. Elle se réjouissait de sa timidité, il était d’autant plus contrôlable et niais, d’apparence, car elle voyait aussi en lui quelqu’un qu’elle devait surmonter, de plus fort qu’elle, de plus audacieux. C’était un double pari.

Le sourire toujours en place sur le doux visage de notre féline, lui, s’écrasa au sol en haletant fortement. Il la regardait par à-coup, le teint rouge et blanc, de colère et de panique, la sueur pouvant devenir des larmes. Elle souriait de plus en plus fortement, contente d’avoir pu être un peu plus audacieuse que lui, mais elle n’avait pas fini, elle n’aurait jamais fini avec lui. Tout son corps tremblait, les jambes collées au sol aussi, les bras n’arrivaient presque plus à tenir son corps, il était trop faible pour combattre une fille, trop lâche, et cela désolait Blake. Entre deux soufflements, il dévoila enfin sa panique. Pourquoi t'as agit de la sorte ? C'est pas comme si j'avais prévu que tu t'approches autant de moi...  

S’approcher ? C’était donc ça ? Il avait peur du contact féminin ? C’était encore plus intéressant qu’il n’y paraissait, surtout quand elle le voyait toujours au sol, toujours dans le même état de gêne. Il enleva son bonnet de sa tête, laissant alors ses cheveux roux à l’air libre, ils n’étaient pas roux comme ceux de Blake, un peu plus blonds peut-être, mais tout le haut était aplatit du fait de garder ce bonnet toute la journée, elle pariait qu’il dormait même avec. Il cachait son visage avec celui-ci, une masse noire et laineuse, c’était enfantin et attendrissant. Ses halètements devinrent des grommellements jaillissant de sa bouche, de sa main il abaissa le haut du couvre-chef et la fixa, disant qu’il allait se venger, ce qui fit rire doucement la rousse. Il la regardait toujours, puis dans un élan de bonne volonté, se releva, un peu à l’écart de Blake, peur qu’elle ne l’agresse encore une fois. Ah... D'ailleurs, j'm'appel Ryleigh.

Ryleigh, prénom original, jamais entendu. Mais elle ne souhaitait pas répondre, pas avant de l’avoir achevé. Elle entama les cent pas autour de lui, analysant chaque recoin de la pièce. Les murs étaient assez éloignés des deux adolescents, le sol n’était pas confortable mais il s’était laissé tomber sans aucune égratignure, alors que diable c’était du linoléum. Elle passa l’étui devant et y installa sa lame, elle s’arrêta à sa gauche, un peu trop proche peut-être au goût du roux, et sans qu’il n’ait le temps de réagir, elle attrapa son bras et le fit tomber en tapant pile derrière les deux genoux. Geste fatidique et pourtant si efficace. Il tomba doucement, parce qu’elle le retenait, mais elle le mit toutefois à terre, allongé et se pencha au-dessus de lui, jetant l’épée un peu plus loin pour éviter que qui que ce soit ne se blesse. Quand je dis au-dessus, c’est réellement dessus, les jambes autour de ses côtes, les bras plus haut que ses épaules et les cheveux lui arrivant dans la tête. Elle les ramena tous d’un même côté et balada sa main sur la gorge, la clavicule et sur le visage du rouquin tandis que l’autre la soutenait, posée sur le sol, entre les cheveux et le haut du même roux. Elle resta comme cela un certain moment, elle le sentait tendu, stressé et elle aimait ça. Puis, elle approchait sa poitrine du torse de ce dernier, se collant presque à lui sans pour autant le faire et arrêta sa main sur sa joue, passant son index sur ses lèvres. Son menton se retrouva rapidement à proximité du sien, et elle posa ses lèvres sur les siennes, sans aucun embarras, fermant les yeux et descendant en même temps la main sur son cou. Elle ne se souvient pas déjà avoir embrassé un garçon, ni une fille, personne à vrai dire. Il faut dire que c'était une sensation agréable, un peu osée actuellement, mais elle ne regrettait pas. Sa main se nicha à l'arrière de la tête de Ryleigh, dans le bas de ses cheveux et elle retira délicatement ses lèvres restées coller quelques instants, puis elle releva la tête et garda la posture pour finalement lui sourire.

« Je m’appelle Blake. »



_________________
“Le paradoxe, c'est que le noir cache et sublime en même temps.”
[20:13:41] @ Vlad K. Boiovski : Tu tiens tant que ça à me faire tromper l'ïle avec toi ?
#CD5C5C
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 161
Inscription : 07/12/2015
Mer 6 Jan - 23:44
WHAT THE ACTUAL FUCK ?!
Ryleigh x Blake

J'avais réussi à créer une toute autre discussion. Quelque chose qui devrait logiquement la calmer. Enfin, je l'espérais... Une présentation, tout ce qu'il y avait de plus simple. Elle allait forcément répondre, c'était de la logique pure et simple... Il suffisait qu'elle me dise son nom, pour que l'on puisse changer de sujet, et surtout m'aider à ne plus perdre la tête. C'était cependant bien plus difficile, de ce côté. Elle restait une fille donc forcément, qu'importait la situation, ce ne serait jamais facile pour moi. J'inspirais longuement, patientant avant d'obtenir une réponse. Une réponse qui ne venait pas. Une réponse que je ne recevais pas, qui restais en suspens, comme si je venais de poser une colle à la rousse qui se trouvait face à moi.

Et là voilà qui marchait, ou du moins titubait, autour de moi. Elle semblait observer les environs. Qu'est-ce qu'elle avait en tête, cette fois ? Je n'arrivais pas à cerner ce à quoi elle pouvait être en train de penser. Après tout, elle était un véritable mystère à mes yeux. Une inconnue que j'avais blessé, et qui semblait déjà s'amuser à me victimiser. Sans doute était-ce là, une habitude de la part des filles ? Elles trouvaient que j'étais un bon jouet pour se défouler, rire un bon coup ? Qui sait, ce n'était pas une option à ignorer. Je n'étais à l'abris de rien, ici, à Tevara. Trop proche bon sang... Elle se trouvait à seulement quelques centimètres, à ma gauche. Je fronçais les sourcils, attentif au moindre geste qu'elle pourrait faire et...

Une seule seconde. Oui, une simple seconde d'inatention, et je me retrouvais au sol, d'un coup rapide, indolore. Les yeux grands ouverts, je fixais la demoiselle, toujours inconnue. Je gardais le silence, avant de déglutir difficilement. Moi qui avait à peine réussi à calmer les battements de mon coeur, me retrouvait à nouveau dans une situation embarrassante. Beaucoup trop, même. Je voyais la position dans laquelle je me trouvais, ainsi que la sienne, et le rouge s'afficha de nouveau sur mon visage. Bon sang bon sang bon sang ! Qu'est-ce que j'avais fait de mal pour me faire autant victimiser en une seule journée ?! Si c'était le karma qui m'en voulait pour l'avoir blessé, et bah... plus jamais cela n'arriverait ! Ah ça non !

Sa main... Sa main était en train de se balader sur ma peau. Certes, ce n'était que le visage, l'épaule, le cou... Mais cela restait ma peau. Mon corps. Chacun de ses toucher faisaient en sorte que mon regard se perde ailleurs. J'étais incapable de la fixer dans les yeux. Pas dans cette situation. Elle avait tous les avantages possibles et imaginables. J'étais la proie, et elle la chasseuse. C'était bien plus stressant que tout ce que j'avais traversé. Enfin, presque tout. La torture que j'avais vécu il n'y avait de cela qu'un an, était bien plus difficile à oublier. Mais ici, cela n'allait certainement pas être un "souvenir" que j'oublierai facilement. J'en avais la ferme conviction.

Et la voilà qui se rapprochait encore plus, réduisant l'espace qui nous séparait jusqu'il y a quelques secondes. Je pouvais sentir son corps s'appuyer contre le mien et forcément, mon regard se baissa rapidement pour constater un trop long temps de réaction, qu'elle cherchait à me faire rougir. C'était son plan, depuis le début. Je venais tout juste de le comprendre, bordel ! Elle s'était joué de moi depuis tout à l'heure ! C'était pourtant si facile à deviner, elle donnait cet air de fille joueuse, et je ne l'avais pas compris à temps. Maintenant, il allait sans doute être trop tard, mais j'avais bien l'intention de lui faire comprendre que je résisterait malgré tout. Enfin, que j'essayerai.

-Je ne te laisse-...

Et elle me coupa la parole. Non pas avec des mots, non, mais directement avec ses... Avec ses... AVEC SES LÈVRES ?! Attendez un peu... Est-ce que l'on peut considérer cela comme étant un baiser ? Oui ?! AAAAAAAH ! Mon premier baiser venait tout juste de m'être volé. Certes ce n'était en rien quelque chose d'important à mes yeux, mais cela signifiait que quelqu'un avait eu l'audace de m'embrasser. Et se quelqu'un était une fille. Bon sang, quoi de plus pour devenir totalement fou ? Rien. Je l'étais, là. Mon regard restait grand ouvert, le temps de ce doux moments. Je m'attendais à ce qu'elle se recule rapidement, mais le temps durant lequel elle venait de m'embrasser avait semblé aussi long que l'éternité. Et ensuite, sans pression, la voilà qui se présente... Bordel, pourquoi après tout ça tu viens m'offrir ton nom ?! Tu voulais que je réponde quoi, au juste ?

-... En... Encha... Enchanté...

Ouais, super la réponse ! J'avais l'air d'un véritable idiot maintenant ! Et alors que je rougissait toujours autant, je sentais comme mon corps devenir chaud. Surprlus de gêne, et honte à la fois. Par chance, personne ne l'avait remarqué et heureusement ! Bonjour les mauvaises idées qui auraient volés de partout... Mais malgré tout, la chaleur ne semblait pas s'en aller. Au contraire. Mes cheveux tantôt roux, changeaient doucement de couleur. Ou plutôt, de constitution. Des flammes. Oui, des flammes sortaient de mes cheveux. Mon visage rouge semblait l'être encore plus que tout à l'heure, mais le feut qui sortait de mon crâne ne brûlait pas. Un feu chaud, agréable, mais loin d'être dangereux pour l'humain en soit. Je cherchais rapidement de ma main mon bonnet, d'ailleurs. Bonnet qui se trouvait bien trop loin de moi.

-Je... J'espère que t'es fière de toi ! B... Blake ! Je meurs de chaud et j'me sens vraiment mal à l'aise ! Je... Je tournais rapidement la tête sur le côté, comme pour éviter toute possible nouvelle attaque. Je ne te laisserais pas recommencer ! Je le jure !
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 129
Inscription : 21/12/2015
Jeu 7 Jan - 21:39

Get the fuck out !


...qui vous veut du bien.






B
l
a
k
e

&

R
y
l
e
i
g
h
Les yeux plongés dans les siens d’un doré infini, elle remarquait qu’il avait le regard non pas vide, mais totalement ailleurs. Il la regardait mais elle n’avait pas l’impression qu’il soit dans le même monde, un moment d’égarement de sa part, ce qui eut pour seule conséquence d’égayer encore plus la rousse. Ce petit jeu la distrayait fortement, bien plus que toutes les activités qu’elle avait pu faire jusqu’ici. Elle réfléchissait encore à ce qu’elle allait pouvoir lui faire subir, après tout, il n’avait pas encore compris la leçon. Paralysé sous le corps, pourtant peu lourd, de Blake, il bégaya un Enchanté hésitant. Ce baiser avait l’air de l’avoir perturbé plus que cela n’aurait dû, pauvre garçon. Elle avait toujours sa main dans ses cheveux qui d’un coup, devinrent de petites flammes, oranges et douces, rassurantes et chaleureuses. De tomate il était passé à carotte, nous voilà bien. Savait-il au moins qu’il aimantait encore plus Blake ? La féline ne s’intéresse qu’aux buts qu’elle décide de poursuivre, en l’occurrence, ici il était bien forgé dans sa tête. Elle remonta sa main sur son front, entre la racine de ses cheveux et la naissance du visage. Il bafouillait toujours, même plus, c’était crescendo, tu m’étonnes qu’il mourrait de chaud, il était enflammé. Elle se pinça les lèvres et le regardais, d’un air attendrissant.

« Oh… Ryleigh, si tu savais. Je ne suis pas seulement fière, je suis ravie. Et ne dis pas que tu ne me laisseras pas recommencer, tu as dit la même chose tout à l’heure et pourtant… -elle ricana-. Je te terrorise et tu me terrorises aussi, c’est à double tranchant. Mais ne t’en fais pas, ce sera bientôt du passé, cette peur qui nous ronge de l’intérieur, et toi de l’extérieur à ce que je vois. »

Elle enroula une de ses mèches, ou flammèches autour de ses doigts, laissant brûler délicatement son épiderme. Pourquoi diable, ce garçon a dû tomber entre tes griffes ma petite lionne ? Il serait dommage de l’abîmer, tu ne crois pas ? Regarde-le, béat d’embarras et terrorisé par la gente féminine au point de ne devenir que flamme, paradoxal dans un sens. Il t’a tapé dans l’oeil, tu as voulu faire de lui ton jouet parce qu’il est roux, ne le cache pas, tu n’es qu’une idiote. Mais qu’importe que je te parle, tu ne m’entends pas ou du moins ne m’écoute pas. Elle se sentait trop courbée et ramena la main qui la soutenait au sol, sur le torse du roux. Je le plaignais. Son haut se froissa à l’endroit où sa main marqua le territoire, le territoire de la rousse. Elle accomplissait de petites impulsions sur celui-ci, ça l’aidait à décompresser, à mieux réfléchir pour mieux le voir mourir.
Quoique, mourir était la dernière chose qu’elle voulait de ce petit être. Il tenait réellement à ne plus la laisser faire, paraissait-il, la tête tournée sur le côté pour parer un éventuel assaut. La main qui était sur ses cheveux descendit sur le creux de ses joues et retourna le faciès, faciès fin et d’une délicatesse étonnante soulignée par ses pommettes. Les rougeurs étaient son fort, elles ne voulaient pas le laisser en paix, décidément, il fallait tout faire seule ici.

« Et si je recommençais ? Pour de bon cette fois.»

Le sourire si malicieux qu’elle avait déjà abordé autrefois revint, sans le geste, sans cette descente aux enfers procurant une douce sensation de légèreté sur des lèvres rosées. Dénué de toute satisfaction personne, car Blake hésitait. Elle hésitait, enfin avait-elle compris ce que j’essayais de lui dire depuis le début ? De le laisser ? En fait, si je disais ça c’était par pure jalousie, j’ai toujours su que tu ne t’intéressais qu’aux gens qui ne s’intéressent pas à toi, pas comme je l’ai fait du moins. Je vois de la peur sur ton visage, peut-être te rends tu comptes de ce que tu as provoqué, cette marque indélébile en lui. Les tapotements sur son torse cessèrent, elle la posa a plat, les ongles rentrant doucement, imperceptiblement dans le tissu. Son emprise se relâchait petit à petit, les doigts larguèrent les prises qu’ils avaient réussies à enfermer dans leurs phalanges. Son coeur battait, il accélérait, le battement devenait insupportable, asphyxiant, comme si tout le monde pouvait l’entendre tel le tic-tac d’une pendule dans une pièce vide, qui ne comptait plus les secondes, mais des millièmes de secondes. Tu comprends Blake, ce qu’il ressent quand tu lui fais subir tout ton petit jeu ? Voilà, tu as la réponse maintenant, sauf qu’il n’a pas les mêmes raisons que toi, je crois.

Elle leva les yeux, regardant l’escalier. Comment était-elle arrivée à une telle situation ? Puis au loin elle vit l’épée et le sac de Ryleigh avec la trousse de premiers soins dépassant. Il ne fallut que ces images pour qu’elle se souvienne, de la chute, de son aide spontanée et de tout le reste. Soudain, tout le mécanisme se réveilla et les engrenages s’activèrent pour reprendre le dessus sur l’homme. C’est connu, la machine surpasse l’homme, et en plus d’être une féline, c’était une machine, de guerre, à tuer. Elle replia son bras sur lequel elle s’appuyait depuis un moment sur sa poitrine et logea son menton entre les plis du tee-shirt, la main écrasée par cette masse imposante, faisant filer l’autre main sur le bas-côté de son visage, près du menton. Sa petite voix résonna, bizarrement dans tout le hall, anxieuse et pourtant déterminée.

« Tu veux que je te dise un secret ? -elle ne lui laissa pas le temps de répondre et souleva timidement la tête-. Tu es le garçon le plus gentil du monde. »

Une nouvelle fois, et sûrement la dernière, ou pas selon son humeur, elle se hissa jusqu’à ses lèvres et les embrassa tendrement, un peu trop à mon goût. Il ne râlait même pas, il ne disait rien et il semblait que les flammes qui avaient couronné sa tête se calmaient, laissant place à une matière plus commune, Blake ne le prit pas en compte, et continua, plus longtemps cette fois. Les battements incessants eux aussi se calmaient. Elle le libéra peu après, s’ôtant de ses lèvres, de son torse et de ses joues pour finalement se relever allègrement. Elle peinait toujours à marcher, et s’allongea quelques centimètres plus loin du roux, toujours à terre, pour prendre son épée et tenter, une bonne fois pour toute de partir. Dans son corps, c’était une cheminée ardente, embuant tout de l’intérieur, jusqu’à ses réelles intentions. Tout le monde pouvait la sentir à des kilomètres à la ronde, cette sensation qui vous bloque le ventre, cette pagaille dans la tête, cette irrésistible envie d’y retourner.



_________________
“Le paradoxe, c'est que le noir cache et sublime en même temps.”
[20:13:41] @ Vlad K. Boiovski : Tu tiens tant que ça à me faire tromper l'ïle avec toi ?
#CD5C5C
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 161
Inscription : 07/12/2015
Mar 12 Jan - 0:01
calm down
Ryleigh x Blake

Je cherchais désespérément un endroit où me cacher. Un moyen de ne plus subir ce genre de moquerie. Mais c'était impossible. Elle semblait réellement heureuse de ce qu'elle me faisait endurer. Elle était heureuse de voir un garçon être soumis, inoffensif. Je pouvais le voir, je pouvais le ressentir. Cette joie qui commençait à prendre le dessus sur elle. Me victimiser semblait être tellement amusant, tellement qu'elle voulait continuer. Qu'elle semblait avoir envie de jouer un peu plus longtemps avec le petit être que j'étais. Un chaton sans défense, c'était ce à quoi je ressemblais. Et forcément, ses paroles ne faisaient que confirmer ce à quoi je pensais. Elle était bien plus que fière de ce qu'elle venait de faire. J'essayais de vaincre ma timidité, mais ce n'était pas facile. Pas après ce genre de choses ; pas après un baiser. Pas après un baiser aussi soudain et surprenant. Je ne m'étais nullement attendu à ce genre de choses, j'avais été pris au dépourvu. Il y en avait certes des plus direct, mais elle, oui, elle, avait totalement dépassé le niveau de ces autres filles.

Elle me provoquait. Cherchait à voir mes limites et bien d'autres choses encore. Je ne savais pas réellement ce qu'elle avait derrière la tête, mais je pouvais assurer sans me tromper qu'elle finirait par se calmer. Enfin, je l'espérais. Après tout je finirais bien par être ennuyant, à ses yeux. D'ailleurs cette main qui jouait avec mes cheveux, devenus flammes, me faisait une étrange sensation. Je n'étais pas habitué à tant d'affection. C'était plus douloureux que ce que je n'ai jamais imaginé depuis ma tendre enfance. J'essayais moi-même de me calmer, de respirer de nouveau correctement. Et cela faisait son effet. J'arrivais enfin à reprendre mon calme. Je faisais le vide dans mon esprit. Elle parlait d'ailleurs de peur, je fronçais par simple réflexe les sourcils, avant de répondre, calmement.

-Je n'ai pas peur de la façon dont tu le penses. J'ai juste des difficultés avec les filles, ce n'est en rien quelque chose d'exceptionnel.

Forcément, j'essayais d'esquiver une possible offensive de sa part. Hors de question que je me fasse avoir une nouvelle fois. Je tournais la tête, l'espace d'un instant, mais là voilà qui me forçait à la regarder. J'ouvrais les yeux pour l'observer, rougissant de nouveau. Si elle recommençait pour de bon ? Comment ça, ce n'était pas pour du vrai la première fois ?! Mais visiblement, elle ne faisait rien. Elle semblait même assez silencieuse, calme... Hésitante ? Est-ce qu'elle n'avait eu qu'une simple poussée d'adrénaline la première fois ? Et que maintenant elle se rendait compte que c'était bien plus difficile que ce qu'elle ne croyait ? Après tout, on n'embrasse pas quelqu'un sans raison, et encore moins une personne dont on vient tout juste de rencontrer. Je devrais peut-être profiter de cette situation pour m'eclipser de son emprise ? J'aurais pu tenter, mais... Je n'avais rien fait.

Après quelques longues minutes, je me sentais plus à l'aise. Je commençais à m'habituer à cela. Comment était-ce possible ? Simplement parce que je pensais à d'autres choses. Quelque chose que j'aimait particulièrement. Le skate. Ouais, ça m'aidait à ne pas être gêné. C'était ce que je pensais, jusqu'à ce qu'elle se rapproche dangereusement de moi, une nouvelle fois. Mais pas de mes lèvres. Non, elle semblait vouloir cacher son visage pour dire d'une voix... Plus douce quelques mots. Un secret ? Je me demandais bien ce qu'elle souhaitait tant me dire... Je ne voyais pas ce qu'elle pourrait dire de bien précis me concernant, et honnêtement, il en allait de même de mon côté. Je ne la connaissais pas assez pour la complimenté, si ce n'était peut-être sur son physique ? Mais cela semblait bien trop éphémère et... Merde. Voilà qu'elle me complimentait, pour ensuite m'embrasser une nouvelle fois.

Le coeur s'accélérant une toute nouvelle fois, je pouvais sentir ce stress grandir à nouveau. Mais je finissais par me calmer, finissant par faire disparaître les flammes de mes cheveux. J'en venais même à... En profiter ? Oui, j'en profitais, très clairement. Je fermais les yeux, me laissant instinctivement répondre à ce long baiser, jusqu'à ce qu'elle ne daigne se reculer. Alors forcément, désormais libre, je décidais enfin de me relever. De voir ce qu'elle comptait faire désormais. Ce qu'elle venait de faire était... Assez spécial tout de même, alors j'avais dans l'intention de l'observer. Peut-être me méfier, aussi, mais je devais observer ce qu'elle cachait réellement et... Au final, il s'avérait qu'elle restait totalement silencieuse. Rougissant de nouveau, j'observais la demoiselle essayer de se relever avec peine. Je m'avançais finalement vers elle, avant de l'aider à se relever.

-Après avoir fait cela tu souhaites partir comme si de rien n'était... C'est pas très gentil...

Je le disais, calmement, sans pour autant hésité dans mes propos. Au contraire, c'était fluide. Cela sortait facilement, comme si j'étais déjà un peu plus sûr de moi. Je remarquais qu'elle avait toujours aussi mal, mais aussi qu'elle était différente. Je baissais lentement le regard, avant de finalement prendre une décision.

-Si tu veux absolument retourner au dortoir, je te porte jusqu'à là-bas. Sinon on peut simplement s'installer ici et attendre que tu te sentes mieux...
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 129
Inscription : 21/12/2015
Mar 12 Jan - 20:23

Get the fuck out !


Elles vous emprisonnent.






B
l
a
k
e

&

R
y
l
e
i
g
h
Etalée sur le linoléum gris, le bras tendu vers sa précieuse arme luisante, Blake vit le soleil disparaître derrière les bâtiments de Tevara, il est vrai que les jours étaient de plus en plus cours ces temps-ci, pas étonnant que vers dix-huit heures la lune prenne le dessus. Elle soupira doucement, elle qui voulait retourner au café pendant qu'elle avait une soirée de libre, qui désirait tant ce chocolat viennois fait avec amour et qui finalement se retrouvait là, le tibia en feu à cause d'un skateboardeur médiocre, mais au moins, il faisait une occupation forte plaisante. Elle tirait sur ses avant-bras et son poignet pour tenter de prendre la lame en guise de béquille. La rousse grinçait des dents, pour relâcher son corps et recommencer à chaque minute, une minute de repos, une d'action intensive, en vain. Elle geignit tout en se roulant à terre et tomba nez-à-nez avec le bonnet noir du garçon qu'elle ramassa à la place de son sabre. Le roux arriva, d'un pas plus assuré que la première fois, et l'aida à se relever, aimablement et lentement. Après avoir fait cela tu souhaites partir comme si de rien n'était... C'est pas très gentil... Elle empoignait tout ce qu'elle trouvait, d'abord les mains du jeune homme, puis les bras, tout en pensant plus à la douleur qu'elle ressentait que celle qu'elle lui avait faite subir.

Elle écarquilla les yeux, il parlait avec aplomb, peut-être la rousse avait-elle réussit à lui faire oublier la peur ? Si tu veux absolument retourner au dortoir, je te porte jusqu'à là-bas. Sinon on peut simplement s'installer ici et attendre que tu te sentes mieux... C'était si étranger à ce qu'il avait pu laisser paraître les minutes précédentes que Blake en était émue, presque à en pleurer, mais elle se contenait. Elle manqua de chuter pour de bon alors par réflexe, elle colla sa main où elle tenait le bonnet sur l'épaule du rouquin. Elle se redressa, d'humeur taquine et agrippa le menton de Ryleigh et l'examinai comme un objet que l'on passe à l'inspection, tenant le bonnet comme elle pouvait avec son majeur.  

« Oh, vraiment… Tu ne veux plus me quitter c'est ça ? Tu ne veux pas que je parte ? -Elle passait son pouce sur la lèvre inférieure du garçon, continuant de le fixer et sentant le bonnet glisser le long du doigt-.-Elle sourit et remonta le pouce sur la lèvre supérieure-. -Elle ria de bon coeur- -Le bonnet lâcha le majeur pour commencer une chute vertigineuse, Blake se précipita pour appuyer sa hanche contre la cuisse de Ryleigh, retenant ainsi le couvre-chef noir de choir, puis elle approcha son visage du sien et arrêta les mouvements avec son doigt sur les lèvres du roux-. Mais tu sais Ryleigh, le paradoxe c'est que la plupart des faiblesses deviennent des obsessions, elles t'entraînent dans les plus profondes addictions, dans une fin certaine pourtant lente et agréable. -La rousse redescendit son pouce jusqu'à sa position initiale, emportant la lèvre la plus basse avec et recula sa tête-. Je ne suis pas une gentille fille, je ne suis rien de tout ce qu'on voudrait qu'une fille modèle soit, et c'est pour ça que nous allons rester ici, et attendre que j'aille mieux. »

Elle ôta sa hanche de la cuisse du rouquin et repris le bonnet qu'elle tournait autour de sa main, le regardant d'un air sévère, mais en vérité elle hésitait, elle se demandait si elle pouvait lui redonner ou pas. Finalement, elle le posa sur son crâne, recouvrant tout le haut de ses cheveux et s'écarta d'un geste de main sur le torse recouvert du tissu blanc de garçon. Son dos se plaqua contre le mur le plus imposant de toute la salle, blanc grisé, poussiéreux et surtout d'une matière très désagréable au toucher. Elle refusait de s'asseoir, cela la mettrait en position de faiblesse face au roux et elle refusait catégoriquement. La rouquine replaçait le bonnet laborieusement, passant des mèches rebelles dans la laine.

« Si je te disais que j'étais tombée éperdument amoureuse de toi, tu me croirais ? »

Il ne le voyait pas, mais je le sais, tu avais ce petit sourire en coin, à la fois triste et joueur. Elle finit de tout arranger dans sa chevelure, et resta tête baissée, face regardant ses pieds. Pauvre enfant, que vas-tu encore lui faire ?



_________________
“Le paradoxe, c'est que le noir cache et sublime en même temps.”
[20:13:41] @ Vlad K. Boiovski : Tu tiens tant que ça à me faire tromper l'ïle avec toi ?
#CD5C5C
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 161
Inscription : 07/12/2015
Dim 17 Jan - 23:07
don't say that
Ryleigh x Blake

J'avais réussi à reprendre le dessus sur mes propres émotions. J'étais de nouveau capable de parler calmement. Mais je n'étais pas certain de pouvoir garder cette attitude très longtemps. Elle était bien trop imprévisible pour moi. Elle était capable du meilleur, comme du pire. Et je l'avais appris en un rien de temps, simplement en discuter un peu avec elle, apprenant à la connaître de mieux en mieux. J'essayais de savoir ce qu'elle avait derrière la tête, mais c'était tout aussi difficile. Je n'avais jamais été doué pour ce genre de choses. C'est vrai, analyser quelqu'un et dire à quoi elle peut ressembler mentalement n'avait jamais été mon fort. Par le passé, comme par le présent. Et cela ne changera sans doute pas dans les jours à venir. J'étais stupide, et surtout incapable de comprendre la nature humaine. Plus du moins, depuis tout ce que j'avais traversé.

Après l'avoir aidée, à se relever bien évidemment, je lui avais adressé la parole d'un ton calme, posé. Je me montrais déjà plus... sérieux. C'était tout du moins pour un très court laps de temps. Je pouvais déceler cependant la surprise qui s'était emparré d'elle. Cependant, je ne pouvais dire pour quelle raison elle était aussi surprise. C'est vrai, quoi... Je n'avais fait que lui parler après tout ! Et la voilà, en train de s'agripper à moi, comme si elle allait tomber au sol, sous le choc d'une révélation importante. Encore une fois, je n'arrivais pas à la comprendre ; au même titre que je ne comprenais personne d'autre. Mais la façon dont elle agissait par la suite commençait à nouveau, à me perturber. Je me sentais observer, voir même analyser... C'était perturbant. Je déglutis, avant d'ouvrir en grand les yeux à ses paroles.

Je ne voulais plus la quitter ? C'était pour cette raison que je souhaitais qu'elle reste ? N... Non ? Non, ce n'était pas possible. Pas même envisageable ! Certes je commençais à la trouver sympathique, mais je ne pouvais m'empêcher d'être méfiant face à elle. Qui sait ce qu'elle pourrait faire ensuite. Et là voilà qui commençait à discuter du second baiser. Mince, elle l'avait remarqué. Cette fois, mon visage se tourna instinctivement de côté, de manière à esquiver son regard. Dans un sens, oui, c'était assez spécial... Alors tant qu'à faire, autant apprécier ça, non ? Enfin, ce n'était qu'un avis personnel... Je me sentais de nouveau stressé, j'allais de nouveau perdre mon calme si elle ne s'arrêtait pas... Et bien évidemment elle allait continuer ! Elle s'amusait tant, après tout. Je ne voyais pas pourquoi elle changerait d'approche, du tout au tout ! Maintenant, voilà que sa hanche se retrouver coller à ma cuisse. Je baissais le regard pour observer cela, avant de voir son visage à nouveau, d'un peu trop prêt. Elle voulait finalement rester. Mais, je n'avais pas réellement compris où elle désirais en venir, avec cette histoire de faiblesse... Une addiction ? C'était... Une bien étrange façon de présenter les choses.

-Je... Je n'ai pas besoin de préciser si j'ai apprécié ou non si tu l'as remarqué toi-même... je marquais une petite pause alors que je l'observais se reculer pour ensuite se coller au mur derrière elle. Et je confirme. Tu n'es pas une gentille fille. Tu profites de ma faiblesse face aux demoiselles pour t'amuser... Et m'... M'em-... M'embrasser. C'est presque sadique... Et finalement, je m'écartais à mon tour, collant mon dos contre le mur opposé au sien, regardant ce qu'elle avait choisit de faire avec mon bonnet ; le porter. Mais en dehors de ça... Tu as l'air d'être un fille bien, qui sait comment s'amuser... C'est pas plus mal.

J'étais franc, lorsque je disais ça. Et je me laissais lentement glisser jusqu'au sol, fixant le plafond calmement, avant d'ouvrir grand les yeux, comme pris par surprise. Je... J'avais bien entendu ce qu'elle venait de me dire là ?! Est-ce qu'elle avait réellement balancer ça, comme si de rien n'était ? Mon visage devenait rouge, mon coeur s'emballait, ayant manqué plusieurs battements, jusqu'à finalement déglutir avec difficulté. Elle... Elle avait osé poser cette question. Je la regardais de nouveau. Je ne pouvais pas réellement voir son visage, car elle fixait ses pieds. Et je me redressais lentement, avant de me retrouver lentement debout, la fixant de nouveau. Mes lèvres tremblaient, mes bras aussi, je ne savais pas comment le prendre ni même comment réagir aussi.

-Je... Tu... Tu ne devrais pas faire ce genre de blague... Je pourrais y croire tu sais ? J'avançais d'un pas, l'air stressé, avant de me frotter la nuque d'une main, l'air nerveux. J'veux dire... J'suis pas ton genre, non ? J'suis petit... Pas forcément fort... Pas forcément beau non plus... J'ai rien du mec qu'une fille voudrait aimer non ? Alors ne me fait pas espérer...

Je m'étais finalement rapprocher jusqu'à elle, posant ma main sur son crâne, qui était recouverte par mon bonnet. Je souriais, doucement, mais si elle me regardait, mes rougeurs étaient de retour, le tout accompagnant des battements de cœur irrégulier et presque douloureux. Bon sang, j'étais réellement pas bien, là...
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 129
Inscription : 21/12/2015
Lun 18 Jan - 20:53

Get the fuck out !


La solitude te ronge, elle t'entraîne dans l'Enfer.






B
l
a
k
e

&

R
y
l
e
i
g
h
N'as-tu jamais rêver de quitter ton corps et de vivre dans celui d'un autre pour quelques jours ? N'as-tu jamais voulu changer les choses rien qu'une seule fois, changer ton physique comme ton caractère, te refaire une vie. Malheureusement, nous savons tous que c'est impossible, ceci serait une cruauté pour les autres, comme pour toi. Il a des limites que les êtres humains ne doivent pas déborder, des limites pourtant floues et indécises, contestées par certains et acceptées par d'autre. Voilà le petit monde dans lequel tu vis Blake, tu ne pourras jamais te changer, tu es comme tu es, capricieuse, joueuse, colérique et égocentrique sur les bords. Toutefois, tu as beaucoup à donner, je le sais, c'est enfoui au plus profond de ton âme, je ne suis même pas sûr que tu le saches toi-même. Finalement, on pourrait considérer que ton caractère n'est qu'un masque, une carapace assez épaisse pour dissimuler la vérité à tous, toi comprise. Alors tu vas arrêter de réfléchir à ton comportement, fais comme d'habitude, il n'y a que ça qui te réussit après tout.

A l'entente de la question, Ryleigh avait quitté sa place confortable de l'autre côté, cessant de reluquer le plafond comme une vulgaire marchandise, et s'était levé pour rejoindre la demoiselle. À priori, ce questionnement ne l'avait pas mis très à l'aise, si tu voyais sa tête : d'un rouge tout aussi mignon qu'avant, sa salive se bloquait dans sa gorge et ses yeux paniqués. Une vraie blague pour toi, qui ne doit pas connaître cette sensation, hein Blake ? Pauvre enfant, il tremblait de peur ou de gêne qui sait, tout son corps n'était qu'une petite feuille pouvant être brisée à n'importe quel moment. La rouquine, restait silencieuse et continuait d'observer ses pieds, remuant un pied puis l'autre et les deux en même temps. En vérité, la question la dérangeait tout autant qu'elle pouvait déranger Ryleigh, ce n'est pas forcément évident de le remarquer à première vue, mais Blake n'est pas du genre à se taire pendant plus de deux minutes, surtout dans un tel contexte.

-Je... Tu... Tu ne devrais pas faire ce genre de blague... Je pourrais y croire tu sais ?
Il se rapprochait doucement, il était si stressé qu’il frottait son cou, remontant ensuite la main dans ses cheveux.
J'veux dire... J'suis pas ton genre, non ? J'suis petit... Pas forcément fort... Pas forcément beau non plus... J'ai rien du mec qu'une fille voudrait aimer non ? Alors ne me fait pas espérer... Le roux avait posé ses doigts sur la tête de la jeune fille, sur son bonnet noir, elle releva la tête un peu hésitante. Elle vit les rougeurs, la timidité, et pourtant il était là devant elle et il tenait sa petite tête entre ses mains. Blake remit son visage entre ses genoux quand son regard croisa les yeux dorés du jeune homme. Elle parlait dans sa barbe, c’était audible mais sans plus, où était passé ton sens du tact ma jolie ?

« Tu penses que je suis une fille qu’un garçon voudrait aimer ? »

Blake n’avait jamais eu de genre de garçon, évidemment elle n’allait pas le dire au rouquin c’était personnel. Il n’était certes pas aussi beau que d’autres, mais il avait ce charme que peu de personnes ont, dans sa façon d’agir, dans ses expressions, dans ses paroles. La taille elle s’en fichait aussi, elle était petite elle aussi, trop petite même. Pareil pour les muscles, c’était juste pour frimer. Donc voilà, Ryleigh pouvait tout à fait être le genre de la rouquine, pas le genre précis mais un possible. En même temps, il faut avouer qu’à première vue Blake est assez convaincante par ses yeux améthystes transperçants, son visage parfaitement modeler et son corps pas trop mal foutu, et personne ne lui court après. Pourquoi ? Je pense que la réponse est assez naturelle. Son caractère. Elle est invivable quand elle ne laisse pas percevoir son infime partie de gentillesse et de bonté, c'était à peu près le cas actuellement. Elle avait peut-être le physique de ces pimbêches qui se pavanaient dans les rues en talons, sac à main encore plus petit qu'une brosse à cheveux et robe sillonnant les creux du corps par des plis un peu partout, mais elle n'avait nullement le charme qui allait avec, à savoir le sourire ravageur, la voix attirante, les gestes envoûtants. Blake était presque une minable comparée à celles-ci, et elle pensait même que certaines filles de ce genre avaient déjà tenté de séduire Ryleigh. Elle se ressaisit et le fixa, un peu verte de jalousie, ou plutôt rouge si on en juge la couleur de ses pommettes.

« Bon et puis c'est pas moi qui me fait courser par des filles à longueur de journée et qui les fait fuir parce qu'elle est timide hein ! Il devait y en avoir des jolies dans le lot, pourquoi tu les as laissées partir ? -Sa voix s'emportait, elle hurlait presque de rage dans le hall-. Pourquoi Ryleigh ? Et après tu oses dire que tu n'es pas le type qu'une fille voudrait aimer ? -Elle se retint d'aller plus loin et se calma, repris une voix douce- Puis, je ne te fais rien espérer du tout, parce que la question n'est sûrement pas anodine... -La rouquine expira un soupir de déception, puis elle regarda droit devant elle, évitant les yeux du garçon, pourtant elle parla distinctement-. Est-ce que tu vas me faire partir comme toutes les autres, Ryleigh ? »

Il ne fallut que quelques secondes pour qu’elle lui attrape la main libre. Ses ongles grattaient la paume du garçon et elle le tira doucement vers elle jusqu’à ce qu’il soit à son niveau, accroupi. Elle sentait la chaleur qui s’était répandue en lui et le pouls accéléré. La jeune fille avait replacé son visage de manière à ce qu’il soit presque invisible, et ajouta sa deuxième main sur celle du rouquin. Elles étaient au-dessus et en dessous, les doigts formaient des petits crochets en haut et une plaque en bas, mais toutes les deux de sens inversées par rapport à celle du garçon, parce qu’elle était en face de lui et qu’il n’y avait pas d’autre moyen de lui prendre. La rousse aurait voulu lui dire qu’elle était désolée pour ce qu’elle avait fait, que ce n’était pas une manière de se comporter, c’était sauvage même, néanmoins elle ne le fit pas. Car ce n’était pas le cas, elle était heureuse de l’avoir fait.



_________________
“Le paradoxe, c'est que le noir cache et sublime en même temps.”
[20:13:41] @ Vlad K. Boiovski : Tu tiens tant que ça à me faire tromper l'ïle avec toi ?
#CD5C5C
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 161
Inscription : 07/12/2015
Dim 7 Fév - 21:12
opium runs in your blood
Ryleigh x Blake

Cette situation devenait de plus en plus difficile à gérer, pour toi. Tu ne voulais pas rougir, tu ne voulais pas tomber dans le mauvais jeu d'une fille qui ne t'appréciais pas forcément, ou même qui ne te connaissais pas plus que ça... C'était dangereux. Cela t'effrayais, plus que tout. Tu avais toujours eu du mal à faire confiance à la gente féminine, c'était pour cela que tu les fuyais, principalement. Et parfois, pour des raisons plus personnel. Tu avais beaucoup souffert par le passé. Moquerie, sadisme, trahison et torture, tu étais passé par bien des cases. Et c'était bien plus douloureux que tout ce que tu ais pu imaginer jusqu'à ce jour. Tu avais peur ; les femmes étaient dangereuses, intelligentes, et en général, de meilleur prédateur que les hommes. Elles pouvaient user de leur charme pour faire tomber un homme dans leur filet. C'était bien connu.

Et quelqu'un d'aussi faible et naïf que toi, ne pouvais que se faire avoir. C'était même impossible pour toi, d'y échapper. Mais soit. Tu soupirais, tu espérais qu'elle ne faisait que rire, au départ. Tu en avais même profiter pour lui faire comprendre en t'étant rapproché d'elle. Peut-être que cette option n'avait pas été la meilleure, car tu venais tout juste de la plonger dans une zone assez... sombre peut-être ? Elle te répliquait de la même façon. Est-ce que tu pensais qu'un homme serait capable de l'aimer elle ? Officiellement, tu le pensais. Mais tu ne savais pas comment elle était dans la vie de tous les jours. Tu venais tout juste de la rencontrer, après tout... C'était donc assez compliqué pour toi de donner un avis direct. Et puis... De toute façon, tu pensais que sa beauté jouerais forcément en sa faveur...

-Je... Oui. Je pense que oui, on voudrait t'aimer... Tu es jolie... puis tu sembles être amusante... Du genre à profiter de la vie ?

Mais elle ne semblait pas t'écouter, clairement pas même. Elle semblait presque en colère. Comme si tu lui avais fait subir quelque chose. Tu ne comprenais pas réellement, en fait, tu ne comprenais jamais les filles. Tu étais bien trop bête de ce côté pour que cela puisse arriver. Tu fermais lentement les yeux, déglutissant. Tu ne voulais pas qu'elle puisse voir ton air perturbé, perdu, bref, tu voulais cacher ces nouvelles faiblesses qui étaient sur le point de se dévoiler au grand jour. Mais elle semblait si sincère... Et elle semblait en savoir un bout sur toi... Après tout, tu n'avais pas dans le souvenir d'avoir tant parlé de toi... Ni même de ce qu'il t'arrivais dans tes journées. Te faire poursuivre par des filles... Oui, cela arrivait souvent ; mais certainement pas pour des raisons aussi sympa qu'elle puisse le penser.

Certes, tu aurais préféré que ce soit dans le genre "je t'aime sors avec moi !", mais ce n'était pas le cas. Du moins, rarement. Les filles étaient au courant de pas mal de tes soucis personnel, et elles en profitaient. Tu étais une source d'amusement, une cible pour les filles qui s'ennuyaient. C'était pour cette raison que tu avais l'habitude de les repousser, et de fuir. Tu ne voulais pas que l'on puisse abuser de ta naïveté, de ta timidité et encore moins de ta gentillesse. C'était des choses qui étaient arrivées bien trop souvent. Tu en avais donc peur, de plus en plus peur. Et tu ne voulais pas que Blake soit ce genre de fille... Et vu son comportement, en fait, tu commençais à douter que cela soit le cas. Peut-être qu'elle était sincère ? Peut-être que... Non. Tu ne devais pas imaginer de trop. Tu préférais éviter d'espérer pour au final être déçu, une fois de plus.

-Est-ce que tu vas me faire partir comme toutes les autres, Ryleigh ?

Après ces quelques mots, tu ouvrais grand les yeux. Elle en avait profité pour t'attirer plus près d'elle... Et tu commençais à comprendre, petit à petit, qu'elle était sérieuse. Elle ne pouvait pas jouer la comédie, non, ce n'était pas possible... Pas avec ce genre de réaction. Ton coeur s'accélérait. Tu avais chaud. Ta propre respiration se faisait difficile. Comment devais-tu t'y prendre ? Comment allais-tu répondre à tout cela au juste ? Tu n'en avais pas la moindre idée. Tu étais plus perdu que jamais. Et l'emprise de ses mains sur la tienne ne semblait pas s'adoucir. Elle n'avait pas l'intention de te laisser fuir, ni même t'écarter ne serait-ce qu'un instant. Mais étrangement, tu n'en avais pas envie. Pas après tout ce qu'elle venait de te dire, c'était tout bonnement impossible pour toi de fuir, cette fois.

Tu te laissais finalement tomber à genoux, face à elle. Elle semblait vouloir rendre son visage... invisible ? Le tout en le penchant en avant. Tant pis, tu ferais de même, mais à ta façon. Et tu t'approchas doucement, ou plutôt, te pencha sensiblement en avant, jusqu'à déposer ton front contre l'épaule de la rouquine. Tu tremblais légèrement, et ton coeur s'accélérait de nouveau. Pas parce que tu étais inquiet ou autre, mais bien à cause de ta timidité. Et puis merde quoi, elle sentait réellement bon ! Tu te mordais la lèvre inférieur. Elle avait quand même réussi à toucher un point sensible... Un point qui te faisais réfléchir. C'était rare que cela puisse t'arriver mais elle, elle y était arrivé. Si facilement... Comme si elle avait tout préparé, depuis le début. Avant même votre rencontre...

-Je... Je ne te laisserais pas partir... Tu marquais une pause. Ta voix était légèrement troublée. Et ta main, qui était resté passive entre les siennes, semblait agripper doucement celle qui se trouvait sur la paume de ta main. Je.. J'avais juste des raisons précises de les faire fuir... Elle ne faisait pas ça pour témoigner de leur "amour"... Mais pour s'amuser de moi... Tu n'arrivais plus à calmer tes bâtements, ton coeur s'emballait de plus en plus, et tu ne pouvais rien y faire. Elle t'avais eu. Tu pourrais tout aussi bien tomber amoureux d'elle... En si peut de temps, oui... Mais tu... Tu m'aimes réellement... B... Blake ?

Tu profitais de l'occasion pour doucement redresser la tête, tout en allant lui relever le visage de ta main libre. Tu voulais la regarder dans les yeux. Même si cela allait devenir un véritable challenge pour toi, de garder le contact visuel avec toi. Surtout que ton regard se posait à plusieurs reprises sur ses lèvres, te remémorant la sensation de celles-ci, collée aux tiennes.

-Sois franche... S'il te plaît... Et tu allais coller ton front contre le sien, délicatement. Une larme perlant lentement sur ta joue. Oui, tu avais peur qu'elle ne se soit joué de toi. Tu avais peur qu'elle ne t'aime pas et que tu sois passé une nouvelle fois pour un pigeon. Mais si c'était le cas... Elle était réellement la meilleure actrice de tous les temps... Pitié, qu'elle ne se soit pas payé ta tronche...
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 129
Inscription : 21/12/2015
Mer 10 Fév - 16:46

Get the fuck out !


Si je ne t'aimais pas à la folie.






B
l
a
k
e

&

R
y
l
e
i
g
h
Tu ne savais pas que c'était possible Blake, pas vrai ? Tu n'aurais jamais cru que tes petits jeux te mèneraient là. Pour toi ça n'a toujours été qu'un amusement primaire, qui faisait de ta vie ce qu'elle était, qui te satisfaisait et te rendait le sourire quand tu étais triste, mais aujourd'hui c'est différent. Tu es tombée sur Ryleigh, ou plutôt il t'est tombé dessus. Aujourd'hui tu t'es rendu compte que sous tes actes désinvoltes tu caches une part de tendresse. Et il te l'a arraché. Il t'a montré où elle se situait. Voilà, aujourd'hui tu es tombée amoureuse d'un garçon. Tu comprends maintenant ce que le mot amour signifie. Tu pourras toujours le nier, toutefois la présence d'eau dans tes yeux, la rougeur de tes joues, la jalousie que tu éprouves envers toutes ces filles ne trompent pas. Tu ne veux pas qu'il parte, tu ne veux pas être les autres filles. Tu veux être l'unique. La seule qu'il gardera, celle qu'il n'abandonnera pas. Mais tes désirs ne sont pas des ordres ma chère petite.

La rousse resserra ses mains autour de celles du rouquin, enfonçant encore plus son visage dans ses genoux. Pourquoi avait-elle dit ça ? Elle le pensait certes, mais elle n'aurait pas du, elle était persuadée qu'il allait partir, parce que Blake n'est pas le genre de fille qu'on veut aimer, malgré ce qu'il peut dire. La beauté ne fait rien. L'amusement non plus. Elle se retenait de craquer et de pleurer devant lui, de lui hurler à haute voix qu'elle était tombée amoureuse de lui. Pour de vrai. Pas une simple amourette, pas juste une proie pour ses jeux. Non. Elle voulait qu'il reste près d'elle. La cause de cet amour si soudain est, à vrai dire, indéterminée. Il peut s'agir de la timidité du roux, de sa gentillesse ou du simple fait qu'il soit roux, mais quoi qu'il en soit, elle ne peut le forcer à l'aimer. Tandis qu'elle fermait progressivement ses mains sur la sienne, Ryleigh se laissa tomber en face d'elle, collant ses genoux sur le sol froid et devenu terne. Le bruit produit provoqua chez la miss une remontée de chaleur dans tout son corps, la laissant encore plus abasourdie qu’avant, plus embarrassée.

Oui, sûrement, elle aurait dû sûrement se relever, le câliner ou quelque chose de la sorte, mais elle restait tétanisée, honteuse. Le garçon apposa son front sur son épaule. Il était chaud et tremblotait, c’était rassurant, il était toujours là. Alors, gentiment, elle enleva la main qui surplombait celle de Ryleigh pour entourer la tête du rouquin de son bras et lui caresser les cheveux. Ils étaient doux, fins et sentaient sensiblement la rose, le shampooing peut-être. Ils restèrent comme ça quelques temps, blottis l’un contre l’autre. Finalement, après tout ce qu’elle lui avait fait il ne voulait pas la laisser ? Drôle de garçon, trop gentil peut-être. Mais tant que Blake est heureuse, alors tout me va. Elle rougit encore plus et frotta doucement sa tête contre la sienne, furtivement, sans qu’il n’ait le temps de réagir, et se repositionna comme au commencement.

Il réussit à parler malgré la situation, ce silence royal qui les entourait. Je… Je ne te laisserais pas partir. Sa main s’agrippa à celle qu’elle avait laissée, la demoiselle se sentait chauffer, bouillir de l’intérieur. Avait-elle réussit à en charmer un qu’elle aimait en retour ? Peut-être bien. Je.. J’avais juste des raisons précises de les faire fuir… Elle ne faisait pas ça pour témoigner de leur amour… Mais pour s’amuser de moi. La rouquine sentait le coeur du garçon battre de plus en plus vite, leurs bustes étant presque l’un contre l’autre. Même dans sa voix on sentait qu’il n’était pas à l’aise, inquiet. Elle cessa les mouvements dans ses cheveux, mais y laissa la main, profitant pour entrecroiser les doigts de leurs mains de l’autre côté. L’index passa dans le creux de son majeur et ainsi de suite, tout s’emboîta parfaitement. Dans un dernier souffle, avant de céder, il posa la question fatale. La seule qui pouvait tout changer. Mais tu… Tu m’aimes réellement… B… Blake ?

Elle ne disait rien, restait cachée, jusqu'à que de sa main libre il ne lui soulève le visage, ayant quitté son épaule entre temps. Ses doigts se posèrent sous le menton et la forcèrent à le regarder, dans les yeux. La rousse les gardait fermés puis finit par les entrouvrir rapidement pour croiser les pépites de Ryleigh. Son regard aussi était spécial, alors elle se laissa faire et le regarda, droit dans les yeux. Elle remarqua alors qu'il se distrayait, plongeant de temps à autres sur ses lèvres. S'il voulait qu'elle l'embrasse de nouveau, il n'avait qu'à demander. Blake l'aimait réellement, plus qu'elle n'avait jamais aimé, en vérité elle pourrait même l'attaquer de nouveau en ce moment, mais elle se retient parce que ce n'est juste pas le bon contexte, encore un peu. Quelques minutes. Et puis elle recommencera. Ou peut-être qu'il le fera avant, tout dépendra. Elle déglutit discrètement, passant ses améthystes sur le torse du rouquin, juste parce qu'elle ne tenait plus. Sois franche… S'il te plaît…

Il s'approcha d'elle et plaqua son front au sien, leurs chevelures carmins se mélangeaient pour n'en former qu'une, une masse rousse imposante, brillante dans le hall de l'entrée et effaçant tout le monde autour. Elle se laissa faire, plissant les paupières pour ne pas recevoir de cheveux dans les yeux. Une larme germa au coin de son oeil et coula sur sa joue. Il pleurait ? Vraiment, pour une fille. Blake n'a jamais pleuré pour un homme, pas encore, mais qui sait, cela pourrait arriver. Tout ce qu'il avait dit depuis le début, toutes ces phrases prouvaient-elles qu'il succombait à la petite chose se tenant face à lui ? Ce ne serait pas le premier, ni le dernier. Cependant, je dois avouer qu'il a réussi, en contrepartie, à la séduire aussi. Alors ne reste pas les bras croisés Blake, fonce et prouve lui qu'il a bien fait de rester près de toi. La rouquine sourit agréablement et vint poser sa main libre sur la mâchoire de Ryleigh, essuyant la larme de son pouce et continuant les mouvements d'aller-retour avec celui-ci. Même en pleurant il était mignon à la rendre folle. Follement adorable. Elle ricana un peu et déposa ses lèvres sur sa joue, comme un pansement qui guérissait du mal, collant ensuite son nez au sien, puis d'une voix douce, elle murmura.

« Je pensais pourtant que c'était assez clair. Tu es le seul à ne pas t'en rendre compte je crois. De toute façon, la balle est dans ton camp ».

C'était vrai, il avait tous les choix possibles, la laisser ici ou bien l'accepter. Ce n'était pas un cadeau tous les jours Blake, mais, en s'y habituant on pouvait l'apprécier, la trouver charmante et drôle. Tomber amoureux était une chance en fin de compte. Oui, une chance, parce qu'elle est franche, elle ne ment jamais, ou presque. La balle était toujours dans son camp, mais la demoiselle pouvait toujours agir comme bon lui semblait. Alors, son nez quitta celui du roux et elle décala sa main dans sa chevelure, le maintenant en place. Et en quelques secondes, ses lèvres se mirent sur les siennes, sans pour autant l'embrasser ; elle entrouvrit doucement celles-ci et captura délicatement celles du roux, seulement ce fut rapide, indétectable presque. Elle les retira d'entre les siennes, et les recolla, sans rien faire. Juste leurs lèvres superposées, sans aucun baiser, un peu comme toucher du bout des doigts un trésor mais ne pas vouloir le prendre. Attendre qu'il vienne vous chercher. Tout bonnement.

« Alors ? Tu veux continuer ou je dois me retirer ? »



_________________
“Le paradoxe, c'est que le noir cache et sublime en même temps.”
[20:13:41] @ Vlad K. Boiovski : Tu tiens tant que ça à me faire tromper l'ïle avec toi ?
#CD5C5C
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Présentation Mike Blake
» Demeure d'Anita Blake
» F.T. d'Alexander Blake
» (n°16) Rêves et Réalité [PV Jason Blake]
» La séduction est la clé de l'amour. ♔ ft. Blake (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tevara :: Complexe scolaire :: Rez-de-Chaussée :: Hall d'entrée-
Sauter vers:


bouton partenariat